Insolvabilité des instances officielles pour les factures d’eau et d’électricité : Le Gouvernement promet d’apurer les dettes de la RÉGIDESO et de la SNEL

0 101

La commission mixte chargée de la réforme du mode de gestion des consommations d’eau et d’électricité des instances officielles et ayants droit a présenté, ce vendredi 19 mars 2021, le rapport de la troisième phase de ses travaux.

C’était au cours d’une cérémonie organisée par le Ministre du Portefeuille, Prof Clément Kuete Nyimi et présidée par le Vice-premier ministre, ministre du Budget, Jean-Baudouin Mayo Mambeke, au Pullman Grand Hôtel de Kinshasa.

Dans son discours, le vice-Premier ministre, ministre du Budget, Jean Baudouin Mayo Mambeke, a souligné que le gouvernement de la république est déterminé de matérialiser la mise en œuvre du plan d’apurement des dettes et créances dues à la Société nationale d’électricité (SNEL) et à la Régie de distribution d’eau (REGIDESO) par les institutions officielles, les régies financières et les ayants droit.

A cet effet, il a invité tous les ministères concernés par la question de s’impliquer pour l’exploitation du présent rapport en établissant un monitoring pour son exécution. Ainsi, un plan d’apurement réaliste doit être prévu avec une ligne de crédit budgétaire lors de l’élaboration du budget de l’Etat, car celui-ci, a la mission constitutionnelle de fournir de l’eau potable à la population et de lui assurer l’accès à l’électricité, a-t-il dit.

Jean Baudoin Mayo a martelé sur la nécessité d’assainir la liste des ayants droit au travers un cadre juridique à élaborer par les experts du gouvernement.

Par ailleurs, le ministre du Portefeuille, Clément Kuete, a exprimé sa gratitude au vice-Premier ministre, ministre du Budget pour son engagement à la matérialisation des travaux de cette commission, avant d’indiquer que ce rapport rappelle que cette initiative procède de la volonté du gouvernement de mettre en place un mécanisme permanent de paiement croisé des dettes et créances dues à la SNEL et à la REGIDESO. Cette 3ème phase des travaux qui s’est focalisée essentiellement sur la certification des dettes et créances réciproques est consécutive aux deux précédentes qui ont permis de révéler un certain dysfonctionnement avec « les ayants droit » qui, parfois disposent de plus de revenus mais ne paient pas leur consommation alors que les personnes à faibles revenus sont traqués pour le paiement des factures de ces deux entreprises.

Dans leurs recommandations, la commission mixte avait préconisé dans les deux phases précédentes, l’apurement de la dette par le croisement des titres émis par les deux sociétés, la mise en place d’un plan réaliste d’apurement, la mise en place d’un cadre de paiement permanent, l’assainissement de la liste des « ayants droit » et de certaines institutions officielles. Mais ces recommandations n’ont jamais été exécutées, déplore le ministre du portefeuille Congolais.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More