Nord-Kivu : Des violences populaires signalées au nord de Goma

0 407

Ce Lundi 12 avril 2021, dans la matinée , une partie de la ville de Goma s’est réveillée sous une forte psychose. Des violences ont éclaté trop tôt, entre quelques habitants qui s’en prenaient aux autres, ainsi qu’à leurs maisons d’habitation. Depuis le lever du soleil, l’on remarquait que des maisons étaient incendiées, et à partir de cette situation, il y a eu des déplacements des habitants, quittant le quartier Majengo et ses environs, pour se réfugier dans des milieux prétendus sécurisés.

La cause de ces échauffourées, est l’assassinat dans la soirée du dimanche 11 avril dernier, de deux motards qui habitaient le territoire voisin de Nyiragongo, dont l’identité des auteurs n’est pas encore élucidée.

En effet, il y avait encore des troubles, le dimanche, au niveau de Buhene, en territoire de Nyiragongo, et Majengo, en ville de Goma. Ces violences étaient faites par des jeunes de la place, en réclamation, du départ de la MONUSCO en province du Nord-Kivu. Ils ont fait face à la police qui les a dispersés à coup de balles réelles. Lors de cette répression, un jeune revendeur des cartes des crédits téléphoniques à Buhene aurait reçu une balle et n’aurait pas survécu. C’était avant que les deux conducteurs de moto taxi n’aient été tués.

Une chose inquiète. Lorsque les violences commençaient, au niveau du quartier Majengo, il est dit que des jeunes de la communauté KUMU vivant à Nyiragongo pointaient des maisons habitées par des membres de la communauté NANDE. Les deux taximen tués seraient des KUMU, à en croire nos sources. Peut-on croire en une sorte de mutation, de la lutte anti-Monusco vers des violences communautaires.

Le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, vient, pour ce faire de suspendre, toutes manifestations sur l’étendue de sa province, en prévention de dégâts qui pourraient s’annoncer énormes si la même situation continue. L’autorité provinciale se réserve encore de donner le bilan, mais ce serait lourd, avec plusieurs personnes tuées, des blessés et des maisons incendiées.

 

ISSA Félix/ Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More