Le Royaume-Uni suspend le traité d’extradition avec Hong Kong

0 333

Le Royaume-Uni a suspendu son accord d’extradition avec Hong Kong suite la mise en vigueur d’une nouvelle loi chinoise sur la sécurité nationale qui selon les autorités britanniques, annule l’autonomie de Hong-Kong par rapport à la Chine Continentale.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré que l’embargo sur les armes imposé par son pays à la Chine serait également étendu à Hong Kong.

«Nous protégerons nos intérêts vitaux», a déclaré Raab, avant de souligner que «Nous défendrons nos valeurs et nous tiendrons la Chine à ses obligations internationales.»

Pour la Grande-Bretagne, la nouvelle loi sur la sécurité nationale viole les accords conclus avant le transfert de Hong Kong à la République Populaire de Chine en 1997, et par conséquent la Chine a bafoué les droits et libertés qui ont contribué à faire de Hong Kong l’un des plus grands centres financiers du monde.

Les responsables de Hong Kong et de Pékin ont déclaré que la loi était vitale pour combler les failles constatées dans la défense de la sécurité nationale exposées par les récentes manifestations. La Chine a demandé à plusieurs reprises aux puissances occidentales de cesser de se mêler des affaires de Hong Kong.

Pékin a accusé les États-Unis de «tactiques de gangsters» à Hong Kong. “L’ingérence déraisonnable et les menaces éhontées des États-Unis sont une logique typique de gangster et un comportement d’intimidation”, a déclaré la semaine dernière le bureau de liaison chinois à Hong Kong.

Par ailleurs, la Chine est accusé de violations «flagrantes» des droits de l’homme pour son traitement «profondément troublant» des minorités ethniques et religieuses dans la région occidentale du Xinjiang en Chine, a déclaré Raab.

A la BBC, Raab a déclaré que les informations faisant état de stérilisations forcées et de détentions massives dans la région à majorité musulmane nécessitaient une attention internationale.

Des sources des groupes de défense des droits et des experts estiment que plus d’un million d’ouïghours et d’autres minorités turcophones ont été regroupés en un réseau de camps d’internement.

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More