La Nouvelle-Zélande suspend son traité d’extradition avec Hong Kong

0 266

La Nouvelle-Zélande a suspendu ce mardi 28 juillet 2020, son traité d’extradition avec Hong Kong et a apporté un certain nombre d’autres changements à la lumière de la décision de la Chine d’adopter une loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Winston Peters.

«L’adoption par la Chine de sa nouvelle législation sur la sécurité nationale a érodé les principes de l’état de droit, sapé le cadre« un pays, deux systèmes »qui sous-tend le statut unique de Hong Kong, et va à l’encontre des engagements pris par la Chine envers la communauté internationale», a déclaré M. Peters .

Le Ministère des affaires étrangères néo-zélandais a déclaré qu’il réponde proportionnellement et délibérément à l’adoption de la loi sur la sécurité nationale, en suspendant le traité d’extradition de la Nouvelle-Zélande avec Hong Kong.

À la lumière de cela, il est important que la Nouvelle-Zélande réponde proportionnellement et délibérément à l’adoption de la loi sur la sécurité nationale. Dans le cadre de cette réponse, le Cabinet a décidé de suspendre le traité d’extradition de la Nouvelle-Zélande avec Hong Kong.

«La Nouvelle-Zélande ne peut plus croire que le système de justice pénale de Hong Kong est suffisamment indépendant de la Chine. Si la Chine montre à l’avenir son adhésion au cadre «un pays, deux systèmes», nous pourrions alors reconsidérer cette décision.»

L’examen par la Nouvelle-Zélande de sa relation globale avec Hong Kong est en cours, mais M. Peters en a annoncé deux autres résultats.

«Premièrement, nous modifions la façon dont nous traitons l’exportation de marchandises sensibles vers Hong Kong. Désormais, nous traiterons les exportations de biens et de technologies militaires et à double usage vers Hong Kong de la même manière que nous traitons ces exportations vers la Chine. Deuxièmement, nous avons mis à jour nos conseils aux voyageurs pour alerter les Néo-Zélandais des risques présentés par la loi sur la sécurité nationale.»

Par ailleurs, la Nouvelle-Zélande s’est dite profondément préoccupée par l’imposition de cette législation.

«La Nouvelle-Zélande reste profondément préoccupée par l’imposition de cette législation et nous continuerons de surveiller la situation à Hong Kong au fur et à mesure que la loi sera appliquée. En conséquence, l’examen de nos paramètres de coopération avec Hong Kong se poursuivra », a déclaré M. Peters.

De son côté la Chine affirme que la nouvelle loi sur la sécurité est nécessaire pour lutter contre le terrorisme et le séparatisme et empêcher Hong Kong de devenir une base pour saper le pouvoir de l’État chinois.

Elle souligne qu’en général, les affaires seraient jugées à Hong Kong, mais la loi autorise la juridiction continentale dans certaines circonstances.

Wu Xi, ambassadeur de Chine à Wellington, a déclaré mardi qu’elle préparait une réponse à l’annonce.

Pour rappel, l’ambassade de Chine à Wellington avait interdit toute ingérence de la Nouvelle-Zélande dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine, et à s’abstenir d’aller plus loin dans la mauvaise voie alors que le gouvernement néo-zélandais envisageait de prendre une telle décision au début du mois.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More