Le Président Tshisekedi accorde une mesure de grâce collective à certains prisonniers

0 560

Le Président de la République Félix -Antoine Tshisekedi Tshilombo, a signé mardi 30 Juin 2020, une série d’ordonnances présidentielles dont celle accordant une mesure de grâce collective à certains prisonniers en marge  du soixantième anniversaire de l’indépendance.

La porte-parole adjointe du Président de la République, Tina Salama l’a lue mercredi 1er juillet 2020, sur la Chaine nationale.

A l’occasion de la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi a accordé une mesure de grâce collective  ayant un caractère “de pardon, d’humanité et de Justice sur proposition du vice-Premier Ministre, Ministre de la Justice et Garde de sceaux”.

Cette ordonnance préconise la remise de la peine restant à exécuter qui est accordée à toute personne condamnée à une peine de servitude pénale ou des travaux forcés inférieure à 5 ans, par décision judiciaire devenue irrévocable à la date du 30 juin 2020.

La réduction de 5 ans de la peine restant à subir est accordée à toute personne condamnée à une peine de servitude penale ou de travaux forcés égale ou supérieure à 5 ans par décision judiciaire devenue irrévocable à la date du 30 juin 2020.

Elle souligne par ailleurs, la commutation de la peine de mort en celle de servitude pénale à perpétuité est accordée à toute personne condamnée par décision judiciaire devenue irrévocable à la date du 30 juin 2020.

La commutation de la peine de servitude pénale à perpétuité en celle de 20 ans de servitude pénale principale est accordée à toute personne condamnée par décision judiciaire devenue irrévocable à la date du 30 juin 2020.

Cependant,  la remise, réduction et commutation ne sont pas accordées aux personnes concernées pour; les condamnés fugitifs ou latitants, les personnes condamnées pour les crimes contre la paix et la sécurité de l’humanité et aux peines prévues par la loi N°15/022 du 30 décembre 2015 modifiant et complétant le décret du 30 janvier 1940 portant le code pénal.

Sauf pour les personnes condamnées sous l’arrêt rendu sous RP N°1078/2002 par la cour d’ordre militaire en date du 07 Janvier 2003 pour les infractions ci-après : Violences sexuelles, détournements et concussions, corruption, rémunérations illicites, assassinat, meurtre,  vol à main armée, atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État, détention illégale d’armes de guerre et toute infraction contre l’autorité de l’État et l’intégrité du territoire.

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More