Crise dans le Tigré : Michelle Bachelet appelle à «l’arrêt des combats afin d’empêcher de nouvelles atrocités ne se produisent »

0 427

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet a exprimé ce vendredi 13 novembre 2020, une inquiétude croissante face à la détérioration rapide de la situation dans la région éthiopienne du Tigré, suite à des nouvelles informations faisant état de massacres dans la ville de Mai-Kadra.

Elle a averti que si les forces régionales du Tigré et les forces gouvernementales éthiopiennes continuent sur la voie dans laquelle elles se trouvent, “il y a un risque que cette situation devienne totalement incontrôlable, entraînant de lourdes pertes et destructions, ainsi que des déplacements massifs en Éthiopie elle-même et à travers limites.”

Selon le groupe de défense des droits de l’Homme Amnesty a déclaré jeudi que des dizaines de civils avaient été tués par les forces soutenant le TPLF , mais ce parti à rejeté en bloc toutes ses affirmations les qualifiant de “sans fondement”.

Michelle Bachelet souligne que bien que les détails des massacres présumés rapportés par Amnesty International à Mai-Kadra, dans le sud-ouest du Tigré, n’aient pas encore été entièrement vérifiés, elle a appelé à une enquête approfondie.

«S’ils étaient confirmés comme ayant été délibérément commis par une partie aux combats en cours, ces meurtres de civils constitueraient bien sûr des crimes de guerre, et il doit y avoir une enquête indépendante et une pleine responsabilité de ce qui s’est passé», a-t-elle déclaré. «Cependant, la première priorité à l’heure actuelle doit être d’arrêter les combats et d’empêcher que de nouvelles atrocités ne se produisent.»

Le chef des droits de l’homme des Nations Unies a déclaré que malgré la rupture des communications avec Tigré rendant difficile la vérification de l’étendue des dégâts jusqu’à présent, elle avait reçu des rapports de diverses sources suggérant une augmentation des frappes aériennes des forces gouvernementales ainsi que de violents combats au sol entre les forces opposées.

«Je suis également extrêmement alarmée par les informations faisant état de coupures dans les approvisionnements essentiels en eau et en électricité, en plus de la panne des communications et du blocage de l’accès par route et par air», a-t-elle déclaré. «Cela signifie qu’il y a déjà un impact dramatique sur la population civile, en plus du risque de mort ou de blessure à la suite des hostilités.»

Le chef des droits de l’homme de l’ONU a réitéré son appel du 6 novembre aux deux parties pour qu’elles entament des pourparlers en vue d’une cessation immédiate des hostilités.

«J’exhorte les deux parties à se rendre compte qu’il n’y aura pas de gagnant dans une telle situation et à entamer un dialogue sérieux pour résoudre leurs différends sans délai», a déclaré Bachelet. «Un conflit interne prolongé infligera des dommages dévastateurs à la fois au Tigré et à l’Éthiopie dans son ensemble, annulant des années de progrès vitaux en matière de développement. En outre, cela pourrait trop facilement déborder des frontières, déstabilisant potentiellement toute la sous-région. »

 

Le Hautpanel

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More