Forum des économies majeures sur l’énergie et le climat : Les États-Unis comptent mobiliser 100 milliards USD par an pour les pays en développement

0 121

Le président des États –Unis d’Amérique, Joe Biden s’est engagé, ce vendredi 17 septembre 2021, à mobiliser 100 milliards de dollars par an pour les pays en développement.

« À l’époque, lors du Sommet des dirigeants en avril, j’avais annoncé que les États-Unis s’employaient à doubler notre financement climatique, à tripler notre soutien à l’adaptation d’ici 2024 pour les pays en développement. Et je peux vous assurer que nous cherchons des moyens d’aller encore plus loin pour atteindre l’objectif collectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an du monde en développement et pour eux [pour le monde en développement] ».

C’était lors de la réunion virtuelle du Forum des économies majeures sur l’énergie et le climat, dans le cadre du suivi du Sommet des dirigeants sur le climat que les Etats-Unis ont organisé en avril dernier.

« Aujourd’hui, je nous ai réunis à nouveau pour évaluer en toute franchise nos progrès. Je suis reconnaissant à ceux d’entre vous qui ont,  qui ont renforcé leurs contributions dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat et proposé des objectifs ambitieux pour 2030. Et grâce à votre leadership, des pays représentant plus de la moitié du PIB mondial se sont engagés à prendre des mesures qui nous permettront de rester à la portée de notre objectif commun de limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius », a déclaré Joe Biden.

Face à la montée du réchauffement climatique dans le monde, Joe Biden a appelé les pays à une action urgente.

« Mais au cours des deux dernières semaines, j’ai voyagé à travers les États-Unis pour constater les dégâts et la destruction causés par des ouragans records, des inondations records et des incendies de forêt.

La Chine continue à travers, excusez-moi, le climat continue de changer à travers l’Europe, l’Afrique et l’Amérique latine. Et nous avons et vous avez subi des inondations massives. Des incendies ont fait rage en Australie, en Amazonie et dans la toundra russe. En Sibérie, cela semble j’ai trouvé cela presque incroyable, les températures ont atteint 118 degrés ,  118 degrés à l’intérieur du cercle polaire arctique.

 La découverte du nouveau Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat représente un code rouge pour l’humanité. Et le temps d’agir se rétrécit vraiment, comme le secrétaire vient de le souligner, pour arriver à près d’un point de non-retour. Nous n’avons pas beaucoup de temps », a déclaré Biden.

Et d’ajouter : « Nous devons donc agir, nous tous. Nous devons agir, et nous devons agir maintenant. Mais nous savons qu’il y a encore beaucoup de travail à faire, et, si quoi que ce soit, notre travail est à mon avis devenu plus urgent ».

 

Limiter le réchauffement à 1,5 degré

 

Pour le Président des États-Unis d’Amérique,  l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 degré doit provenir en premier des économies majeures représentent 80% des émissions mondiales.

« Les pays représentant le Forum des économies majeures représentent 80 pour cent des émissions mondiales. Sans des engagements adéquats de chaque nation dans cette salle, l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 degré nous échappe. Et c’est une catastrophe», a-t-il ajouté.

Il a clairement expliqué que la crise climatique présente également des opportunités économiques pour créer des emplois et élever le niveau de vie des personnes dans le monde

 « Je voulais montrer que nous sommes à un point d’inflexion, et qu’il y a un vrai consensus, un vrai consensus que si la crise climatique constitue une menace existentielle, il y a une lueur d’espoir.  La crise climatique présente également des opportunités économiques réelles et incroyables pour créer des emplois et élever le niveau de vie des personnes dans le monde », a fait savoir Joe Biden.

Le Président Biden fixe l’objectif pour cette année sur la construction à la COP-26 à Glasgow. Même après la COP26, les dirigeants du monde doivent travailler pour atteindre l’objectif 1,5 degré.

« Glasgow n’est pas notre destination finale. Quels que soient les engagements que nous prenons à la COP26, nous devons tous prendre la résolution ensemble à Glasgow de continuer à renforcer notre ambition et nos actions l’année prochaine et tout au long de la décennie décisive pour nous maintenir à un point en dessous de 1,5 degré et le garder à portée de main.

C’est pourquoi ce forum, je crois, est si important. Et c’était un moteur important de l’Accord de Paris sur le climat. Vous savez, c’était – nous devons continuer à jouer un rôle vital à l’avenir ».

Il sied de noter que le secrétaire d’État américain Antony Blinken et l’envoyé spécial du président américain pour le Climat John Kerry, ont pris part à cette réunion virtuelle aux côtés du président Biden.

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More