Erdogan : « L’Union européenne doit désormais aborder ses relations avec notre pays dans une perspective stratégique »

0 249

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan et le premier ministre espagnol Pedro Sanchez Perez-Castejon ont échangé , ce mercredi 17 novembre 2021 au palais présidentiel d’Ankara, au cours d’une visite d’État que le chef du gouvernement espagnol a effectué en Turquie.

Les deux personnalités ont tenu une conférence de presse conjointe après leur rencontre en tête-à-tête au complexe présidentiel et au sommet intergouvernemental.

Déclarant que les réunions intergouvernementales au sommet tenues depuis 2009 constituent la plate-forme de plus haut niveau sur laquelle les relations entre les deux pays sont discutées, le président turc Erdoğan a déclaré que les relations entre la Turquie et l’Espagne sont  désormais un « partenariat global » .

« Nous avons décidé de définir nos relations avec le sommet d’aujourd’hui comme un « partenariat global » à partir de maintenant. De plus, en établissant un « mécanisme de suivi du sommet », nous avons non seulement suivi de près la mise en œuvre des problèmes que nous avons décidés, mais nous avons également créé un cadre pour planifier les nouvelles mesures que nous prendrons», a-t-il dit.

Le Chef de l’État turc a noté que malgré les effets négatifs de l’épidémie de coronavirus, le volume du commerce bilatéral avec l’Espagne a déjà atteint les chiffres de l’année précédente.

Expliquant qu’ils ont également évalué les relations Turquie-Union européenne avec le premier ministre espagnol Pedro Sanchez, le président Erdoğan a déclaré :

« J’ai remercié l’Espagne pour le soutien qu’elle a apporté jusqu’à présent au développement des relations Turquie-Union. En tant que Turquie, nous avons démontré notre position de principe et nos efforts en faveur du dialogue et de la diplomatie afin de mettre en œuvre un programme positif. L’Union européenne doit maintenant aborder ses relations avec notre pays dans une perspective stratégique et prendre des mesures concrètes. Les travaux de mise à jour de l’Union douanière et d’octroi de l’exemption de visa à nos concitoyens doivent être lancés dans les plus brefs délais. Il ne faut pas laisser les petits calculs de quelques États membres affaiblir l’Union européenne et les relations OTAN-Union européenne. La Turquie et l’Espagne gardant les frontières de l’Europe et de l’OTAN, a assumé un fardeau important sur la migration irrégulière. A cette occasion, je voudrais souligner une fois de plus la nécessité de développer des politiques communes pour un partage équitable de cette charge. Je pense qu’il sera bénéfique pour toutes les parties que l’Espagne continue jusqu’à présent son précieux soutien».

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More