RDC : Les bénéficiaires de la grâce présidentielle sont enfin libres

0 97

Le vice-ministre de la justice, Bernard Takahishe Ngumbi, faisant fonction de Vice Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des Sceaux a bel et bien présidé ce vendredi 08 Janvier 2021,  au Centre Pénitentiaire de Rééducation de Kinshasa (CPRK), ex Prison centrale de Makala, situé dans la commune de Selembao,  la cérémonie relative à l’exécution de l’ordonnance n°20 /150 du 30 décembre 2020 portant mesure collective de grâce signée par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Ils étaient vingt-trois au total (militaires et civils) à avoir quitté le site pénitentiaire sous les ovations de leurs proches venus en masse pour exalter ce qui, jusqu’il y a peu, passait pour une simple vue de l’esprit.

Sourire en coin, leur attestation de libération à portée de main, ces ex détenus n’ont pas caché leur satisfaction de retrouver les leurs après plusieurs années passées sous les verrous pour des délits dont certains continuent de plaider à tout vent leur innocence.

Dans le lot des bénéficiaires, figurait l’emblématique Eddy Kapend condamné autant que d’autres en janvier 2003 par un arrêt de la Cour d’ordre militaire dans le cadre du procès relatif à l’assassinat du président Laurent-Desiré Kabila.

La manifestation qui s’est déroulée en présence de quelques personnalités du monde judiciaire et des responsables de l’administration pénitentiaire s’est articulée essentiellement autour de l’allocution du vice-ministre de la justice, Bernard Takahishe Ngumbi, faisant fonction de Vice Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des Sceaux.

Parlant de la symbolique de l’évènement, ce dernier a indiqué que cela s’inscrit en droite ligne dans la vision du Chef de l’Etat d’instaurer, dans la paix et la quiétude, un État de droit.

«J’en appelle à la conscience de tout le monde. Nous devons tous être respectueux des règles de jeu qui nous régissent. C’est aussi ça l’État de droit. L’État de droit commence par-là, si on ne respecte rien, rien ne pourra marcher », a déclaré Bernard Takahishe Ngumbi.

Il a mis en garde tous ceux qui continuent à violer les lois de la République en brandissant le spectre de la sanction qui pourrait s’abattre sur eux s’ils s’entêtent dans leur comportement, avant d’expliquer que l’opération de libération se fera de manière progressive en fonction des listes qu’auront à transmettre, au fur et à mesure, les Parquets civils et militaires.

Il en a profité pour conscientiser les prisonniers graciés qui ont aujourd’hui l’opportunité de se réinsérer dans la société et d’apporter leur pierre dans l’édification du pays. C’est sous un concert des klaxons sur fond de tintamarre que les heureux graciés ont pu, en hommes libres, rejoindre leurs lieux d’habitation.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More