Algérie : Abdelmadjid Tebboune élu président de la République au milieu d’une grande protestation de la population

0 199

Abdelmadjid Tebboune, ancien Premier ministre et proche d’ Abdelaziz Bouteflika a remporté les élections présidentielles du jeudi 12 décembre 2019, en Algérie.  Il a été élu nouveau président de l’Algérie avec un taux de 58,15 % des suffrages, devançant l’islamiste Abdelkader Bengrina (17,38 %), puis Ali Benflis (10,55 %), Azzedine Mihoubi (7,26 %) et Abdelaziz Belaïd (6,66 %), tous proches ou alliés de l’ancien président Bouteflika.

Ces résultats ont été annoncés ce vendredi 13 décembre, par le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, lors d’une cérémonie officielle désignant le vainqueur de la présidentielle Algerienne.  Il a précisé que les résultats définitifs seront publiés entre le 16 et le 25 décembre prochain, après examen d’éventuels recours.

Tebboune, qui a été ministre du Logement sous Bouteflika et brièvement premier ministre a été élu dès le premier tour des élections.

Les autorités ont déclaré que 40% des électeurs avaient participé aux élections de jeudi, ce que les médias d’État ont qualifié de participation suffisante pour justifier la décision de tenir le scrutin malgré un boycott.

Les manifestants mécontents ont vu le concours entre cinq candidats officiellement sanctionnés comme une imposture illégitime visant à maintenir l’ancienne élite dirigeante en place. Des milliers de manifestants devaient descendre dans la rue pour protester contre le résultat.

Les autorités, y compris la puissante armée, soutiennent que la seule façon de faire avancer le pays après que les manifestants ont mis fin au règne de Bouteflika de 20 ans en avril est d’élire un successeur.

Les manifestations hebdomadaires qui ont renversé Bouteflika n’ont pas cessé, les manifestants exigeant que toute l’élite dirigeante cède le pouvoir à une nouvelle génération, malgré qu’aucun leader évident n’émerge pour les représenter. Les manifestants se désignent simplement comme “Hirak” ou “le mouvement”.

Les rivaux de Tebboune étaient un autre ancien Premier ministre, deux anciens ministres et un ancien membre du comité central du parti au pouvoir.

Les manifestants ont défilé dans les villes et villages d’Algérie tout au long des élections de jeudi, se heurtant à certains endroits à la police, qui a tenté de les disperser avec des charges de matraque.

Tard jeudi, le corps électoral a déclaré que quelque 9 millions d’Algériens avaient participé aux élections.

“Le taux de participation est satisfaisant et il donnera au nouveau président suffisamment de soutien pour mettre en œuvre ses réformes”, a déclaré Ahmed Mizab, commentateur à la télévision d’État, affirmant que la décision de tenir les élections était “propice et juste”.

Les manifestants ne jurent que sur la poursuite du mouvement de protestation contre la continuation du régime de Bouteflika.

“Nous avons renversé Bouteflika et nous renverserons tous les hommes du système. Nous n’abandonnerons pas”, a déclaré un manifestant à Alger.

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More