Le Royaume-Uni investit 30 millions de livres sterling dans la mission exoplanète

0 142

Le gouvernement britannique a annoncé ce samedi 18 Juin 2022, dans un communiqué, l’investissement de 30 millions de livres sterling pour assurer le rôle de premier plan du Royaume-Uni dans le développement d’un télescope spatial pour explorer les exoplanètes.

Prévue pour un lancement en 2029, la mission d’Ariel (Atmospheric Remote-sensing Infrared Exoplanet Large-survey) est de comprendre les liens entre la chimie d’une planète, son évolution et son étoile hôte, en caractérisant les atmosphères de 1 000 planètes connues en dehors de notre système solaire.

Il s’agit de la première mission spatiale consacrée à cette analyse et apportera un changement radical dans notre compréhension de la composition des exoplanètes, de leur formation et de leur évolution. Les données scientifiques seront communiquées à la communauté scientifique et au grand public à intervalles réguliers tout au long de sa phase opérationnelle prévue de quatre ans.

Ariel, qui a été proposé par un consortium international dirigé par l’University College London (UCL), a été sélectionné par l’Agence spatiale européenne (ESA) parmi 26 propositions présentées pour être la prochaine “mission de classe moyenne” de son programme scientifique. Le Royaume-Uni dirigera la science globale de la mission et dirigera un consortium de 17 pays construisant le module de charge utile de la mission.

Cet investissement est le premier engagement majeur à long terme que le Royaume-Uni a pris envers les sciences spatiales depuis la publication de la stratégie spatiale nationale et le rôle de leadership offrira une opportunité sans précédent pour la base universitaire du secteur spatial britannique.

« Il s’agit d’un engagement extrêmement important pour la science et la technologie spatiales britanniques, marquant une étape majeure pour la stratégie spatiale nationale et renforçant nos ambitions de développer notre secteur spatial commercial de 16,5 milliards de livres sterling.

En investissant 30 millions de livres sterling et en prenant la tête de l’ensemble du consortium Ariel, la première fois en une décennie que nous assurons la direction d’une mission de cette ampleur – nous plaçons le Royaume-Uni au cœur de la recherche spatiale internationale, offrant de nouvelles opportunités pour entreprises spatiales et universitaires à travers le pays », a déclaré le ministre britannique des Sciences George Freeman.

Les 30 millions de livres sterling sont fournis par le biais du programme national des sciences spatiales de l’agence spatiale britannique et s’ajoutent aux plus de 6 millions de livres sterling que l’agence a déjà fournis pour soutenir les équipes britanniques pendant la phase d’étude d’Ariel jusqu’en mars 2022.

Cet investissement garantira le leadership scientifique du Royaume-Uni sur la mission et intégrera la livraison du module de charge utile d’Ariel, du refroidisseur cryogénique et de l’équipement optique de soutien au sol, ainsi que les opérations scientifiques et le traitement des données.

Les organisations britanniques apportant leur expertise au rôle du Royaume-Uni en tant que chercheur principal du consortium de mission et responsable de la charge utile comprennent l’University College London (UCL), l’Université de Cardiff, l’Université d’Oxford et le RAL Space du Science and Technology Facilities Council (STFC) au Harwell Space Cluster dans l’Oxfordshire.

La professeure Giovanna Tinetti, chercheuse principale du Mission Consortium pour Ariel à l’UCL, a déclaré :

« Ariel sera transformationnel en nous aidant à comprendre les planètes de notre galaxie. En étudiant des centaines de mondes divers dans des environnements différents, nous verrons notre propre planète dans son contexte, ce qui nous donnera une meilleure idée de la raison pour laquelle la Terre s’est formée comme elle l’a fait.

Nous sommes très reconnaissants à l’Agence spatiale britannique et au gouvernement britannique pour leur soutien et leur engagement continus dans l’avancement de la science planétaire, nous aidant à comprendre les mondes au-delà de notre système solaire ainsi qu’à l’intérieur de celui-ci».

Paul Eccleston, responsable du programme Ariel Consortium et ingénieur en chef chez RAL Space, a déclaré :

« Nous saluons l’accord et l’engagement de l’Agence spatiale britannique pour permettre cette collaboration. Je suis ravi que le Royaume-Uni joue un rôle de premier plan dans la mission et fier des progrès que le consortium a déjà réalisés pour concevoir la charge utile. Ces liens ne feront que se renforcer à mesure que nous progressons vers le lancement ».

Les équipes de RAL Space construiront et testeront le module de charge utile Ariel, en gérant les contributions matérielles d’autres pays du consortium, tandis que le département STFC Technology développe le système de refroidissement actif cryogénique de 5,5 millions de livres sterling.

Des scientifiques de l’UCL et de l’Université de Cardiff dirigeront l’analyse des performances, testeront et affineront les algorithmes complexes qui traiteront les données renvoyées par Ariel. L’équipe de l’Université d’Oxford fournira l’équipement pour tester le télescope et les éléments optiques de la charge utile d’Ariel.

« Ariel est une mission très importante pour le programme de sciences spatiales de l’ESA et fait partie de notre flotte de missions de pointe qui étudie les planètes extrasolaires.

Cet engagement de l’Agence spatiale britannique et de nos institutions scientifiques partenaires au Royaume-Uni est un grand pas en avant pour Ariel, et nous sommes impatients de travailler en étroite collaboration sur la mise en œuvre de la mission », a dit le Directeur scientifique de l’ESA, Günther Hasinger.

Un examen de la conception de la charge utile sera achevé plus tard cette année, la conception devant être finalisée d’ici 2025. Un examen d’acceptation en vol sera achevé au début de 2029 avant le lancement plus tard dans l’année.

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More