Afrique : Uhuru Kenyatta plaide auprès de la communauté mondiale pour le renforcement de la lutte contre le paludisme

0 123

Dans le cadre du End Malaria Council (EMC), le président du Kenya , Uhuru Kenyatta, a exhorté la communauté mondiale à rester concentrée sur la lutte contre le paludisme malgré la pandémie de Covid-19 en cours, a rapporté la présidence du Kenya.

C’était lundi 27 Septembre 2021 , dans la soirée à State House, à Nairobi, dans une allocution virtuelle au End Malaria Council (EMC), un groupe de chefs d’entreprise et du secteur public mondial qui considère l’éradication du paludisme comme une priorité essentielle en matière de santé et de développement.

EMC cherche à faire progresser l’éradication du paludisme en veillant à ce que l’éradication de la maladie reste une priorité mondiale et régionale avec un engagement politique, financier et technologique fort de la part des dirigeants à tous les niveaux.

Le président Uhuru Kenyatta, qui est également l’actuel président de l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA), a déclaré qu’il était regrettable que Covid-19 ait éclipsé tous les efforts déployés pour lutter contre le paludisme.

“En conséquence, nous avons eu tendance à oublier que les pandémies telles que le paludisme sont aujourd’hui les plus meurtrières sur le continent africain que Covid ne l’est”, a-t-il dit.

Et d’ajouter : “Faisons comprendre à nos partenaires qu’il est dans l’intérêt de tous de garder un œil sur le ballon. La lutte contre le paludisme, la lutte contre la tuberculose et la lutte contre le VIH/sida, ce sont tous des combats essentiels qui garantiront que nous sommes mieux placés non seulement pour lutter contre les pandémies actuelles, mais aussi pour nous aider à nous préparer contre les pandémies futures”.

Le président Kenyatta a souligné la nécessité de se concentrer sur le programme d’ALMA en quatre points , le premier étant l’amélioration de la numérisation et l’utilisation de données en temps réel, y compris le partage des tableaux de bord du paludisme des pays qui peuvent également être utilisés pour soutenir la lutte contre les pandémies actuelles et futures.

« En fait, nous avons lancé notre propre ALMA Scorecard Hub et cela fait partie de notre programme au cours de notre mandat de deux ans. Ces données en temps réel nous offrent une plus grande transparence, une plus grande responsabilité et également une prise de décision fondée sur des preuves », a déclaré le président Kenyan.

Il a noté que le hub des tableaux de bord a été utilisé par les pays pour publier leurs tableaux de bord, avec 10 pays dont le Kenya, le Rwanda et le Ghana partageant déjà leurs tableaux de bord via la plate-forme en ligne.

« … beaucoup d’autres documentent les meilleures pratiques non seulement pour lutter contre le paludisme, mais aussi pour établir des règles de base pour lutter contre les futures pandémies. Je voudrais exhorter les différents pays à s’approprier ce type de tableaux de bord », a déclaré le président Kenyatta.

Il a informé la réunion que l’ALMA a engagé les communautés économiques régionales (CER) au niveau des chefs d’État et de gouvernement pour relever les principaux défis et fournir des solutions dans la lutte contre le paludisme.

« Et nous leur demandons d’inclure et d’intégrer le paludisme dans l’agenda régulier des CER individuelles, car vous ne pouvez pas combattre cette maladie dans un seul pays et oublier qu’à travers nos frontières poreuses, le problème n’est jamais contenu dans un seul pays », a déclaré le président du Kenya.

Il a déclaré que l’ALMA a également créé des conseils et des fonds pour mettre fin au paludisme pour stimuler l’engagement multisectoriel de haut niveau et impliquer le plaidoyer à tous les niveaux de gouvernance, ainsi que le lancement de l’« armée de la jeunesse » d’ALMA.

« L’ALMA ‘Youth Army’ sera notre meilleure défense non seulement dans la lutte contre le paludisme, mais elle créera également un cadre qui aidera également l’Afrique à lutter contre les futures pandémies », a déclaré le président Kenyatta.

À cet égard, le président a déclaré que le Kenya avait engagé les jeunes à travers le programme « kazi mtaani » qui leur a permis de nettoyer leurs quartiers et a contribué à la réduction des maladies à transmission hydrique et vectorielles, y compris le paludisme, dans leurs communautés.

La réunion à laquelle ont assisté les membres mondiaux d’EMC, dont l’ancienne présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, l’ancien président tanzanien Jakaya Kikwete, M. Bill Gates, le PDG du groupe Dangote, M. Aliko Dangote et l’ambassadeur de l’OMS pour la stratégie mondiale et le financement de la santé Ray Chambers, a reconnu les progrès de l’ALMA programme de lutte contre le paludisme du président Kenyatta.

Les membres de l’EMC ont convenu de la nécessité de renforcer les systèmes de santé communautaire dans le cadre de l’intensification des efforts d’éradication du paludisme en Afrique.

Cette réunion a connu également la participation du chef de la fonction publique, le Dr Joseph Kinyua, le CS Santé Mutahi Kagwe et le conseiller principal d’ALMA, le Dr Willis Akhwale.

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More