Nord-Kivu : Des éléphants en divagation continuent à faire des victimes à Rutshuru

0 462

Un homme, habitant de Nyamilima, en territoire de Rutshuru, a été violemment battu par un éléphant en divagation dans le village, provenu du parc national des Virunga. Il a reçu un coup d’éléphant au niveau du ventre, et a vite été conduit à l’hôpital général de référence de Saint Jean de Nyamilima, avec des intestins tenus en dehors de l’abdomen.

Le malheureux a été rencontré par cette bête sauvage au niveau des champs périphériques situés à plus ou moins 7 kilomètres au sud du village de Nyamilima. Il était dans son champ, en pleine activité de production d’une boisson alcoolique faite de banane, localement appelée « KASIKSI », dont l’odeur attire les pachydermes.

Depuis le début du mois de mars, c’est la deuxième divagation des éléphants dans les villages où restent les habitants, créant des dégâts humains et des ravages des champs. Le cas précédent est celui de jeudi 18 mars 2021, toujours dans les champs périphériques de Nyamilima, en groupement Binza, lorsqu’au moins trois personnes étaient marchées dessus par un animal.

Aimé Mbusa Mukanda, notable et acteur socio-politique basé à Rutshuru, dénombre au moins 7 personnes, dont deux éco-gardes de l’Institut congolais pour la conservation de la Nature (ICCN), couchaient sur les lits d’hôpitaux après avoir été blessées par des éléphants en divagation, dans un intervalle de 7 jours.

Depuis le mois de juillet 2020, il y a déjà trois personnes décédées, tuées par ces bêtes. Les familles de toutes ces victimes ne cessent de demander justice et réparation pour ces dégâts, auprès du gouvernement congolais et de l’Institut congolais pour la conservation de la Nature (ICCN), à en croire M. Mukanda.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More