«Les riches ressources naturelles du Bassin du Congo connaissent une surexploitation dans un contexte d’irresponsabilité », déplore la CENCO

0 134

Réunis à Kinshasa du 21 au 24 juin 2021 dans un séminaire sur le thème «L’Église de la République démocratique du Congo (RDC) face aux enjeux de l’environnement et des ressources naturelles pour la protection du Bassin du Congo et de la Maison commune »,  les Évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) ont , à l’issue de ces assises , fait des recommandations qui seront intégrées dans le plan d’action de l’Église- Famille de Dieu en RDC et sera rendu public dans les prochains jours.

C’est ce qui se dégage du rapport synthèse du secrétariat scientifique de la session, lu par l’Abbé Zéphyrin Ligopi, Secrétaire de la Commission épiscopale pour l’Apostolat des laïcs.

Ces recommandations ont été formulées à partir des constats qui ont alimenté les analyses dans les six carrefours mis en place sur base de six provinces ecclésiastiques dans le cadre de l’Écologie intégrale et d’une approche holistique de la gestion des différents secteurs des ressources naturelles, des infrastructures et de l’industrialisation du pays.

Parmi ces constats, on peut citer dans la foulée ceux-ci : Les riches ressources naturelles du Bassin du Congo connaissent une surexploitation dans un contexte d’irresponsabilité et d’indifférence qui conduit d’abord, à la fragilité de la terre qui devient comme un dépotoir avec les déchets toxiques, la déforestation, la pollution de l’air et de l’eau, qui menace la biodiversité et ensuite fragilise la vie de l’homme ; l’injustice climatique à la base des inégalités sociales ; la faiblesse de l’Etat Congolais ne favorise pas la maîtrise de la gestion de ses ressources minières, forestières, hydrauliques, énergétiques, foncières, agricoles qui ne repose sur aucune vision stratégique ; etc…

Rappelons que cette session a été initiée par la Commission épiscopale pour les ressources naturelles (CERN). Tous les Évêques membres de la CENCO, le Secrétaire Général de l’ACEAC, les Secrétaires Généraux de la CENCO, les secrétaires des Commissions épiscopales, les délégués des provinces ecclésiastiques et de l’USUMA-ASUMA, des nombreuses personnalités scientifiques, certains représentants des médias, des étudiants et membres de la société civile de la RDC ont pris part à ces assises.

Prenant la parole à la cérémonie de clôture, Mgr Sébastien Muyengo, Évêque d’Uvira et Président de la CERN a déclaré : C’est pourquoi, évêques de la CENCO, nous devons nous impliquer dans des plaidoyers par rapport à un certain nombre de dossiers traités au cours de ces quatre jours, durant lesquels les preuves nous ont été fournies qu’au-delà de sensibilité politique, de différence de croyances et de cultes, etc., le peuple congolais, à travers sa base, son élite intellectuelle, politique, du monde des affaires, des entreprises, etc., croit en l’autorité, en la capacité de l’Eglise, des évêques de la CENCO, de faire inverser la tendance à l’attentisme, l’immobilisme, la corruption, la gabegie, bref toutes ces antivaleurs qui a laissé notre pays par terre plus de 60 ans. Avec toutes ces têtes bien pensantes et toutes ces ressources, on peut vraiment se demander : de quelle pauvreté souffrons-nous en RD. Congo ?

L’évêque d’Uvira a réitéré,  dans ce sens, son souci de voir se planifier dans les diocèses  du pays tout un projet éducatif sous forme d’une Catéchèse de la sauvegarde de la création inspirée de l’encyclique Lausato Si du Pape François ; une catéchèse pas théorique, mais pratique au travers des activités comme la plantation des arbres par les enfants (c’est l’initiative un enfant un arbre  qui s’organise déjà dans quelques-uns des diocèses. « Il y a aussi tous les travaux d’assainissement de nos cités, nos environnements. Dans nos villages, nous pouvons aussi initier des travaux de clôturer nos écoles, nos terrains de jeux par des arbres dont les enfants prépareront d’avance des plantules », a ajouté l’évêque.

Mgr Muyeno a terminé son mot par les propos de l’un des participants à ces assises concernant la mise en pratique de tout ce que les participants ont partagé au cours de ces 4 journées : « Si les congolais mettaient en pratique tout ce qui sort de leur tête, notre pays n’en serait pas là ».

Pour l’évêque d’Uvira,  ce serait vraiment dommage qu’avec toutes ces idées partagées, tous ces projets planifiés, toutes ces propositions, recommandations faites à des diverses instances, on n’en reste là, sans que les choses ne bougent.

Mgr Marcel Utembi, Archevêque de Kisangani et Président de la CENCO, a clôturé les travaux de cette session de renforcement des capacités des Évêques membres de l’Épiscopat congolais.

 

 

 

Le Hautpanel

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More