Nord-Kivu : La population de Goma en colère a exigé le retrait de la Monusco

0 197

La ville de Goma, Chef-lieu de la Province du Nord-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo a été ce lundi 25 Juillet 2022, le théâtre des manifestations du peuple congolais et des mouvements citoyens pour exiger le départ de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).

Après plusieurs massacres à Beni, la persistance de l’insécurité à l’Est du pays avec notamment le siège de Bunagana par les terroristes du M23, alliés du Rwanda, la population du Nord Kivu a dénoncé à travers cette mobilisation l’inéfficacité des troupes des Nations-Unies en place au pays depuis plus de 20 ans.

Le Quartier Général de la MONUSCO à Goma, a été pillé ce lundi et son personnel évacué. La marche pacifique avait été annoncée par l’UDPS, le parti au pouvoir , via un communiqué pour dire non à la présence de la MONUSCO et lui exiger de se retirer sur le sol congolais.

En visite à Goma, il y a quelques semaines, le Professeur Bahati Lukwebo, Président du Sénat avait également exprimé son ras-le-bol sur l’incapacité des forces onusiennes de protéger les Congolais.

« Je pense que tout est clair et le complot il est total. Voilà pourquoi nous devons nous assumer », a estimé le Président du Sénat Bahati Lukwebo qui s’est interrogé « si ça vaut encore la peine de continuer à garder la Monusco sur le territoire congolais car « vingt mille personnes qui sont là depuis plus de 22 ans » sans que l’on ait la paix en RDC.

«Je pense qu’il est grand temps que nous-mêmes nous puissions nous assumer », a recommandé le Président du Senat pour qui « la plus grande arme » c’est « la détermination de la population et celle de la jeunesse ». Il s’est enfin dit conscient qu’un élan de solidarité doublée de patriotisme et de combativité, les congolais vont « vaincre l’ennemi et toute sorte d’armes quoi qu’il en soit et quoi qu’il en coute».

 

Le Gouvernement condamne la manifestation contre la MONUSCO

 

« Le Gouvernement suit de près la situation à Goma consécutive à l’appel à manifester contre la MONUSCO. Il condamne fermement toute forme d’attaque contre le personnel et les installations des Nations Unies. Les responsables seront poursuivis et sévèrement sanctionnés », a déclaré le Ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya sur Twitter.

Et d’ajouter : « Le processus du retrait de la MONUSCO a déjà été engagé. En attendant son aboutissement le Gouvernement respectera chacun de ses engagements contenus dans l’accord qui nous lie notamment en matière de sécurité de son personnel et de ses installations ».

Rappelons que le Maire de Goma, le Commissaire Supérieur Principal Kabeya Makossa François, avait demandé à la population de la ville de Goma de vaquer librement à ses occupations pour la journée de ce lundi 25 juillet 2022 contrairement aux rumeurs faisant état d’une ville morte.

Et avait également demandé aux services de l’ordre et de sécurité de se mettre en œuvre pour contrecarrer toute éventuelle manifestation publique car non autorisée.

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More