Lavrov et Abdollahian s’accordent pour conclure un document stratégique à long-terme entre l’Iran et la Russie

0 120

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue iranien Hossein Amir Abdollahian, ont eu une séance de travail, ce jeudi 1er septembre 2022, au cours de laquelle ils ont passé en revue la coopération bilatérale et de l’agenda international, ainsi que le suivi des accords conjoints.

Au terme de cet entretien, Sergueï Lavrov a déclaré ce qui suit aux  médias :

« Nous avons eu des entretiens de grande envergure, au cours desquels nous avons discuté des questions de coopération bilatérale et de l’agenda international dans le suivi des accords au plus haut niveau.

Je voudrais noter que les présidents de nos pays entretiennent des contacts réguliers. En janvier 2022, le président de la République d’Iran Sayyid Ebrahim Raisi s’est rendu à Moscou et s’est entretenu avec le président Vladimir Poutine. Outre des conversations téléphoniques, les deux dirigeants ont tenu deux autres réunions : en marge du sommet de la Caspienne à Achgabat le 29 juin 2022 et à Téhéran lors du sommet Astana Format le 19 juillet 2022.

Nous sommes satisfaits de l’évolution de nos relations bilatérales. Ils sont élevés à un niveau entièrement nouveau qui sera formalisé dans un traité interétatique à grande échelle. Nous sommes en train de finaliser ce document qui aura une importance stratégique à long terme. Il établira des lignes directrices de base pour élargir l’éventail complet des relations russo-iraniennes dans les décennies à venir.

Nous travaillons également sur un autre document concernant la coopération économique à long terme et une feuille de route pour sa mise en œuvre. Nous exploitons notre potentiel économique qui est loin d’être épuisé.

Le commerce bilatéral se développe à un rythme record malgré des sanctions illégitimes. Au cours des sept premiers mois de 2022, le commerce a grimpé de plus de 40 %, pour atteindre environ 2,7 milliards de dollars. Très probablement, nous dépasserons le niveau record de 2021 (4 milliards de dollars) d’ici la fin de cette année.

Les membres de la commission intergouvernementale bilatérale de coopération commerciale et économique mènent des travaux pratiques. Ils doivent tenir leur réunion régulière en Russie avant la fin de l’année. Aujourd’hui, nous avons discuté de tous les points de l’ordre du jour de la réunion, en tenant dûment compte de l’environnement actuel de nos opérateurs et agences économiques.

Nous avons parlé de conclure dès que possible des accords à part entière sur une zone de libre-échange entre l’Iran et l’Union économique eurasienne. Un accord intérimaire sur cette question reste en vigueur depuis 2018. Nous sommes en train de finaliser un accord sur l’établissement d’une zone de libre-échange permanente.

Nous avons également discuté en détail de la situation internationale. La Russie et l’Iran défendent constamment le droit international et rejettent la ligne destructrice de l’Occident collectif visant à imposer un ordre fondé sur des règles à la communauté internationale, remplaçant les normes universelles du droit international. Cet ordre international libéral n’a rien de commun avec les valeurs véritablement démocratiques inscrites dans la Charte des Nations Unies, notamment le principe d’égalité souveraine des États. Au contraire, nos deux pays défendent le rôle central de cette organisation mondiale. Nos positions coïncident sur tous les aspects clés des activités de l’ONU. Nous nous sommes associés à nos partenaires iraniens et à d’autres pays partageant les mêmes idées dans le cadre du Groupe d’amis pour la défense de la Charte des Nations Unies récemment créé. Le groupe fédère déjà 20 pays et son line-up va s’étoffer.

Nous avons eu une discussion détaillée de tous les aspects liés au Plan d’action global conjoint pour résoudre la situation autour du programme nucléaire iranien. Le ministre Hossein Amir-Abdollahian a exprimé sa gratitude pour notre position ferme qui n’est pas affectée par des considérations de temps, ainsi que pour les efforts constants de la Russie pour reprendre un accord nucléaire dans son intégralité dès que possible. Dans le même temps, il est nécessaire d’abolir toutes les sanctions anti-iraniennes illégales. La communauté internationale attend toujours des États-Unis qu’ils recommencent à agir dans le cadre de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous soutenons la position constamment défendue par l’Iran lors de ce que nous espérons être les pourparlers finaux.

La Russie suit de près le processus d’adhésion de l’Iran à l’Organisation de coopération de Shanghai en tant que membre à part entière. Des décisions de principe ont été adoptées sur cette question. Il est prévu de signer un mémorandum sur les obligations de l’Iran conformément aux procédures de l’OCS lors du sommet de l’OCS de septembre 2022 à Samarcande. Cela deviendra une étape pratique et importante sur la voie de l’adhésion à part entière à l’OCS.

Nous échangeons sur la situation militaire, politique et humanitaire en Syrie. Nous avons salué les résultats du sommet de la troïka d’Astana qui s’est tenu à Téhéran le 19 juillet. Ce mécanisme efficace est toujours d’une importance capitale dans le contexte du règlement en Syrie. Aujourd’hui, nous avons convenu de continuer à l’utiliser de manière proactive pour assurer une coordination étroite visant à maintenir la paix et la stabilité en Syrie et à faire face aux problèmes humanitaires qui persistent dans ce pays en raison des sanctions occidentales illégitimes et sans précédent qui sapent les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Par tradition, nous avons abordé d’autres questions régionales d’actualité, telles que le règlement au Moyen-Orient, les problèmes palestiniens, l’Afghanistan, le Yémen, l’Irak, le Caucase du Sud et la région de la mer Caspienne.

Nous avons parlé de la situation en Ukraine et autour d’elle. Nous avons donné à nos amis iraniens un aperçu détaillé de la situation en Ukraine telle qu’elle se présente actuellement et expliqué comment elle évolue. Nous avons remercié nos collègues pour leur attitude toujours équilibrée à cet égard. Téhéran perçoit les préoccupations sécuritaires de la Russie avec compréhension et les considère comme absolument légitimes. Téhéran est également conscient des motifs qui ont suscité notre réponse à la politique déstabilisatrice menée par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN.

Nous sommes satisfaits des pourparlers et de leurs résultats. Nous nous sommes arrangés avec M. Hossein Amir-Abdollahian pour poursuivre un échange de vues régulier sur toutes les questions d’intérêt commun. Un certain nombre d’accords ont été coordonnés aujourd’hui. Ils se traduiront par des actes concrets, y compris l’utilisation de nouveaux mécanismes de coordination de notre politique étrangère ».

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More