L’ambassadeur de l’UE en RDC s’est expliqué au Ministère des Affaires étrangères au sujet de l’exclusion de la RDC de la liste des pays pouvant voyager à l’UE durant cette période de COVID-19

0 224

La Ministre d’État, Ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, a reçu ce jeudi 06 août 2020, les explications de l’ambassadeur de l’Union européenne (UE) en République démocratique du Congo , Jean-Marc Châtaigner au sujet de l’exclusion de la RDC de la liste des pays pouvant voyager à l’UE durant cette période de coronavirus.

Pour Jean-Marc Châtaigner, cette liste était évolutive, appelée à être révisée régulièrement en fonction de la situation sanitaire COVID19 des pays concernés et compte tenu de certains critères retenus.

J’ai rencontré aujourd’hui Mme Marie Tumba Nzeza, Ministre d’État, Ministre des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo afin de faire le point des conditions de voyage COVID19 entre la RDC et l’Union européenne UE pour les voyages essentiels et non essentiels. J’ai répondu aux interrogations de la Ministre sur les perspectives pour la RDC de figurer dans la liste des pays non soumis à restriction sanitaire COVID-19 de la part de l’UE pour les voyages non essentiels (seuls 11 États dans le monde figurent à ce jour sur cette liste), a déclaré l’ambassadeur de l’UE en RDC.

Avant dindiquer que“Cette liste était évolutive, appelée à être révisée régulièrement en fonction de la situation sanitaire COVID19 des pays concernés et lui ai fait part de certains critères retenus (nombre et tracé des cas, tests, tendances, conditions de surveillance, etc),” a-t-il déclaré.

Jean-Marc Châtaigner a souligné “qu’il a pris note des arguments de la Ministre et de ses collègues quant à la qualité de la riposte sanitaire (INRB Kinshasa) , les nombreuses mesures gouvernementales de la RDC pour endiguer l’épidémie de COVID19, la décroissance en tendance du nombre de cas, la faible létalité”.

A cet effet ,il a précisé qu’il communiquera dans le détail toutes ces informations à Bruxelles et aux États membres de l’UE. Nous avons évoqué la possibilité de mettre en place un mécanisme de suivi permettant un meilleur échange d’informations sur les données sanitaires pour mieux évaluer les tendances.

L’ambassadeur de l’UE en RDC, a fait part à la patronne de la diplomatie congolaise, des préoccupations européennes quant à la possible résurgence du COVID19 en Europe  et des mesures prises pour un contrôle renforcé.

“J’ai fait part à la Ministre des préoccupations européennes quant à la possible résurgence du COVID19 en Europe même et des mesures prises de contrôle renforcé, y compris à l’intérieur de l’UE. L’intérêt sanitaire de nos populations respectives était bien notre priorité commune”, a déclaré Châtaigner.

Notons que l’ambassadeur de l’UE en RDC a rappelé que le Centre européen des visas Kinshasa continuait à délivrer des visas pour les voyages essentiels (regroupements familiaux, déplacements officiels, personnels santé, chercheurs en santé, humanitaires, diplomates, étudiants en cours de scolarité en Europe, etc).

“Les mesures européennes COVID19 s’appliquaient bien dans les deux sens. Les services frontaliers en Europe contrôlaient la nature essentielle des déplacements au départ et à l’arrivée. Nous avons aussi échangé pour les voyages essentiels sur des possibilités évolution et adaptation“, a soutenu Châtaigner.

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More