RDC : Georges Kapiamba plaide auprès du Premier ministre et du ministre des PTNTIC pour la suspension urgente de l’acte juridique créant la taxe RAM

0 50

Le Président national de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), Georges Kapiamba a plaidé ce dimanche 02 mai 2021, en faveur de la suspension urgente de l’acte juridique créant la Taxe RAM.

« Les effets néfastes de la taxe RAM sur les droits humains militent aujourd’hui en faveur de la suspension urgente de l’Acte juridique la créant. Nous appelons le Premier Ministre Sama Lukonde Kyenge et le Ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (PTNTIC), Augustin Kibassa Maliba, à prendre en compte les réclamations incessantes de la population », a écrit ce dimanche Georges Kapiamba sur Twitter.

D’après un expert d’un réseau téléphonique en RDC, le RAM est l’acronyme de registre pour appareil mobile. C’est-à-dire que l’état congolais au travers l’ARTPC a fait un registre pour tous les appareils mobiles pouvant se connecter (téléphones, modems…) et ce registre là est composé des IMEI.

Au départ, l’idée était de lutter contre la contrefaçon des téléphones et deuxièmement de lutter contre le vol des téléphones à travers l’IMEI , on bloquait automatiquement l’appareil aux réseaux.

C’est ainsi que l’ensemble de tous ces services là ont accouché d’une taxe qu’on appelle, la taxe sur le RAM.

Cette taxe est payable pendant une période de 6 mois. De ce fait, on a scindé la taxe pour 2 catégories d’appareils, il y a des appareils de la 2e génération (téléphone 2G) qui payent 0.17u le mois jusqu’à atteindre 6 mois, à partir du 5 et 6 mois 0.15u et les appareils qui ont la 3G et 4G, payent 1.17$ c’est-à-dire 117u par mois.

Il sied de signaler que depuis le lancement de sa campagne en octobre 2020 , il y a eu certains numéros dont le prélèvement avait commencé, maintenant l’ARTPC est dans la phase de recouvrement forcé en bloquant l’accès à l’activation des forfaits certains numéros non en règle. Voilà ce qui crée les frustrations au sein de la population congolaise.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More