RDC : Claudel Lubaya exhorte l’Union Sacrée à renoncer à la pratique nuisible de partage des entreprises publiques

0 102

Dans une tribune publiée ce mardi 19 octobre 2021 sur Twitter, le député national, Claudel André Lubaya a exhorté les autorités Congolaises à préserver les entreprises publiques de la mangeoire politique.

« Depuis le dialogue inter congolais de Sun City , les entreprises publiques ont été réduites en un simple butin à partager entre clans politiques au détriment l’intérêt général, et au mépris des principes universels de gouvernance des entreprises et de bonnes pratiques en la matière », a déclaré Claudel André Lubaya.

Pour l’élu de Kananga au Kasaï-Central, « Ce modèle ruineux et défaillant, qui n’en est pas un du reste, a démontré toutes ses limites, Gécamines, MIBA, OKIMO, LAC, SNCC, RVA, CMDC , RVF, RVM, OGEFREM, BUKANGA LONZO et autres , ont été au fil du temps , transformées en champ de ruines par des mandataires véreux, politiciens ou partisans des politiciens nommés sur base de leur activisme outrancier et protégés par des parapluies politiques, bénéficiaires des opérations retour ».

Il regrette que les réformes réalisées dans ce domaine avec la promulgation de la Loi N°8/008 du 7 juillet 2008, n’ont pas pu faire avancer les choses, car ces entités économiques sont toutes inopérantes et partantes non compétitives. Insolvables et quasiment toutes en faillite, bon nombre d’entre elles accumulent plusieurs arriérés de salaire de leurs employés en violation de l’article 36 de la Constitution.

A cet effet, le député national Claudel Lubaya appelle l’Union Sacrée de la Nation dont le Président Félix Tshisekedi est initiateur à renoncer à cette pratique qui a detruit les entreprises de l’État.

« L’Union sacrée pour la nation, présentée par le Président de la République comme une rupture avec l’ordre ancien, se doit de renoncer à la pratique nuisible de partage des entreprises publiques qui a ruiné l’économie du pays et entraîné la faillite de l’État », a-t-il dit.

Et d’ajouter : « Que les politiciens en quête d’argent se contentent des postes politiques et se désengagent de la gouvernance des entreprises. C’est une des voies pour mettre fin à la corruption, la gabegie et l’impunité qui ont retardé le pays ».

 

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More