Javad Zarif :”Les États-Unis et l’UE sont responsables de la distanciation de l’Iran de l’accord nucléaire de 2015″

0 85

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré ce jeudi 25 Février 2021 que les États-Unis et la troika de l’Union Européenne sont responsables de la distanciation de l’Iran du JCPOA (Plan d’action global conjoint ou accord nucléaire), l’accord nucléaire iranien signé avec les grandes puissances du monde en 2015.

“Les États-Unis reconnaissent que l’Iran n’a pris des mesures pour se distancer qu’après le retrait du pays du Conseil de sécurité de l’ONU. Ce comportement des États-Unis, c’est-à-dire que la cause n’a pas changé”, a déclaré Zarif ce jeudi sur Twitter.

“La troïka européenne est également responsable de ne pas avoir fait affaire avec l’Iran pendant trois ans”. Les États-Unis et la troïka européenne doivent s’attaquer à cette question et non demander à l’Iran de suspendre les mesures de rétorsion au titre de l’article 36 du Conseil de sécurité de l’ONU”, a ajouté le ministre iranien des affaires étrangères.

Cette précision du patron de la diplomatie iranienne vient en réaction au discours du porte-parole du département d’État américain signalant que les États-Unis ont annoncé qu’ils avaient quitté l’accord de Borjam en 2018.

L’Iran vise un enrichissement de l’uranium à 60%

Le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que lundi dernier que l’Iran pourrait enrichir de l’uranium jusqu’à 60% de pureté si le pays en avait besoin et ne céderait jamais à la pression américaine sur son activité nucléaire, a rapporté la télévision d’État.

En 2018, les États-Unis se sont retirés de l’accord nucléaire iranien de 2015 avec six puissances, ce qui a poussé la république islamique d’Iran à ne plus respecter ses engagements en rapport avec ledit accord qui plafonne la pureté fissile à laquelle Téhéran peut raffiner l’uranium à 3,67%, bien en dessous des 20% atteints avant l’accord et bien en dessous des 90% qui convient pour une arme nucléaire.

“Le niveau d’enrichissement d’uranium de l’Iran ne sera pas limité à 20 pour cent. Nous l’augmenterons au niveau dont le pays a besoin … Nous pourrions l’augmenter à 60 pour cent”, a déclaré Khamenei à la télévision, faisant monter la barre dans une impasse avec l’administration du président américain Joe Biden sur l’avenir incertain de l’accord.

“Les Américains et les parties européennes à l’accord ont utilisé un langage injuste contre l’Iran … L’Iran ne cédera pas à la pression. Notre position ne changera pas”, a précisé Khamenei.

Signalons que l’administration Biden a déclaré la semaine dernière qu’elle était prête à parler à l’Iran du retour des deux pays à l’accord de 2015 abandonné par l’ancien président américain Donald Trump.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More