Les FARDC privilégient le renforcement de la coopération militaire avec les armées des pays voisins pour éradiquer les groupes armés

0 154

Dans sa mission de ramener la paix dans la partie Est de la République démocratique du Congo et de  combattre tous le groupes armés qui perturbent la paix dans cette sous-région, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) privilégient le renforcement de la coopération militaire, les concertations régulières entre les armées de la sous région comprenant la RDC et les pays voisins, indique un communiqué du service de communication et d‘information des FARDC, signé par le porte-parole de l’armée, le Général Major Léon Richard Kasonga Cibangu.

« Conformément à la volonté politique exprimée par les Chefs d’Etat des pays de la sous-région, les FARDC ont entrepris des contacts avec toutes les armées des pays voisins à la RDC de manière à arrêter des stratégies appropriées pour résoudre, une fois pour toutes, l’épineuse question de l’insécurité dans la sous région tel que le recommandent l’esprit et la lettre des accords d’Arusha», souligne le communiqué du Service de communication et d‘information des FARDC  qui  évoque  les  efforts  conjugués par la RDC et ses voisins visant l’intégration économique régionale dans un environnement sécurisé.

A cet effet, les FARDC portent à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que ces groupes armés représentent une menace pour la RDC et les pays voisins,  à savoir : les ADF/MTN, les FDLR, les FNL et toutes les autres forces négatives externes et locales .

La coopération militaire qui existe déjà entre les FARDC et les Forces de  défense du Rwanda mais aussi entre les FARDC et les forces de défense de l’ Ouganda, de l’Angola et de la République centrafricaine (RCA) sera étendue à d’autres pays limitrophes de la RDC dans le but d’éradiquer définitivement la menace pour la securité de la RDC et ses voisins.

Les Forces armées de la RDC rappellent, qu’en septembre 2019 déjà, des rencontres tenues à Goma entre les armées ougandaises, rwandaises, burundaises, en présence de la Monusco, de l’Africom et de la CIRGL, avaient, à l’unanimité, démontré la nécessité de la mutualisation des renseignements pour permettre à chaque pays concerné, par le terrorisme transfrontalier, de traquer tous les hors-la-loi, auteurs de l’insécurité dans la sous-région.

La réaffirmation de la mutualisation des renseignements et des efforts entre les armées de la RDC et des pays voisins et la proposition de l’approche globale comme ultime stratégie susceptible de mettre un terme à la menace incarnée par les groupes terroristes internationaux et leurs forces supplétives locales.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More