Coronavirus en Iran : “Il y aura 4 millions de cas et 3,5 millions de décès, si les gens ne suivent aucune directive, cela pourrait effondrer le système médical iranien”, a déclaré Eslami

0 181

La République Islamique d’Iran lance un avertissement à sa population face à la menace du Coronavirus qui a tué plus de 6.000 personnes  et infecté plus de 165.000 personnes dans le monde.

Selon les données fournies mardi par le ministère iranien de la santé citées par le  porte-parole du ministère de la Santé, Kianoush Jahanpour, l’Iran a enregistré 988  morts parmi les 18.000 cas confirmés. En un jour, le taux de décès a augmenté de 13 % soit 135 décès supplémentaires.

Ce mardi, un journaliste de la télévision d’État iranienne, le Dr Afruz Eslami, a cité une étude de l’Université de technologie Sharif de Téhéran, qui proposait trois scénarios, a rapporté TRTWorld.

Si les gens commencent à coopérer maintenant, l’Iran verra 120 000 infections et 12 000 décès avant la fin de l’épidémie, a-t-elle déclaré.

S’ils offrent une coopération moyenne, il y aura 300 000 cas et 110 000 décès, a-t-elle déclaré.

Mais si les gens ne suivent aucune directive, cela pourrait effondrer le système médical iranien, déjà tendu, a déclaré Eslami. Si les «installations médicales ne sont pas suffisantes, il y aura 4 millions de cas et 3,5 millions de personnes mourront», a-t-elle déclaré.

Eslami n’a pas précisé les paramètres utilisés par l’étude, mais même le rapporter à la télévision d’État étroitement contrôlée par l’Iran a représenté un changement majeur pour un pays dont les responsables avaient nié pendant des jours la gravité de la crise.

Parlant de cette urgence, la fatwa émise par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, interdisait les déplacements «inutiles». Il survient alors que le public a ignoré les avertissements et les appels répétés des forces de sécurité. Un tel décret est une décision rare de Khamenei, qui a le dernier mot sur toutes les questions d’État.

Tard lundi soir, des foules en colère ont fait irruption dans les cours du sanctuaire Imam Reza de Mashhad et du sanctuaire Fatima Masumeh de Qom.

Les foules y prient généralement 24 heures par jour, sept jours par semaine, touchant et embrassant le sanctuaire. C’est l’inquiétude des responsables de la santé qui, pendant des semaines, ont ordonné au clergé chiite iranien de les fermer.

Plus tôt lundi, la télévision d’Etat avait annoncé la fermeture des sanctuaires, déclenchant les manifestations.

“Nous sommes ici pour dire que Téhéran a vraiment tort de faire ça!” un clerc chiite a crié au sanctuaire de Mashhad, selon une vidéo en ligne. D’autres se sont joints à lui en scandant: “Le ministre de la Santé a sacrément tort de faire ça, le président a sacrément tort de faire ça!”

La police a par la suite dispersé la foule, ont rapporté les médias officiels.

Les autorités religieuses et un important séminaire de Qom ont qualifié la manifestation d ‘«insulte» au sanctuaire dans un communiqué, exhortant les fidèles à se fier à «la sagesse et la patience» pendant la fermeture.

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More