Les États-Unis imposent des sanctions de l’ONU contre l’Iran malgré le rejet de la communauté internationale

0 175

Les États-Unis ont imposé ce lundi 21 septembre 2020, de nouvelles sanctions unilatérales contre l’Iran visant à appliquer les sanctions des Nations Unies malgré le rejet de la communauté internationale qui les  jugent illégitimes.

«Les États-Unis ont maintenant rétabli les sanctions de l’ONU contre l’Iran», a déclaré le président Trump dans un communiqué.

Le nouveau décret de l’administration Trump impose également des sanctions à des dizaines d’entités et d’individus liés aux programmes d’armes nucléaires de l’Iran, notamment le ministère iranien de la Défense et de la Logistique des forces armées, l’Organisation des industries de défense iranienne et son directeur, Mehrdad Akhlaghi-Ketabchi, ainsi que des individus et entités associés à l’énergie atomique de l’Iran.

«Mes actions aujourd’hui envoient un message clair au régime iranien et à ceux de la communauté internationale qui refusent de tenir tête à l’Iran», a déclaré le président Trump dans un communiqué. «Les États-Unis ne permettront pas au régime iranien de renforcer ses capacités pour menacer et terroriser directement le reste du monde.»

Ces sanctions américaines mettent en place un nouvel embargo sur les armes contre l’Iran pour remplacer une interdiction de l’ONU qui expirera en octobre. Les responsables de l’administration Trump affirment qu’il s’agit d’une interdiction illimitée de la vente d’armes et autorise des sanctions contre toute entreprise internationale ou individu qui cherche à violer l’embargo.

«Le décret présidentiel annoncé aujourd’hui nous donne un nouvel et puissant outil pour faire appliquer l’embargo des Nations Unies sur les armes et responsabiliser ceux qui cherchent à échapper aux sanctions des Nations Unies», a déclaré le secrétaire d’État Mike Pompeo lors d’une conférence de presse.

Sanctions contre Nicolàs Maduro.

Les États-Unis ont également annoncé des sanctions contre le président Vénézuelien, Nicolás Maduro, l’accusant de bafouer l’embargo sur les armes des Nations Unies au cours des deux dernières années.

“Pendant près de deux ans, des fonctionnaires corrompus à Téhéran ont travaillé avec le régime illégitime du Venezuela pour faire fi de l’embargo sur les armes de l’ONU”, a déclaré Pompeo.

«Nos actions aujourd’hui sont un avertissement qui doit être entendu dans le monde entier. Peu importe qui vous êtes, si vous violez l’embargo des Nations Unies sur les armes contre l’Iran, vous risquez des sanctions », a-t-il poursuivi.

Pour l’Iran, ces sanctions des États-Unis contre eux, c’est rien de nouveau et que cela n’aura pas impact plus significatif “.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, a indiqué ce lundi par vidéoconférence, au Conseil des relations étrangères au même moment que la conférence de presse de l’administration Trump se déroulait, que les sanctions de ce jour sont «rien de nouveau».

“Je ne pense pas que cela aura un impact plus significatif sur l’Iran”, a ajouté Zarif. «Les États-Unis ont exercé toute la pression qu’ils pouvaient sur l’Iran. Il avait espéré que ces sanctions mettraient notre population à genoux. Ça n’a pas été le cas.

Lors de la conférence de presse, le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a déclaré que les forces américaines au Moyen-Orient maintenaient un état d’alerte élevé en prévision de toute action de rétorsion que l’Iran ou les forces soutenues par l’Iran pourraient prendre contre les troupes américaines.

«Nous sommes très confiants quant à notre état de préparation et de préparation à faire face à tout ce qui pourrait arriver dans la région», a-t-il déclaré.

Samedi, l’administration Trump a déclaré que les sanctions de l’ONU étaient revenues en vigueur. Mais tous les membres des 15 pays membres du Conseil de sécurité, à l’exception de la République dominicaine, ont rejeté la demande américaine de réimposer des sanctions depuis que Trump a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire en 2018.

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont déclaré dans un communiqué ce week-end que la décision américaine «est incapable d’avoir un effet juridique».

“Il en découle que toutes les décisions et actions qui seraient prises sur la base de cette procédure ou de son issue éventuelle seraient également incapables d’avoir un effet juridique”, a ajouté le communiqué.

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borell, a également déclaré dimanche que les États-Unis «ne peuvent pas lancer le processus de rétablissement des sanctions de l’ONU en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Par conséquent, les sanctions levant les engagements au titre du JCPOA [Plan d’action global conjoint] continuent de s’appliquer. ”

Mais l’administration Trump, a demandé aux pays européens, membres des Nations Unies d’imposer également des sanctions contre l’Iran à leurs tours.

“Nous avons clairement indiqué que chaque État membre des Nations Unies avait la responsabilité d’appliquer les sanctions”, a déclaré lundi le secrétaire d’État américain Mike Pompeo aux journalistes, interrogé sur l’opposition européenne.

“Cela inclut certainement le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne. Nous nous attendons à ce que ces pays appliquent ces sanctions”, a-t-il déclaré.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More