A la conférence de l’UFIA en Egypte : Denise Nyakeru a encouragé les femmes investisseurs arabes à défendre les droits de la femme

0 108

La Première dame de la République Démocratique du Congo, Denise Nyakeru Tshisekedi a encouragé, mardi 03 novembre 2020, les femmes investisseurs arabes à défendre les droits de la femme comme un atout majeur pour leur contribution dans le progrès et le développement des communautés.

Denise Nyakeru Tshisekedi a encouragé ces femmes au cours d’une conférence de l’Union des femmes investisseurs arabes sous le thème : «L’investissement arabo-africain et la coopération internationale».

Elle a participé à ce rendez-vous du 02 au 03 novembre 2020, au siège de la Ligue arabe, lors du lancement des travaux à Galala en Égypte, en présence du Premier ministre Égyptien, Mostafa Madbouli.

Dans son discours,  Denise Nyakeru Tshisekedi a épinglé de manière détaillée le rôle et l’importance de la femme dans le progrès et le développement des communautés, en insistant sur certaines réalités auxquelles elle est confrontée au quotidien.

«Je suis convaincue qu’une femme en bonne santé, bien formée et ne subissant aucune forme de violences, peut prétendre à son autonomisation et être un facteur important de développement. C’est mon intime conviction», a-t-elle déclaré.

La Première dame de la RDC a félicité l’organisateur de ces assises , l’Union des Femmes Investisseurs Arabes (UFIA), qui offrent une plateforme formelle d’échanges pour les femmes du monde, et a appelé les participants à une meilleure collaboration entre les pays africains et l’ensemble du monde arabe dans la défense des droits de la femme et l’amélioration de sa condition pour un développement équilibré des nations.

Cependant, elle a fait savoir qu’ un constat difficile est que même s’il y a un relatif équilibre de genre au sein de nos populations, la pauvreté porte un visage tristement féminin. Il est presque utopique de s’imaginer un quelconque développement de nos communautés sans une implication active de la femme.

« C’est pour cette raison que l’Union africaine poursuit, à juste titre, dans son agenda 2063, l’égalité complète hommes-femmes dans toutes les sphères de la vie. Cela passe par une autonomisation des femmes, mais et surtout, par la fin des violences qui leur sont infligées, au nombre desquels des violences sexuelles, des mariages précoces ou des harcèlements en tout genre. »

Elle a présenté la statistique accablante de la Banque mondiale sur le manque d’accès à l’éducation pour nos filles publiée dans la version 2020 du rapport intitulé « Les femmes, l’entreprise et le droit » :

« L’accès limité des filles à l’éducation coûtent aux pays entre quinze et trente mille milliards de dollars de perte de productivité et de revenus. »

L’agence onusienne, ONU FEMMES, estime que dans le monde, seulement la moitié des femmes participent au marché du travail, contre trois quarts des hommes et que dans les régions en développement, jusqu’à 95% des emplois occupés par les femmes sont informels.

Par ailleurs, la Première dame de la RDC, Denise  Nyakeru, a invité toutes les femmes d’affaires de la Ligue arabe de venir investir en RDC.

« Permettez-moi, avant de finir, de placer du haut de cette tribune, un petit mot sur la République démocratique du Congo, mon pays. Ce pays d’Afrique centrale, deuxième plus grand d’Afrique aux richesses inestimables est une opportunité d’investissement notamment pour toutes les femmes d’affaires ici présentes. Les reformes, autant sur le plan du droit des femmes que sur le climat des affaires, en fait une destination que mes chères sœurs investisseurs arabes devrait absolument envisager dans le court terme. Je serai heureuse de vous y recevoir. »

Pour la Conseillère spéciale du Chef de l’État en charge de la Coopération et de l’intégration régionale, Mme Bertine Kazadi, ces assises ont également permis de consolider les relations entre les Etats membres de l’Union africaine (UA), dont la présidence en 2021 sera assurée par le Président Félix Antoine Tshisekedi.

A noter que la Première dame de la RDC , Denise Nyakeru a estimé que les résolutions et les recommandations qui découleront de ces assises, vont augurer un bel avenir pour des investissements de la femme pour son autonomisation réelle.

Au regard de tout ce qui précède, j’estime ainsi que ces assises sont une occasion de partager les expériences entre participantes, de discuter de meilleures synergies à développer, de réfléchir aux contacts stratégiques à nouer et de se bâtir un réseau efficace car ensemble nous, les femmes, sommes beaucoup plus fortes et irons, certainement et je le crois fermement, beaucoup plus loin.

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More