La Chine, le SARS-CoV-2 et le monde , l’ombre plane toujours sur l’origine du virus ?

0 143

Alors que la pandémie du Coronavirus « SARS-CoV-2 » continue à faire des ravages dans le monde avec à ce jour, 193 213 914 cas confirmés, 4 147 605 décès et 175 570 041 personnes rétablies, selon Worldometers, la question sur l’origine de cette pandémie demeure pendante auprès de commun des mortels.

Si plusieurs affirment que le SARS-CoV-2 aurait fui d’un laboratoire de Wuhan, en Chine en l’an 2019, cette version ne passe pas auprès des autorités chinoises qui, compte tenu des dégâts causés par cette pandémie tant dans le secteur sanitaire qu’économique dans le monde, reviendrait non seulement à supporter les dommages, mais aussi devenir responsable de cette crise sanitaire mondiale.

Face à cette zone d’ombre, l’on se pose la question d’où vient réellement le Coronavirus ?  Avec l’évolution de la science et des recherches, serait-il possible un jour de connaitre l’origine du SARS-CoV-2 ?

En 2020, le président américain Donald Trump pointait du doigt la Chine , comme seul responsable des dommages causés par le coronavirus à l’échelle planétaire, mais le régime chinois avait balayé du revers de main toutes ces accusations.

En Février 2021, le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse organisée virtuellement depuis Genève avec l’équipe d’experts ayant séjourné à Wuhan, avait fait savoir que toutes les hypothèses sur l’origine du Coronavirus méritaient des analyses approfondies.

« Certaines questions ont été soulevées quant à savoir si certaines hypothèses ont été écartées. Après avoir parlé avec certains membres de l’équipe, je souhaite confirmer que toutes les hypothèses restent ouvertes et nécessitent des analyses et des études supplémentaires », avait-il déclaré.

Après quatre semaines de mission à Wuhan, en Chine, l’équipe d’experts n’a pas pu percer les origines de la pandémie de Covid-19. Selon l’agence sanitaire mondiale de l’ONU, l’équipe internationale d’experts chinois et de l’OMS a permis « de mieux comprendre les premiers jours de la pandémie, et a identifié des domaines nécessitant des analyses et des recherches plus approfondies ».

Par ailleurs, le haut responsable de la Commission nationale de la santé (NHC) en Chine, a encore une fois rejeté ce jeudi 22 juillet les allégations, selon lesquelles le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, s’était échappé de l’Institut de virologie de Wuhan (WIV).

Pour Zeng Yixin, vice-directeur du NHC , cette affirmation est irrespectueuse au bon sens et va à l’encontre de la science, a-t-il déclaré, lors d’une conférence de presse sur le travail de recherche de l’origine du COVID-19, organisé aujourd’hui par le Bureau d’information du Conseil d’État chinois.

Le directeur du Laboratoire national de biosécurité du WIV,  Yuan Zhiming, a déclaré que son laboratoire, qui étudie les agents pathogènes de classe quatre et affiche la côte de biosécurité la plus élevée, n’a connu aucun incident de fuite depuis sa mise en service en 2018.

Avec l’incertitude grandissante quant à l’origine du COVID-19, certains avancent l’hypothèse de la théorie du complot contre les citoyens du monde. Car plusieurs questions posées méritent de recevoir des réponses.

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More