Joe Biden sur la fin de la guerre en Afghanistan : «Partir le 31 août n’est pas dû à une date limite arbitraire ; il a été conçu pour sauver des vies américaines»

0 110

Le Président des États-Unis d’Amérique, Joe Biden, s’est adressé ce mardi 31 août 2021 depuis la Maison Blanche, à la nation américaine sur la fin de la guerre en Afghanistan.

Dans son discours, le Président américain a souligné que “partir le 31 août n’est pas dû à une date limite arbitraire ; il a été conçu pour sauver des vies américaines”.

«Hier soir à Kaboul, les États-Unis ont mis fin à 20 ans de guerre en Afghanistan, la plus longue guerre de l’histoire américaine.

Nous avons réalisé l’un des plus grands ponts aériens de l’histoire, avec plus de 120 000 personnes évacuées en lieu sûr. Ce nombre est plus du double de ce que la plupart des experts pensaient possible. Aucune nation – aucune nation n’a jamais rien fait de tel dans toute l’histoire. Seuls les États-Unis avaient la capacité, la volonté et la capacité de le faire, et nous l’avons fait aujourd’hui.

Le succès extraordinaire de cette mission est dû à l’incroyable compétence, à la bravoure et au courage désintéressé de l’armée américaine et de nos diplomates et professionnels du renseignement.

Pendant des semaines, ils ont risqué leur vie pour faire monter à bord des avions et hors du pays des citoyens américains, des Afghans qui nous ont aidés, des citoyens de nos alliés et partenaires, et d’autres. Et ils l’ont fait face à un écrasement de foules énormes cherchant à quitter le pays. Et ils l’ont fait en sachant que les terroristes d’ISIS-K, ennemis jurés des talibans se cachaient au milieu de ces foules.

Et pourtant, les hommes et les femmes de l’armée américaine, notre corps diplomatique et les professionnels du renseignement ont fait leur travail et l’ont bien fait, risquant leur vie non pour des gains professionnels mais pour servir les autres ; pas dans une mission de guerre mais dans une mission de miséricorde. Vingt militaires ont été blessés au service de cette mission. Treize héros ont donné leur vie.

J’étais juste à la base aérienne de Douvres pour le transfert digne. Nous leur devons, ainsi qu’à leurs familles, une dette de gratitude que nous ne pourrons jamais rembourser, mais que nous ne devrions jamais, jamais, jamais oublier.

En avril, j’ai pris la décision de mettre fin à cette guerre. Dans le cadre de cette décision, nous avons fixé la date du 31 août pour le retrait des troupes américaines. L’hypothèse était que plus de 300 000 forces de sécurité nationale afghanes que nous avions entraînées au cours des deux dernières décennies et équipées seraient un adversaire de taille dans leurs guerres civiles contre les talibans.

Cette hypothèse que le gouvernement afghan serait en mesure de tenir le coup pendant une période de temps au-delà du retrait militaire s’est avérée inexacte.

Mais j’ai quand même demandé à notre équipe de sécurité nationale de se préparer à toute éventualité, même celle-là. Et c’est ce que nous avons fait.

Ainsi, nous étions prêts lorsque les forces de sécurité afghanes  après deux décennies de combats pour leur pays et la perte de milliers des leurs  n’ont pas tenu le coup aussi longtemps qu’on s’y attendait.

Nous étions prêts quand eux et le peuple afghan ont vu leur propre gouvernement s’effondrer et leur président fuir au milieu de la corruption et des malversations, livrant le pays à leur ennemi, les talibans, et augmentant considérablement les risques pour le personnel américain et nos alliés.

En conséquence, pour extraire en toute sécurité les citoyens américains avant le 31 août – ainsi que le personnel des ambassades, les alliés et les partenaires, et les Afghans qui avaient travaillé avec nous et combattaient à nos côtés pendant 20 ans – j’avais autorisé 6 000 soldats – des soldats américains – à Kaboul pour aider à sécuriser l’aéroport.

Comme l’a dit le général McKenzie, c’est ainsi que la mission a été conçue. Il a été conçu pour fonctionner sous un stress et une attaque sévères. Et c’est ce qu’il a fait.

Depuis mars, nous avons contacté 19 fois les Américains en Afghanistan, avec de multiples avertissements et offres pour les aider à quitter l’Afghanistan  depuis le mois de mars. Après avoir commencé l’évacuation il y a 17 jours, nous avons effectué une première campagne de sensibilisation et d’analyse et identifié environ 5 000 Américains qui avaient décidé plus tôt de rester en Afghanistan mais qui voulaient maintenant partir.

Notre opération Allied Rescue [Allies Refuge] a fini par faire sortir plus de 5 500 Américains. Nous avons fait sortir des milliers de citoyens et de diplomates de ces pays qui sont allés en Afghanistan avec nous pour récupérer Ben Laden. Nous avons fait sortir le personnel local de l’ambassade des États-Unis et leurs familles, soit environ 2 500 personnes. Nous avons également envoyé des milliers de traducteurs et d’interprètes afghans et d’autres personnes qui soutenaient les États-Unis.

Maintenant, nous pensons qu’environ 100 à 200 Américains restent en Afghanistan avec une certaine intention de partir. La plupart de ceux qui restent ont la double nationalité, des résidents de longue date qui avaient auparavant décidé de rester en raison de leurs racines familiales en Afghanistan.

L’essentiel : quatre-vingt-dix [quatre-vingt-dix-huit] pour cent des Américains en Afghanistan qui voulaient partir ont pu partir.

 

Et pour les Américains restants, il n’y a pas de date limite. Nous restons déterminés à les faire sortir s’ils veulent sortir. Le secrétaire d’État Blinken dirige les efforts diplomatiques continus pour assurer un passage sûr à tout Américain, partenaire afghan ou ressortissant étranger qui souhaite quitter l’Afghanistan.

En fait, hier encore, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution qui a envoyé un message clair sur ce que la communauté internationale attend des talibans pour aller de l’avant, notamment la liberté de voyager, la liberté de partir. Et ensemble, nous sommes rejoints par plus de 100 pays déterminés à faire en sorte que les talibans respectent ces engagements.

Il comprendra les efforts en cours en Afghanistan pour rouvrir l’aéroport, ainsi que les routes terrestres, permettant la poursuite des départs pour ceux qui veulent partir et la livraison de l’aide humanitaire au peuple afghan.

Les talibans ont pris des engagements publics, diffusés à la télévision et à la radio dans tout l’Afghanistan, sur un passage sûr pour tous ceux qui souhaitent partir, y compris ceux qui ont travaillé aux côtés des Américains. Nous ne les prenons pas uniquement sur leur parole, mais sur leurs actes, et nous disposons d’un levier pour nous assurer que ces engagements sont respectés.

Soyons clairs : partir le 31 août n’est pas dû à une date limite arbitraire ; il a été conçu pour sauver des vies américaines.

Mon prédécesseur, l’ancien président, a signé un accord avec les talibans pour retirer les troupes américaines avant le 1er mai, quelques mois seulement après mon investiture. Il ne prévoyait aucune obligation pour les talibans de conclure un accord de coopération avec le gouvernement afghan, mais il a autorisé la libération de 5 000 prisonniers l’année dernière, dont certains des principaux commandants de guerre des talibans, parmi ceux qui viennent de prendre le contrôle de l’Afghanistan.

Et au moment où je suis arrivé au pouvoir, les talibans étaient dans la position militaire la plus forte depuis 2001, contrôlant ou contestant près de la moitié du pays.

L’accord de l’administration précédente stipulait que si nous respections la date limite du 1er mai à laquelle ils s’étaient engagés pour partir, les talibans n’attaqueraient aucune force américaine, mais si nous restions, tous les paris étaient ouverts.

Nous nous sommes donc retrouvés avec une décision simple : soit donner suite à l’engagement pris par la dernière administration et quitter l’Afghanistan, soit dire que nous ne partions pas et engager des dizaines de milliers de soldats supplémentaires pour retourner à la guerre.

C’était le choix, le vrai choix entre partir ou intensifier.

Je n’allais pas prolonger cette guerre pour toujours, et je n’allais pas prolonger une sortie pour toujours. La décision de mettre fin aux opérations de transport aérien militaire à l’aéroport de Kaboul était fondée sur la recommandation unanime de mes conseillers civils et militaires — le secrétaire d’État, le secrétaire à la Défense, le président des chefs d’état-major interarmées et tous les chefs de service, et le commandants sur le terrain.

Leur recommandation était que le moyen le plus sûr de sécuriser le passage des Américains restants et d’autres hors du pays n’était pas de continuer avec 6 000 soldats au sol en danger à Kaboul, mais plutôt de les faire sortir par des moyens non militaires.

Au cours des 17 jours où nous avons opéré à Kaboul après la prise du pouvoir par les talibans, nous nous sommes engagés 24 heures sur 24 pour donner à chaque Américain la possibilité de partir. Notre département d’État travaillait 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour contacter et parler, et dans certains cas, amener les Américains à l’aéroport.

 

Encore une fois, plus de 5 500 Américains ont été transportés par avion. Et pour ceux qui restent, nous prendrons des dispositions pour les faire sortir s’ils le souhaitent.

Quant aux Afghans, nous et nos partenaires en avons transporté 100 000 par avion. Aucun pays dans l’histoire n’a fait plus pour transporter par avion les résidents d’un autre pays que nous. Nous continuerons à travailler pour aider davantage de personnes à risque à quitter le pays. Et on est loin d’avoir fini.

Pour l’instant, j’exhorte tous les Américains à se joindre à moi dans une prière reconnaissante pour nos troupes, nos diplomates et nos agents du renseignement qui ont mené à bien cette mission de miséricorde à Kaboul et à un risque énorme avec des résultats sans précédent : un airma- un pont aérien qui a évacué des dizaines de milliers de personnes. à un réseau de bénévoles et d’anciens combattants qui ont aidé à identifier [identifier] ceux qui ont besoin d’être évacués, les ont guidés jusqu’à l’aéroport et leur ont apporté leur soutien tout au long du processus.

Nous allons continuer à avoir besoin de leur aide. Nous avons besoin de votre aide. Et j’ai hâte de vous rencontrer.

Et à tous ceux qui offrent maintenant ou offriront d’accueillir des alliés afghans chez eux à travers le monde, y compris en Amérique : Nous vous remercions.

J’assume la responsabilité de la décision. Maintenant, certains disent que nous aurions dû commencer les évacuations massives plus tôt et « cela n’aurait-il pas pu être fait , aurait-il été fait de manière plus ordonnée ? » Je ne suis pas d’accord avec respect.

Imaginez si nous avions commencé les évacuations en juin ou juillet, en faisant venir des milliers de soldats américains et en évacuant plus de 120 000 personnes en pleine guerre civile. Il y aurait toujours eu une ruée vers l’aéroport, une perte de confiance et de contrôle du gouvernement, et cela aurait toujours été une mission très difficile et dangereuse.

L’essentiel est le suivant : il n’y a pas d’évacuation, d’évacuation de la fin d’une guerre que vous pouvez mener sans les types de complexités, de défis et de menaces auxquels nous avons été confrontés. Rien.

Il y a ceux qui diraient que nous aurions dû rester indéfiniment pendant des années. Ils demandent : « Pourquoi ne continuons-nous pas simplement à faire ce que nous faisions ? Pourquoi avons-nous dû changer quoi que ce soit ? »

Le fait est que tout avait changé. Mon prédécesseur avait passé un accord avec les talibans. Quand je suis arrivé au pouvoir, nous étions confrontés à une date limite, le 1er mai. L’assaut des talibans approchait.

Nous avons été confrontés à l’un des deux choix suivants : suivre l’accord de l’administration précédente et l’étendre pour avoir ou étendre à plus de temps pour que les gens puissent sortir ; ou envoyer des milliers de troupes supplémentaires et intensifier la guerre.

À ceux qui demandent une troisième décennie de guerre en Afghanistan, je demande : quel est l’intérêt national vital ? À mon avis, nous n’en avons qu’un : faire en sorte que l’Afghanistan ne puisse plus jamais être utilisé pour lancer une attaque contre notre patrie.

Rappelez-vous pourquoi nous sommes allés en Afghanistan en premier lieu ? Parce que nous avons été attaqués par Oussama ben Laden et al-Qaïda le 11 septembre 2001, et ils étaient basés en Afghanistan.

Nous avons rendu justice à Ben Laden le 2 mai 2011, il y a plus de dix ans. Al-Qaïda a été décimé.

Je vous suggère respectueusement de vous poser cette question : si nous avions été attaqués le 11 septembre 2001 depuis le Yémen au lieu d’Afghanistan, serions-nous jamais allés en guerre en Afghanistan, même si les talibans contrôlaient l’Afghanistan en 2001 ? Je crois que la réponse honnête est “non”. C’est parce que nous n’avions aucun intérêt national vital en Afghanistan autre que d’empêcher une attaque contre la patrie de l’Amérique et leurs frères nos amis. Et c’est vrai aujourd’hui.

Nous avons réussi ce que nous nous étions proposé de faire en Afghanistan il y a plus de dix ans. Ensuite, nous sommes restés une autre décennie. Il était temps de mettre fin à cette guerre.

C’est un nouveau monde. La menace terroriste s’est métastasée à travers le monde, bien au-delà de l’Afghanistan. Nous faisons face aux menaces d’al-Shabaab en Somalie ; les affiliés d’al-Qaïda en Syrie et dans la péninsule arabique ; et ISIS tentant de créer un califat en Syrie et en Irak, et établissant des filiales à travers l’Afrique et l’Asie.

L’obligation fondamentale d’un président, à mon avis, est de défendre et de protéger l’Amérique – non pas contre les menaces de 2001, mais contre les menaces de 2021 et de demain.

C’est le principe directeur de mes décisions concernant l’Afghanistan. Je ne crois tout simplement pas que la sûreté et la sécurité de l’Amérique soient renforcées en continuant à déployer des milliers de soldats américains et à dépenser des milliards de dollars par an en Afghanistan.

Mais je sais aussi que la menace du terrorisme continue dans sa nature pernicieuse et malfaisante. Mais cela a changé, étendu à d’autres pays. Notre stratégie doit aussi changer.

Nous maintiendrons la lutte contre le terrorisme en Afghanistan et dans d’autres pays. Nous n’avons tout simplement pas besoin de mener une guerre terrestre pour le faire. Nous avons ce qu’on appelle des capacités à l’horizon, ce qui signifie que nous pouvons frapper des terroristes et des cibles sans bottes américaines au sol – ou très peu, si nécessaire.

Nous n’avons montré cette capacité que la semaine dernière. Nous avons frappé ISIS-K à distance, quelques jours après qu’ils aient assassiné 13 de nos militaires et des dizaines d’Afghans innocents.

Et à ISIS-K : Nous n’en avons pas encore fini avec vous.

En tant que commandant en chef, je crois fermement que le meilleur moyen de protéger notre sécurité réside dans une stratégie dure, impitoyable, ciblée et précise qui va après la terreur là où elle est aujourd’hui, pas là où elle était il y a deux décennies. C’est ce qui est dans notre intérêt national.

Et voici une chose essentielle à comprendre : le monde change. Nous sommes engagés dans une sérieuse concurrence avec la Chine. Nous faisons face aux défis sur plusieurs fronts avec la Russie. Nous sommes confrontés à des cyberattaques et à la prolifération nucléaire.

Nous devons renforcer la compétitivité de l’Amérique pour relever ces nouveaux défis dans la compétition du 21e siècle. Et nous pouvons faire les deux : lutter contre le terrorisme et affronter les nouvelles menaces qui existent maintenant et continueront de l’être à l’avenir.

Et il n’y a rien que la Chine ou la Russie préféreraient, ne voudraient plus dans cette compétition que les États-Unis s’enliser une autre décennie en Afghanistan.

Alors que nous tournons la page de la politique étrangère qui a guidé notre nation au cours des deux dernières décennies, nous devons apprendre de nos erreurs.

Pour moi, il y en a deux qui sont primordiales. Tout d’abord, nous devons définir des missions avec des objectifs clairs et réalisables – pas ceux que nous n’atteindrons jamais. Et deuxièmement, nous devons rester clairement concentrés sur l’intérêt fondamental de la sécurité nationale des États-Unis d’Amérique.

Cette décision concernant l’Afghanistan ne concerne pas seulement l’Afghanistan. Il s’agit de mettre fin à une ère d’opérations militaires majeures pour refaire d’autres pays.

Nous avons vu une mission de contre-terrorisme en Afghanistan, faire en sorte que les terroristes et arrêter les attaques se transforment en une contre-insurrection, en construction d’une nation en essayant de créer un Afghanistan démocratique, cohésif et unifié – quelque chose qui n’a jamais été fait au cours des nombreux siècles de vie des Afghans. L’histoire [de l’Afghanistan].

S’éloigner de cet état d’esprit et de ce genre de déploiements de troupes à grande échelle nous rendra plus forts, plus efficaces et plus sûrs chez nous.

Et pour tous ceux qui se trompent d’idée, permettez-moi de le dire clairement. À ceux qui souhaitent du mal à l’Amérique, à ceux qui se livrent au terrorisme contre nous et nos alliés, sachez ceci : les États-Unis ne se reposeront jamais. Nous ne pardonnerons pas. Nous n’oublierons pas. Nous vous traquerons jusqu’aux confins de la Terre, et nous le ferons , vous en paierez le prix ultime.

Et permettez-moi d’être clair : nous continuerons à soutenir le peuple afghan par la diplomatie, l’influence internationale et l’aide humanitaire. Nous continuerons à faire pression en faveur de la diplomatie et de l’engagement régionaux pour prévenir la violence et l’instabilité. Nous continuerons de défendre les droits fondamentaux du peuple afghan, en particulier des femmes et des filles, tout comme nous défendons les femmes et les filles du monde entier. Et j’ai été clair sur le fait que les droits de l’homme seront au centre de notre politique étrangère.

Mais le moyen d’y parvenir n’est pas par des déploiements militaires sans fin, mais par la diplomatie, des outils économiques et la mobilisation du reste du monde pour le soutien.

Mes compatriotes américains, la guerre en Afghanistan est maintenant terminée. Je suis le quatrième président à être confronté à la question de savoir si et quand mettre fin à cette guerre. Lorsque j’étais candidat à la présidence, j’ai pris l’engagement envers le peuple américain de mettre fin à cette guerre. Et aujourd’hui, j’ai honoré cet engagement. Il était temps d’être à nouveau honnête avec le peuple américain. Nous n’avions plus d’objectif clair dans une mission à durée indéterminée en Afghanistan.

Après 20 ans de guerre en Afghanistan, j’ai refusé d’envoyer une autre génération de fils et de filles américains mener une guerre qui aurait dû prendre fin depuis longtemps.

Après plus de 2 000 milliards de dollars dépensés en Afghanistan  un coût que les chercheurs de l’Université Brown ont estimé à plus de 300 millions de dollars par jour pendant 20 ans en Afghanistan pendant deux décennies , oui, le peuple américain devrait entendre ceci : 300 millions de dollars par jour pendant deux décennies .

Si vous prenez le chiffre de 1 000 milliards de dollars, comme beaucoup le disent, cela fait toujours 150 millions de dollars par jour pendant deux décennies. Et qu’avons-nous perdu en conséquence en termes d’opportunités ? J’ai refusé de continuer dans une guerre qui n’était plus au service de l’intérêt national vital de notre peuple.

Et surtout, après 800 000 Américains qui ont servi en Afghanistan, j’ai parcouru tout le pays un service courageux et honorable ; après 20 744 militaires américains blessés et la perte de 2 461 militaires américains, dont 13 vies perdues cette semaine, j’ai refusé d’ouvrir une autre décennie de guerre en Afghanistan.

Nous sommes une nation en guerre depuis trop longtemps. Si vous avez 20 ans aujourd’hui, vous n’avez jamais connu une Amérique en paix.

Donc, quand j’entends que nous aurions pu, dû continuer le soi-disant effort de faible intensité en Afghanistan, à faible risque pour nos militaires, à faible coût, je ne pense pas que suffisamment de gens comprennent combien nous avons demandé aux 1 pour cent de ce pays qui ont mis cet uniforme, qui sont prêts à risquer leur vie pour défendre notre nation.

C’est peut-être parce que mon fils décédé, Beau, a servi en Irak pendant une année complète, avant cela. Eh bien, c’est peut-être à cause de ce que j’ai vu au fil des ans en tant que sénateur, vice-président et président voyager dans ces pays.

Beaucoup de nos anciens combattants et leurs familles ont vécu l’enfer déploiement après déploiement, des mois et des années loin de leur famille; anniversaires manqués, anniversaires; chaises vides pendant les vacances; luttes financières; divorcer; perte de membres; lésion cérébrale traumatique; stress post traumatique.

Nous le voyons dans les luttes que beaucoup ont quand ils rentrent chez eux. Nous le voyons dans la pression exercée sur leurs familles et leurs soignants. Nous le voyons dans la tension de leurs familles quand ils ne sont pas là. On le voit dans le chagrin de leurs survivants. Le coût de la guerre qu’ils porteront avec eux toute leur vie.

Plus tragiquement, nous le voyons dans les statistiques choquantes et étonnantes qui devraient faire réfléchir quiconque pense que la guerre peut jamais être de mauvaise qualité, à faible risque ou à faible coût : 18 anciens combattants, en moyenne, qui se suicident chaque jour en Amérique – pas dans un endroit lointain, mais ici même en Amérique.

Il n’y a rien de bas de gamme, de faible risque ou de faible coût dans une guerre. Il est temps de mettre fin à la guerre en Afghanistan.

Alors que nous terminons 20 ans de guerres, de conflits, de souffrances et de sacrifices, il est temps de regarder vers l’avenir, pas vers le passé, vers un avenir plus sûr, un avenir plus sûr, un avenir qui honore ceux qui ont servi et tous ceux qui ont donné ce que le président Lincoln a appelé leur « dernière pleine mesure de dévotion ».

Je vous donne ma parole : de tout mon cœur, je crois que c’est la bonne décision, une sage décision et la meilleure décision pour l’Amérique.

Merci. Merci. Et que Dieu vous bénisse tous. Et que Dieu protège nos troupes.

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More