En Sierra Leone, plus de 700 000 personnes en milieu rural ont un meilleur accès à l’eau potable, grâce à la BAD

0 150

Mis en œuvre en Sierra Leone entre 2013 et 2021, le Projet d’alimentation en eau et d’assainissement en milieu rural a permis d’augmenter de 13 %, l’accès à l’eau potable et de 3 % l’assainissement de base sûr. Environ 720 000 personnes ont bénéficié des interventions en matière d’approvisionnement en eau en milieu rural, tandis que 25 371 ménages ont eu accès à des installations sanitaires de base sûres.

Le projet a été financé à hauteur de 25,57 millions d’Unités de compte (39,38 millions de dollars américains) par le Fonds africain de développement, le guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement, par la Facilité en faveur des États fragiles, le gouvernement britannique à travers le Département pour le développement international (DFID), le Fonds pour l’environnement mondial et le fonds d’affectation spéciale de l’Initiative pour l’alimentation en eau et l’assainissement en milieu rural.

Le rapport d’achèvement du projet, que la Banque a publié le 13 juillet 2022, souligne que la proportion de la population en zones rurales ayant accès à un approvisionnement adéquat en eau potable est passé de 40 % à 53 %.

Lors des travaux, 15 systèmes d’écoulement d’eau par gravité ont été mis en place, permettant d’installer 180 robinets. Aussi, 25 robinets de systèmes de pompage à énergie solaire (avec 275 robinets) ont-ils été mis à la disposition des populations bénéficiaires et 50 systèmes de collecte des eaux de pluie ont été installés pour les institutions publiques.

Le projet a également aidé à la réhabilitation de 1 563 des 1 583 points d’eau existants, outre 408 forages et puits forés réhabilités et équipés. Le projet a également mis en place 23 stations de surveillance des eaux de surface et souterraines et 60 pluviomètres Enfin, 388 toilettes ont été construites au sein des écoles et des unités de santé.

« Certaines installations ont été construites au sein des communautés afin de leur améliorer l’accès à un assainissement public sûr mais partagé. Les filles et les femmes ont toujours bénéficié de 50 % de ces installations », précise le rapport.

Dans le but d’optimiser la capacité des communautés à réparer et assurer la maintenance des ouvrages bâtis dans les 68 chefferies des 6 districts que couvre le projet, 168 artisans communautaires (principalement des jeunes et des femmes) ont été formés aux compétences techniques et commerciales et des kits d’outils leur ont été distribués aux conseils de chefferie. De plus, 1 740 comités WASH (acronyme en anglais pour eau, hygiène et assainissement) ont été créés et formés.

« Le projet a enregistré des réalisations marquantes, notamment l’achèvement de la préparation du programme national d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural, la création de la base de données nationale sur les eaux souterraines et la carte des eaux souterraines, ainsi que l’outil de suivi des résultats du secteur en ligne. La durabilité de ces réalisations nécessitera l’engagement du gouvernement », conclut le rapport de la Banque africaine de développement.

 

 

SOURCE : African Development Bank Group (AfDB)

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More