RDC : Le FIDA débloque un montant de 36,4 millions USD en faveur de la RDC dans le cadre du «PADRIR» visant à réduire la pauvreté, à accroître la productivité et renforcer la résilience de plus de 410 000 ménages de petits exploitants agricoles

0 351

Le Ministre des finances de la République démocratique du Congo (RDC), Sele Yalaghuli, et Gilbert F. Houngbo, Président du Fonds international de développement agricole (FIDA), ont signé par correspondance l’accord de financement concernant le Programme d’appui au développement rural inclusif et résilient (PADRIR).

Ce programme évalué à 130,4 millions de dollars américains, visera à promouvoir la culture de denrées telles que le manioc, le riz et le maïs, afin de développer des filières résilientes face aux changements climatiques, ainsi que la production d’arachide, de niébé et de soja, qui renforceront la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Pour diversifier les revenus des petits agriculteurs, le programme PADRIR encouragera le maraîchage, la pisciculture, l’aviculture, l’apiculture et l’élevage.

A cet effet,  le FIDA participe au financement du nouveau programme mis en place en RDC visant à réduire la pauvreté, à accroître la productivité et les revenus, à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à renforcer la résilience de plus de 410 000 ménages de petits exploitants agricoles.

Ce financement concerne un prêt de 26,6 millions de dollars américains et un don de 9,8 millions de dollars américains à la RDC. Tandis que la contribution du Gouvernement congolais s’élève à 14,7 millions de dollars américains, auxquels s’ajoutent 3,3 millions de dollars américains apportés par les bénéficiaires. Les cofinanceurs et les partenaires de développement internationaux se sont quant à eux engagés à verser 75,9 millions de dollars américains.

Le programme PADRIR sera mis en œuvre dans les quatre provinces suivantes: Kasaï central, Kasaï oriental, Lomami et Maniema. Il permettra de rénover et de construire des infrastructures dans le respect de l’environnement: 180 points d’eau, dont des trous de forage, des systèmes d’approvisionnement en eau potable et 14 microcentrales hydroélectriques et kits solaires. En outre, 1 530 kilomètres de routes et de ponts seront remis en état; 44 entrepôts, 68 établissements de santé et hôpitaux ruraux, 35 centres de nutrition et 70 écoles primaires et secondaires seront construits ou rénovés. Le programme aura pour cible que 60% des bénéficiaires soient des femmes.

Ce programme vient tant soit peu résoudre le problème lié à la crise alimentaire qui sévit en République démocratique du Congo, où 15,6 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire et 3,4 millions d’enfants souffrent de malnutrition aiguë, est la deuxième plus grave au monde, par son ampleur. Les petits producteurs étant aux prises avec les changements climatiques et la COVID-19, l’insécurité alimentaire devrait encore s’aggraver en 2020. Cette situation menace les moyens d’existence de millions de Congolais en situations de vulnérabilité.

 “Aujourd’hui, le pays fait face à de nombreuses difficultés COVID-19, Ebola conjugués à des situations de conflit qui ont des effets sur les moyens d’existence des petits exploitants agricoles en situation de vulnérabilité”, a déclaré Valantine Achancho, directeur de pays du FIDA pour la République démocratique du Congo. “Le FIDA est résolu à collaborer avec les autorités pour faire en sorte que les zones rurales ne soient pas laissées pour compte. Inclusif et novateur, le programme PADRIR permettra de traiter la question de la pauvreté rurale dans sa globalité, un accent particulier étant mis sur les personnes handicapées et les Pygmées. Il améliorera l’accès aux infrastructures économiques et sociales de base dans ses zones d’intervention.

Ce programme facilitera également l’inclusion économique des petits exploitants et la valorisation des produits agricoles par la transformation. Des infrastructures rurales seront créées pour favoriser une production axée sur le marché et aider les petites exploitations à acheminer efficacement leurs excédents de production vers les marchés, ce qui permettra aux agriculteurs d’accroître leurs ventes et d’améliorer leurs moyens d’existence.

Le programme PADRIR permettra de renforcer les capacités des petits producteurs et de leurs organisations, non seulement en matière de production, mais aussi de stockage et de transformation des produits périssables. Il prévoit un soutien à la formation professionnelle et à la création d’emplois pour les jeunes.

Depuis 1980, le FIDA a investi plus de 213,7 millions de dollars américains dans neuf projets et programmes de développement rural en République démocratique du Congo, dont la valeur totale s’élève à près de 421,2 millions de dollars américains. Ces initiatives ont permis d’améliorer directement les conditions de vie de près de 561 200 ménages ruraux.

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More