Kasaï : Polémique autour de la suspension de l’AT de Mweka, le ministre Kawino persiste et décide de ne pas retirer sa décision

0 106

Des polémiques font la une sur les réseaux sociaux depuis la prise de décision par le ministre provincial de l’intérieur, Kawino Ndongo Deller suspendant l’administrateur du territoire de Mweka, Franklin Pongo.

Le ministre provincial de l’intérieur s’est déclaré vendredi à Lehautpanel.com pour éclairer la lanterne qui gangrène dans l’interprétation des lois du pays par certains analystes politiques de la province.

A en croire, Deller Kawino, l’administrateur du territoire suspendu pour avoir pris une décision sans en avoir compétence qui a d’ailleurs embrasé la communauté ne devrait être suspendu que par lui sur base de l’article 41 de la loi portant statut des agents de carrière des services publics de l’État.

“A moins que vous puissiez me dire le contraire, l’administrateur de territoire est un agent de l’État, la loi qui parle du régime disciplinaire dit ceci, lors qu’un agent de l’État commet des fautes graves, on prend des mesures conservatoires, des mesures conservatoires qui consistent à le suspendre, mais une suspension qui n’est pas une sanction et la loi précise dans ce cas que c’est le chef hiérarchiquement direct qui le suspend, c’est-à-dire, c’est moi. La sanction viendra après qu’on ait traité la réponse qu’il va donné au Procès verbal”, a précisé le ministre provincial.

L’autorité de la territoriale dans le Kasaï est surprise et étonnée de voir dans la correspondance, l’administrateur mentionner “vu la loi, vu la constitution” mais sans préciser les dispositions qui lui donnent le pourvoir de reconnaitre un chef de groupement, d’ailleurs, ajoute t-il, la désignation même du chef, ce n’est pas l’administrateur de territoire mais c’est plutôt, la famille régnante qui y procède.

“Il dit, vu la constitution,  vu la loi telle (…) mais il ne montre pas la disposition qui lui donne le pourvoir de reconnaitre ce chef de groupement, il n’y a aucun texte cité qui lui donne ce pourvoir. D’ailleurs, c’est un conflit à la succession conflictuelle, à ce moment là, il faut qu’on laisse la famille régnante designer le chef coutumièrement et la reconnaissance légale, le ministre national de l’intérieur s’en chargera” , fait-il savoir.

Face à la pression et intimidations faites par certains élus provinciaux sur le ministre provincial de l’intérieur lui obligeant de retirer la décision, Kawino Ndongo persiste et signe. Il indique que cette décision ne sera pas retirée comme ils le veulent.

“On ne retire pas une décision sur base d’une demande d’un politique et à ce moment là les normes de l’administration sont foulées au pied, il faut respecter la procédure, moi je vais faire le dossier je l’envoie au gouverneur, c’est le gouverneur qui déterminera que c’est le blâme! La suspension ou la révocation, si c’est la révocation il va, à son tour envoyer le dossier au ministre national. Il faut retenir que l’administration n’est pas tribale moins encore politique. Vous voyez votre population mourir, les maisons brûlées, des personnes blessées à la suite d’une décision qui a été prise, vous allez laisser parce que c’est une décision prise par le fils du roi” , a conclu le ministre provincial de l’intérieur, Deller Kawino Ndongo.

Pour rappel, le ministre provincial de l’intérieur Kawino Ndongo Deller avait suspendu l’administrateur du territoire de Mweka, Franklin Pongo pour avoir notamment pris la décision portant reconnaissance officielle du chef de groupement Mpiang Makeshi désigné par le clan Bushanga dans la chefferie de Bakuba (Mweka), un acte qui viole les lois et textes réglementaires du pays. En outre, cette décision qui n’a non seulement aggravé la situation mais qui est à la base de conflit dans cette contrée.

Cette décision a, au lendemain de son annonce, donné lieu à des controverses dans le milieu des politiques du Kasaï, parmi ceux ci, on note la réaction du député provincial Jean Calvin Minga qui taxe “d’irrégulière” la décision du ministre. Dans sa lettre adressée au gouverneur, ce député a demandé le retrait de cette décision.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More