Les six hauts magistrats ont prêté serment devant le chef de l’État

0 201

Le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a reçu mercredi le serment de six Hauts magistrats nommés aux grades supérieurs à la Cour de cassation, au Conseil d’État, à la Haute cour militaire et aux parquets généraux rattachés à ces hautes juridictions, au cours d’une cérémonie dans la salle de congrès au palais de la nation, a rapporté l’ACP.

Il s’agit des magistrats, Dominique Thambwe et Victor Mumba Mukomo nommés respectivement premier président à la Cour de cassation et procureur général près cette cour, Octave Tela Zele nommé procureur général au parquet général près le Conseil d’État, du général Joseph Mutombo Katalay et du lieutenant général Munkutu  respectivement promus et confirmés premier président de la Haute cour militaire  et Auditeur général près cette haute juridiction. Le magistrat Kikongo Mukuli nommé président à la cour de cassation en 2018 par l’ancien président de la République, était également parmi les assermentés.

Les nouveaux magistrats civils promus ont, tour à tour, juré de respecter la constitution et les lois de la République Démocratique du Congo (RDC), de remplir loyalement et fidèlement avec honneur et dignité les fonctions qui leur sont confiées. Tandis que leurs collègues militaires ont juré devant Dieu et devant la nation obéissance à la constitution et aux lois de la République, de remplir loyalement et fidèlement avec honneur  et dignité les fonctions qui leur sont confiées.

Le Président de la République a pris acte de leur serment avant de leur présenter ses sincères félicitations. Les assermentés ont, ensuite, signé le procès-verbal avec le directeur du cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe.

Auparavant, la conseillère principale du Chef de l’État chargée des questions juridiques et administratives, Nicole Ntumba Bwatshia, a affirmé que la cérémonie de prestation de serment a concerné les Hauts magistrats nommés par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, et celui nommé le 23 juillet 2018 par son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange, qui n’avait pas prêté serment pour cause de maladie.

Elle a souligné que ces nominations intervenues au sein du pouvoir judiciaire viennent jeter les jalons de rupture décriée, expliquant qu’une justice injuste est appelée à disparaitre pour laisser la place à une justice susceptible d’élever la nation. «Ces ordonnances ont entre autres pour vocation d’insuffler un vent nouveau au sein du pouvoir judiciaire congolais avec de nouvelles nominations afin de redorer l’image de la justice congolaise», a-t-elle insisté.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More