Mer de Chine méridionale : Le Japon réitère sa ferme opposition aux tentatives de la Chine de modifier le statu quo par la force

0 264

Le Ministre des Affaires étrangères du Japon, M. Hayashi Yoshimasa, a déclaré ce mardi 12 juillet 2022, que le Japon réitère sa ferme opposition aux tentatives unilatérales de modifier le statu quo par la force en mer de Chine méridionale, six ans après le prononcé de la sentence du Tribunal arbitral concernant les différends entre la République des Philippines et la République populaire de Chine.

« Aujourd’hui, six ans se sont écoulés depuis le prononcé de la sentence du Tribunal arbitral dans les différends entre la République des Philippines et la République populaire de Chine concernant la mer de Chine méridionale. La sentence du Tribunal étant définitive et juridiquement contraignante pour les parties au différend en vertu des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM), les parties à cette affaire, les Philippines et la Chine, sont tenues de se conformer aux décerner. L’affirmation de la Chine selon laquelle elle n’acceptera pas la sentence est contraire au principe du règlement pacifique des différends conformément au droit international, en particulier à la CNUDM, et porte atteinte à l’état de droit en tant que valeur fondamentale de la communauté internationale », a déclaré Hayashi Yoshimasa.

A l’en croire, le Japon remercie vivement le Gouvernement philippin d’avoir constamment respecté la sentence et d’avoir montré son attachement au règlement pacifique des différends en mer de Chine méridionale.

« Compte tenu de l’universalité et de l’exhaustivité du CNUDM, toutes les revendications maritimes doivent être fondées sur les dispositions pertinentes de CNUDM. Le Japon renouvelle son objection aux revendications maritimes en mer de Chine méridionale qui sont incompatibles avec la CNUDM et reste gravement préoccupé par la situation actuelle. En outre, le Japon réitère sa ferme opposition aux tentatives unilatérales de modifier le statu quo par la force ou la coercition », a souligné le ministre japonais des Affaires étrangères, Hayashi Yoshimasa.

« Le Japon continuera de travailler en coordination avec l’ASEAN et les autres pays concernés pour maintenir et renforcer l’ordre maritime fondé sur l’État de droit et pour réaliser un Indo-Pacifique libre et ouvert », a-t-il ajouté.

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More