Myanmar : L’UE impose des sanctions à 10 personnes et à deux entreprises contrôlées par l’armée à la suite du coup d’État militaire de février

0 73

L’Union européenne (UE) a approuvé ce lundi 19 avril 2021, les sanctions visant les individus et les entités contrôlées par l’armée du Myanmar, à la suite d’un coup d’État militaire de février dernier, dans ce pays de l’Asie, indique un communiqué de l’UE.

Le Conseil a décidé aujourd’hui de sanctionner 10 personnes et deux sociétés contrôlées par l’armée , Myanmar Economic Holdings Public Company Limited ( MEHL ) et Myanmar Economic Corporation Limited ( MEC ) en relation avec le coup d’État militaire organisé au Myanmar / Birmanie le 1er février 2021, et la répression militaire et policière contre des manifestants pacifiques. La décision a été prise par procédure écrite.

Les personnes visées par les sanctions sont toutes responsables de saper la démocratie et l’état de droit au Myanmar / en Birmanie , ainsi que de décisions répressives et de graves violations des droits de l’homme . Les deux entités sanctionnées sont de grands conglomérats qui opèrent dans de nombreux secteurs de l’économie du Myanmar et sont détenus et contrôlés par les Forces armées du Myanmar ( Tatmadaw ), et leur fournissent des revenus. Les sanctions adoptées visent spécifiquement les intérêts économiques du régime militaire du Myanmar, qui est responsable du renversement du gouvernement démocratiquement élu de la Birmanie. Les sanctions sont conçues de manière à éviter tout préjudice indu à la population du Myanmar.

La décision prise aujourd’hui est un signe de l’ unité et de la détermination de l’ UE à condamner les actions brutales de la junte militaire et vise à opérer un changement au sein de la direction de la junte . La décision d’aujourd’hui envoie également un message clair aux dirigeants militaires: continuer sur la voie actuelle ne fera qu’apporter de nouvelles souffrances et n’accordera jamais aucune légitimité.

Les mesures restrictives, qui s’appliquent désormais à un total de 35 personnes et deux entreprises, comprennent une interdiction de voyager et un gel des avoirs . En outre, il est interdit aux citoyens et aux entreprises de l’UE de mettre des fonds à la disposition des personnes physiques et morales répertoriées.

Les mesures restrictives préexistantes de l’UE restent également en place. Celles-ci comprennent un embargo sur les armes et le matériel pouvant être utilisés à des fins de répression interne, une interdiction d’exporter des biens à double usage destinés à être utilisés par l’armée et la police des gardes-frontières, des restrictions à l’exportation de matériel de surveillance des communications qui pourraient être utilisés à des fins de répression interne, et une interdiction de l’entraînement militaire et de la coopération militaire avec les Tatmadaw.

Les mesures restrictives de l’UE s’ajoutent à la suspension de l’aide financière allant directement au gouvernement et au gel de toute aide aux organes gouvernementaux qui peut être considérée comme légitimant la junte.

L’UE reste un fervent partisan du peuple du Myanmar / de la Birmanie et de la transition démocratique du pays . Comme signe tangible de ce soutien, la Commission européenne a récemment alloué 9 millions d’euros supplémentaires d’aide humanitaire d’urgence pour venir en aide à ceux qui en ont besoin. Depuis 1994, l’UE a fourni 287 millions d’euros d’aide humanitaire au Myanmar, dont 20,5 millions d’euros en 2021 jusqu’à présent.

L’UE travaille avec des partenaires humanitaires de confiance et indépendants pour répondre aux besoins de protection, d’alimentation, de nutrition et de santé des personnes les plus vulnérables, en particulier dans les États de Rakhine, Chin, Kachin et Shan.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More