Manifestation contre le racisme : Plusieurs statues à travers les États-Unis sont détruites

0 279

Plusieurs statues ont été détruites ce week-end  à travers les Etats-Unis par les manifestants en colère contre le racisme. De San Francisco à Seattle, en passant par Washington, DC et à Raleigh.

Depuis le meurtre de George Floyd, le 25 mai dernier à Minneapolis, le mouvement afro-américain « Black lives Matter », a lancé des campagnes de manifestation antiracisme.

A San Francisco, dans le Golden Gate Park , le long de l’océan Pacifique, les manifestants ont pulvérisé de la peinture rouge et écrit «propriétaire d’esclaves» sur des piédestaux avant d’utiliser des cordes pour abattre les statues et les faire glisser sur les pentes herbeuses sous les applaudissements .

Parmi les statues vandalisées , nous retrouvons un buste d’Ulysse Grant, ancien président des États-Unis après avoir été le général qui a finalement battu les Confédérés et mis fin à la guerre civile.

Les manifestants ont souligné que Grant et sa famille possédaient des esclaves. Il s’est marié dans une famille propriétaire d’esclaves, mais il n’a eu aucun problème à lutter pour mettre fin à l’esclavage. Grant a également soutenu la plate-forme républicaine de 1868 lorsqu’il a remporté la présidence, qui a appelé à permettre aux hommes noirs de continuer à voter dans le Sud.

Une statue de Francis Scott Key, qui a écrit l’hymne national américain «Star Spangled Banner», a été aussi détruite.

Les manifestants ont également abattu la statue du missionnaire espagnol Junipero Serra, un prêtre catholique romain du XVIIIe siècle qui a fondé neuf des 21 missions espagnoles de Californie et est réputé avoir apporté le catholicisme romain dans l’ouest des États-Unis.

Serra a forcé les Amérindiens à rester dans ces missions après avoir été convertis ou faire face à des sanctions brutales. Ses statues ont été effacées en Californie depuis plusieurs années par des gens qui ont dit qu’il avait détruit les tribus et leur culture.

La démolition des statues confédérées, a aussi  été soignée dans la capitale nationale, les manifestants ont renversé la statue de 11 pieds (3,4 mètres) d’Albert Pike, la seule statue dans la ville d’un général confédéré. Puis ils ont allumé un feu de joie et se sont tenus autour d’elle en cercle pendant que la statue brûlait, scandant: «Pas de justice, pas de paix!» et “Pas de police raciste!

“À Washington, DC et à Raleigh, en Caroline du Nord, c’était une autre nuit de démolition des statues confédérées. Les manifestants ont renversé la statue de 11 pieds (3,4 mètres) d’Albert Pike, la seule statue dans la ville d’un général confédéré. Puis ils ont allumé un feu de joie et se sont tenus autour d’elle en cercle pendant que la statue brûlait, scandant: «Pas de justice, pas de paix!» et “Pas de police raciste!”

Les policiers ont initialement arrêté les manifestants. Mais après avoir nettoyé la zone, les manifestants sont revenus et ont terminé le travail. Ils ont traîné les statues dans la rue et les ont suspendues par le cou à un lampadaire, a souligné abc.

À Seattle, davantage de statues honorant les confédérés qui ont tenté de se détacher des États-Unis il y a plus de 150 ans ont été renversées. La police, où une personne a été tuée par balles et une autre grièvement blessée.

Mais plusieurs statue ont été retirées sur ordre du gouverneur démocrate de Caroline du Nord, qui a déclaré qu’il tentait d’éviter des affrontements violents ou des blessures en renversant les lourds monuments érigés par les suprémacistes blancs qui, selon lui, n’appartiennent pas à des endroits comme les terrains du Capitole de l’État qui sont pour tous gens.

Le gouverneur  du Caroline du Nord, Roy Cooper , a déclaré qu’il avait ordonné le retrait pour des raisons de sécurité publique et accusé l’Assemblée générale de l’État à majorité républicaine du danger.

Deux autres statues confédérées, ont été retirées samedi matin, des équipes de travail officielles sont venues dans la capitale de la Caroline du Nord pour les retirer. Une statue a été dédiée aux femmes de la Confédération et une autre a été placée par les United Daughters of the Confederacy en l’honneur d’Henry Wyatt, la première carolinienne du Nord tuée au combat pendant la guerre civile.

Si le législateur avait abrogé sa loi de 2015 qui met en place des obstacles juridiques à la suppression, nous aurions pu éviter les incidents dangereux de la nuit dernière”, a déclaré Cooper sur Twitter. «Les monuments à la suprématie blanche n’appartiennent pas aux lieux d’allégeance, et il est grand temps que ces mémoriaux douloureux soient déplacés de manière légale et sûre.»

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More