Les pays membres de l’OTSC décident de développer une nouvelle stratégie de sécurité collective

0 627

Les Chefs d’État de la Russie, de l’Arménie, de la Biélorussie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Tadjikistan, ont participé, ce lundi 16 mai 2022, au Kremlin, à Moscou, à la réunion de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC), coïncidant avec le 30e anniversaire du Traité de sécurité collective et le 20e anniversaire de cette organisation.

Selon le Kremlin, le sommet s’est principalement concentré sur les questions clés de la coopération au sein de l’OTSC, les problèmes d’actualité internationaux et régionaux et les mesures visant à améliorer davantage le système de sécurité collective.

Au cours de la réunion, les dirigeants ont signé une déclaration du Conseil de sécurité collective (CSC) de l’OTSC en rapport avec le 30e anniversaire du Traité de sécurité collective et le 20e anniversaire de l’Organisation du Traité de sécurité collective. Ils ont également signé une résolution du CSC de l’OTSC pour récompenser les participants à la mission de maintien de la paix de l’OTSC en République du Kazakhstan.

Dans son discours, le Président de la Russie Vladimir Poutine a souligné que l’organisation joue un rôle très important dans l’espace post-soviétique, un rôle stabilisateur.

« Je suis heureux de vous accueillir tous à Moscou. À la suggestion de notre président, et aujourd’hui l’Arménie préside l’organisation, nous nous sommes réunis à Moscou, car c’est là qu’il y a 30 ans était signé le traité de sécurité collective et qu’il y a 20 ans, sur la base de ce traité, l’Organisation du traité de sécurité collective a été créée.

Cela signifie que nous avons deux anniversaires presque le même jour : les 14 et 15 mai 1992 et 2002, respectivement. Je vous en félicite.

J’espère que l’organisation, devenue au fil des années une structure internationale à part entière, continuera à se développer, même dans les moments difficiles. Je voudrais noter dans ce contexte que 1992 et 2002 ont été des moments difficiles ; ils ne finissent jamais.

L’organisation joue un rôle très important dans l’espace post-soviétique, un rôle stabilisateur. J’espère qu’en ce sens ses capacités et son influence sur la situation dans notre zone de responsabilité ne feront que croître», a déclaré Poutine.

«Le succès de l’opération de maintien de la paix de l’OTSC, organisée au Kazakhstan en janvier 2022 à la demande de ses dirigeants, a montré la maturité de notre Organisation et sa réelle capacité à faire face de manière adéquate aux défis et menaces aigus.

Le contingent des forces collectives de l’OTSC, envoyé au Kazakhstan pour une durée limitée, a empêché les extrémistes, y compris ceux dirigés de l’étranger, de prendre le pouvoir et a contribué à stabiliser rapidement la situation politique interne de la république », a ajouté Poutine.

 

 

Pour sa part, le président [du Conseil de sécurité collective de l’OTSC], le Premier ministre de la République d’Arménie Nikol Pashinyan, a soulevé les problèmes que cette organisation rencontre.

« Concernant le vote des pays membres de l’OTSC, ce problème existe bel et bien. Souvent, nos votes ne sont pas synchronisés, mais ce n’est pas quelque chose de nouveau. C’est typique de notre organisation depuis longtemps. L’Arménie a soulevé cette question à plusieurs reprises, et nous en avons discuté à maintes reprises dans le cours normal de nos affaires. De toute évidence, cette question doit également être discutée plus avant.

En ce qui concerne l’interaction ainsi que les mécanismes de réaction et de réaction rapide, il s’agit également d’une question cruciale pour l’Arménie, car, comme vous le savez, l’année dernière, ces jours-ci, les troupes azerbaïdjanaises ont envahi le territoire souverain de l’Arménie. L’Arménie s’est tournée vers l’OTSC pour qu’elle active les mécanismes prévus dans le Règlement régissant la réponse de l’OTSC aux situations de crise du 10 décembre 2010 qui est un document approuvé par le Conseil de sécurité collective. Malheureusement, nous ne pouvons pas dire que l’organisation a répondu comme la République d’Arménie s’y attendait.

Depuis longtemps, nous soulevons la question des ventes d’armes par les pays membres de l’OTSC à un pays hostile à l’Arménie, qui a utilisé ces armes contre l’Arménie et le peuple arménien. C’est aussi un problème.

Franchement, la réponse des pays membres de l’OTSC pendant la guerre de 44 jours de 2020 et la période d’après-guerre n’a pas rendu très heureux la République d’Arménie et le peuple arménien, mais je tiens à souligner le rôle particulier joué par la Fédération de Russie et Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, a personnellement arrêté la guerre au Haut-Karabakh », a-t-il dit.

Selon le Secrétaire général de l’OTSC Stanislav Zas, leur organisation donne priorité aux moyens politiques et diplomatiques.

« Nous avons développé une coopération avec les organisations régionales internationales et leurs structures pertinentes. Nous avons préservé et, surtout, cultivons le principe de donner la priorité aux moyens politiques et diplomatiques pour atteindre les objectifs de l’OTSC. C’est probablement l’un des principaux piliers de notre organisation», a déclaré le Secrétaire général de l’OTSC Stanislav Zas.

 

Mise en oeuvre de la stratégie de sécurité collective de l’OTSC 

 

« Au cours de ces années, nous avons considérablement étoffé l’offre de l’OTSC de sa capacité militaire. Nous modernisons la structure, l’équipement et la formation des organes chargés de gérer et de former un système de sécurité collective.

Nous considérons la formation d’un système uniforme pour la formation du personnel, des organes de gestion et des troupes comme une réalisation importante de l’OTSC. Bien sûr, la forme la plus élevée de ce système est incarnée dans les exercices divers conjoints planifiés que nous organisons chaque année.

Nous avons créé et développons un mécanisme efficace pour contrer les défis et les menaces modernes, tels que le trafic de drogue, la migration illégale, le terrorisme international et la criminalité utilisant les technologies de l’information. À cette fin, des mesures conjointes d’urgence et de prévention sont prises et des opérations spéciales sont menées régulièrement. Les résultats prouvent leur pertinence et leur efficacité », a déclaré le Secrétaire général de l’OTSC Stanislav Zas.

Et d’ajouter : « Le développement ultérieur de notre organisation se fera en tenant compte de vos décisions et instructions, je suis reconnaissant pour les initiatives et instructions d’aujourd’hui et sur la base du plan de mise en œuvre de la stratégie de sécurité collective de l’OTSC jusqu’en 2025.

Soit dit en passant, l’année prochaine, nous devons commencer à préparer les données initiales pour développer une nouvelle stratégie de sécurité collective de l’OTSC pour la prochaine période, 2026-2030. Il est grand temps, et la situation actuelle est bien différente de ce qu’elle était il y a cinq ans. Cela signifie aussi beaucoup de travail à faire, et cela nécessite probablement que nos pays unissent leurs forces d’analyse ».

 

 

 

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More