L’Angola signale 80 cas de traite des êtres humains, selon le ministre de la Justice et droit de l’homme

0 266

Le ministre angolais de la Justice et des Droits de l’homme, Francisco Queiroz a affirmé vendredi à la presse que l’Angola a enregistré quatre-vingt (80) cas de traite des êtres humains, dont 20 font l’objet d’un traitement judiciaire, a rapporte Angop.

Cette déclaration a été faite à la presse en marge d’une réunion du Comité de politique sociale du Conseil des ministres, qui a notamment examiné le Plan de prévention et de lutte contre la traite des êtres humains.

Francisco Queiroz, a indiqué que des travaux sont en cours avec la police, afin de prévenir ce mal social, dans le cadre de la Commission qui, en raison de sa nature transversale, implique d’autres instances.

Il s’agit des organes de défense, de sécurité et d’ordre intérieur, d’éducation, de famille et de promotion de la femme, ainsi que de la société civile.

Selon le ministre de la Justice, “en Angola, il existe de nombreuses pratiques de traite des êtres humains (…) à la frontière sud, en raison de la facilité avec laquelle on franchit la frontière”.

Il a déclaré que dans certains cas, ces pratiques sont dénoncées par les institutions internationales.

Il a ajouté que les frontières aériennes, à travers les aéroports, étaient également utilisées pour la traite des êtres humains, en particulier des enfants transportés vers l’Europe et de là vers d’autres destinations.

Il a mis en garde contre le fait que la traite des êtres humains et des organes prend une forme de plus en plus préoccupante, car elle constitue «l’esclavage moderne» et menace «gravement» les droits fondamentaux, la liberté et les garanties des citoyens.

Francisco Queiroz a déclaré que le plan national actuellement envisagé prévoit le traitement des victimes des êtres humains, leur rétablissement et leur réinsertion sociale, ainsi qu’un traitement psychologique, chaque fois que cela est nécessaire.

Il a souligné que le pays a des accords régionaux et internationaux, soutenus par une base de données, qui permettra de surveiller les pratiques criminelles et toutes les parties impliquées.

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More