Arrestation de Roger Lumbala :  Le CSCJT félicite la justice française qui vient de briser le silence 10 ans après la publication du Rapport Mapping

0 79

Le consortium de la société civile pour la promotion de la Justice Transitionnelle en République démocratique du Congo (CSCJT), a félicité ce mardi 5 janvier 2021, la justice française qui vient de briser le silence 10 ans après la publication du rapport Mapping produit par les Nations Unies.

« Le CSCJT ayant lancé la campagne Nationale de sensibilisation  et plaidoyer sur le Rapport Mapping depuis le 01 Octobre 2020, félicite  la justice française qui vient de briser le silence 10 ans après la publication  dudit rapport produit par les Nations Unies », indique le communiqué.

A cet effet, le CSCJT piloté par la commission Justice , Paix et Sauvegarde de la Création de l’Église du Christ au Congo (ECC), que dirige le Révérend NSENGA NSHIMBA Eric, a salué avec grande satisfaction l’ouverture d’une information judiciaire contre Monsieur Lumbala Tshitenga Roger, ayant ainsi  pour effet la mise en examen du précité pour cause de complicité et de participation criminelle à un groupement formé en vue de la perpétration des crimes contre l’humanité.

Ainsi dit, le Consortium invite tous les autres pays membres de l’Union Européenne, les États-Unis, la Grande Bretagne, la Suisse , le Canada et les pays membres de l’Union Africaine d’agir de commun accord et au nom de la solidarité internationale en faveur de la RDC, afin que la justice soit rendue ainsi que la réparation des dommages subis par les victimes desdits crimes soit effective.

Tout en remerciant le Bureau conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) pour le travail mené dans le enquêtes et l’élaboration  du Rapport Mapping , le consortium félicite tous les fils et filles de la RDC qui luttent avec dévouement depuis des années en vue  de la mise en œuvre des recommandations pertinents contenues dans le Rapport du Projet Mapping.

Pour rappel, le rapport Mapping de l’organisation des Nations Unies a documenté les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la République démocratique du Congo.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More