Les grandes questions bilatérales entre la Russie et la Guinée-Bissau évoquées par Serguei Lavrov et Carla Barbosa

0 786

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a eu des échanges, ce lundi 18 octobre 2021 à Moscou, avec la ministre des Affaires étrangères et des Communautés de Guinée-Bissau Suzi Carla Barbosa. La coopération bilatérale entre les deux pays était au cœur de leurs entretiens.

Serguei Lavrov a déclaré ce qui suit, lors de la conférence de presse conjointe :  « Nous avons eu des entretiens significatifs et dignes de confiance avec ma collègue de Guinée-Bissau Suzi Carla Barbosa et avons discuté de l’ensemble des grandes questions bilatérales.

Tout récemment, le 6 octobre, nous avons célébré le 48 e anniversaire de nos relations. Par tradition, nos relations amicales reposent sur un dialogue de confiance et sur la volonté de développer la coopération dans les domaines les plus divers.

Nous avons discuté des meilleurs moyens de développer notre coopération commerciale, économique et d’investissement et avons convenu de prendre un certain nombre de mesures pratiques, y compris des visites réciproques de nos entrepreneurs. Nous avons déjà fait quelques travaux préliminaires.

L’année dernière, le Premier ministre de Guinée-Bissau Nuno Gomes Nabiam a rencontré des représentants du monde des affaires russe. Nous avons convenu que sur la base de ces contacts, nos amis de Guinée-Bissau prépareraient une liste de questions à discuter lors d’entretiens mutuellement bénéfiques en vue de coordonner des projets spécifiques. Les domaines mentionnés à cet égard comprenaient l’exploration des ressources naturelles, la construction d’infrastructures, ainsi que le développement de l’agriculture et de la pêche.

Nous avons été heureux de constater que cinq chalutiers de pêche russes ont récemment repris leurs opérations dans la zone économique exclusive de la Guinée-Bissau. Nos partenaires souhaitent approfondir la coopération bilatérale dans ce domaine.

Nous avons convenu de poursuivre la formation du personnel national de Guinée-Bissau dans les universités russes, qui ont acquis une bonne réputation. Plus de 5 000 personnes ont déjà accédé aux professions civiles et plus de 3 000 personnes ont acquis des spécialités militaires, ce qui est important pour la défense de la Guinée-Bissau. Par conséquent, nous continuerons cette pratique. En outre, notre accord de coopération intergouvernementale militaire et technique est sur le point d’entrer en vigueur. Comme vous pouvez le constater, nous continuons à renforcer notre cadre juridique et contractuel.

Nos ministères viennent de signer un mémorandum sur les consultations politiques. Cela favorisera la cohérence de notre bonne coopération sur la scène internationale. Elle repose sur le respect du droit international, la reconnaissance du rôle central de l’ONU et des principes de coopération interétatique tels que l’égalité souveraine des États, la non-ingérence dans les affaires intérieures, le règlement pacifique des différends et le respect inconditionnel du droit des nations à déterminer des modèles de leur développement politique et socio-économique pour eux-mêmes.

Nous coopérons bien à l’ONU. Aujourd’hui, nous avons discuté d’un certain nombre de domaines où nous pourrions améliorer l’efficacité de notre coordination. Nous remercions nos partenaires pour une telle approche.

Nous avons porté une attention particulière aux développements en Afrique. Nous avons passé en revue la situation au Mali, en République de Guinée et dans d’autres régions d’Afrique, en mettant l’accent sur l’Afrique de l’Ouest et la région du Sahara-Sahel. Nous avons une vision commune de la nécessité de faire tout notre possible pour promouvoir le principe que nous avons proclamé il y a longtemps : des solutions africaines aux problèmes africains. Cela signifie que les Africains eux-mêmes, les parties impliquées dans les différents conflits devraient déterminer les moyens de s’entendre avec l’appui des organisations sous-régionales et de l’Union africaine, forum continental. En attendant, la communauté internationale apportera aux Africains une assistance morale, politique et matérielle dans la mise en place d’opérations de paix. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et partenaire des Africains sous plusieurs formes,

Nous avons examiné la mise en œuvre des accords conclus lors du premier sommet Russie-Afrique à Sotchi en octobre 2019. Nous avons discuté des préparatifs du deuxième sommet sous ce format en 2022. Nous espérons que tous les dirigeants africains, y compris le président de la Guinée-Bissau Umaro Sissoco Embalo, pourra y assister.

Nous avons eu une discussion concrète et concrète sur de nombreuses questions. Je suis satisfait de ses résultats et reconnaissant à mon collègue pour nos efforts conjoints ».

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More