RDC : Michelle Bachelet promet de faire tout ce qu’elle peut pour soutenir le gouvernement et appelle à un solide soutien international pour son développement

0 212

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a conclu lundi une visite de cinq jours en République démocratique du Congo (RDC) avec un appel au gouvernement du pays et à la communauté internationale «à saisir l’opportunité qui existe actuellement de sortir le pays de son cocktail meurtrier de conflits, de violations des droits de l’homme et de problèmes socio-économiques chroniques. »

“Le fait que le pays soit parvenu à mener une transition politique pacifique pour la première fois depuis l’indépendance et qu’il soit désormais gouverné par une coalition d’anciens politiciens de l’opposition et du gouvernement, dirigée par le président Tshisekedi, rend possible un changement positif”, a déclaré Bachelet. «S’il faudra un effort concerté et soutenu pendant de nombreuses années pour s’attaquer à tant de problèmes enracinés, certains des moyens de trouver des solutions ont été clairement identifiés et des signes de progrès ont été observés dans quelques domaines, notamment la publication de prisonniers politiques et militants. »

La Haut-Commissaire a commencé sa visite dans l’extrême nord-est de la province d’Ituri, à peine deux semaines après que son bureau a publié un rapport produit par le Bureau conjoint des droits de l’homme en RDC décrivant les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité perpétrés en Ituri au cours de la deux dernières années, principalement par un groupe armé militant lendu qui visait les Hema vivant dans les mêmes régions. Jusqu’à présent, les Hema se sont pour la plupart abstenus de riposter.

Le conflit entre les Lendu et les Hema est l’un des nombreux conflits qui se déroulent actuellement en RDC, y compris ailleurs en Ituri et dans le Nord et le Sud-Kivu. Les groupes impliqués comprennent l’ADF, qui commet des abus depuis des années et a été responsable de certains épisodes particulièrement meurtriers à la fin de 2019 à Beni, et de groupes locaux disparates connus sous le nom de Mai Mai, dont certains ont attaqué des centres de santé pour lutter contre l’épidémie d’Ebola.

“J’ai décidé de visiter l’Ituri, car la situation là-bas reçoit généralement moins d’attention que les développements dans les Kivus”, a déclaré Bachelet. «Et les abus infligés aux Hema ont été horribles. De plus, des signes indiquent que le groupe armé qui est le principal responsable de cette violence tente de s’étendre à d’autres régions de la province. » 

Cela pourrait déclencher un conflit beaucoup plus important qui rappelle la mortelle «guerre d’Ituri» de 1999-2003, qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes. Au total, il y a près de 1,1 million de personnes déplacées en Ituri, dont environ 500 000 à la suite du conflit Lendu-Hema, et 50 000 nouveaux déplacés au cours des trois premières semaines de janvier seulement. Environ 15% seulement se trouvent dans des camps, le reste étant emmené chez d’autres personnes.

«Un déplacement de cette ampleur fera la une des journaux dans de nombreuses autres parties du monde», a déclaré le Haut Commissaire. «Quand cela se produit en Ituri, personne en dehors de la RDC ne semble savoir ou s’en soucier.»

La RDC dans son ensemble compte actuellement quelque 5,3 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays, dont beaucoup vivent dans des conditions déplorables, mais les agences humanitaires des Nations Unies qui s’efforcent d’atténuer les effets des nombreuses crises affectant le pays n’ont reçu que 44% de leur appel de fonds en 2019.

«J’exhorte les donateurs à intensifier leur soutien cette année», a déclaré Bachelet. «Il est navrant de voir des gens, dont certains ont perdu toute leur famille et d’autres  y compris des enfants se sont fait couper les bras et les jambes à la machette ou ont été violés, luttant pour survivre avec une nourriture, un abri inadéquats, éducation et soins médicaux. J’ai visité un certain nombre de camps de personnes déplacées dans le passé, mais je n’ai jamais vu de conditions comme celles que j’ai vues en Ituri et qui, je crois, sont monnaie courante dans les zones de conflit du pays. »

«Il y a eu une sorte de normalisation des atrocités et des violences sexuelles, et une acceptation de la pauvreté et des privations, qui a été dévastatrice pour la population», a ajouté le Haut Commissaire. «Et à l’intérieur et à l’extérieur de la RDC, une approche de plus en plus fataliste selon laquelle c’est comme ça et comment ça va continuer. Cette attitude est injuste et elle est fausse. »

Après avoir rencontré le gouverneur par intérim en Ituri, ainsi que les autorités locales, plusieurs représentants du gouvernement central en visite et le président et procureur du Tribunal militaire local, le chef des droits de l’homme des Nations Unies s’est rendu à Kinshasa pour une nouvelle série de discussions.

Avant de rencontrer lundi le président Félix Tshisekedi, elle a eu une longue discussion sur un large éventail de questions avec le Premier ministre et six ministres (Intérieur; Justice; Défense; Genre, famille et enfants; et le ministre délégué des personnes handicapées). et les personnes vulnérables). Le ministre des Droits de l’homme était présent tout au long de la visite de Bachelet en Ituri et a également participé à la réunion ministérielle de Kinshasa.

Le Haut Commissaire a également rencontré le Président de l’Assemblée nationale, la Commission nationale des droits de l’homme, quelque 25 des organisations dynamiques de la société civile de la RDC, des femmes politiques actives dans le domaine des droits de l’homme, la communauté diplomatique et les chefs d’autres organisations des Nations Unies travaillant en RDC. , ainsi que la direction de la MONUSCO.

Parmi les nombreuses questions abordées, mentionnons les nombreux défis économiques et sociaux auxquels est confronté un vaste pays qui compte l’une des plus grandes populations d’Afrique et a été classé 179e au monde dans l’indice de développement humain 2019. Le Premier ministre a reconnu que les gens vivent dans des «conditions sous-humaines» et qu’il est urgent de traduire les progrès sur le front politique en progrès tangibles dans la vie quotidienne du peuple congolais. La Présidente Tshisekedi, le Président de l’Assemblée nationale et la Haut-Commissaire elle-même ont fait la même remarque lors de leurs discussions ultérieures.

Alors que l’épidémie d’Ebola a reçu un intérêt et un financement internationaux substantiels, d’autres urgences médicales  y compris le choléra et une épidémie de rougeole qui ont tué plus de 6000 personnes en 2019 (deux fois plus qu’Ebola) et infecté plus de 300000 personnes dans les 26 provinces de la RDC ont attiré peu d’attention ou de financement.

“La rougeole est une maladie facilement évitable, avec un vaccin très efficace”, a déclaré Bachelet, qui était pédiatre avant son entrée en politique. «Cela ne devrait tuer personne. C’est le résultat de la situation sécuritaire et du manque d’infrastructures et de services qui ont rendu l’accès à de nombreux villages difficiles, voire impossibles, ainsi que d’un manque chronique de financement pour le secteur de la santé en général et le programme de vaccination en particulier. »

La Haut-Commissaire s’est félicitée de l’engagement pris par le Président Tshisekedi d’introduire un enseignement primaire gratuit pour tous les enfants congolais, et a dit qu’elle espérait qu’un effort significatif pourrait également être fait pour rendre les soins de santé plus accessibles et plus abordables pour la population du pays en général, avec un accent particulier sur les besoins des femmes.

Les femmes souffrent également de violences sexuelles généralisées et de l’absence de droits égaux à l’emploi ainsi que d’autres formes de discrimination, bien que le pays ait ratifié tous les traités internationaux pertinents relatifs aux droits des femmes, ainsi que la promulgation d’une gamme complète de lois nationales conçues pour protéger les femmes et éliminer la discrimination.

Pendant son séjour à Bunia, la capitale de l’Ituri, le Haut Commissaire a visité le centre de santé géré par une ONG locale appelée SOFEPADI, qui cherche à fournir des services holistiques aux victimes de violences sexuelles, notamment des soins médicaux et psychosociaux, la planification familiale, l’éducation des enfants victimes et une formation professionnelle pour les adultes, ainsi qu’une assistance juridique afin que les victimes puissent saisir les tribunaux. Le centre a traité 1292 femmes et 13 hommes victimes d’agressions sexuelles au cours de la seule année 2019, et a aidé à porter des affaires judiciaires qui ont abouti à 65 condamnations pour viol et autres formes d’agression sexuelle. Bachelet a décrit le travail du centre, qui a reçu un financement du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les victimes de la torture, comme «extraordinaire, indispensable et inspirant».

Le Haut Commissaire a également salué la création récente d’un nouveau poste ministériel dédié aux personnes handicapées et vulnérables. Elle a souscrit aux préoccupations du nouveau ministre concernant le manque de données à l’échelle nationale dans un pays où des millions de personnes vivent avec un handicap, et au fait que la RDC a ratifié la Convention relative aux personnes handicapées en 2015, mais l’Assemblée nationale n’a pas encore ratifié un projet de loi qui intégrerait les dispositions de la Convention dans la législation nationale. Elle a soulevé cette question, ainsi que d’autres lois importantes en suspens, telles qu’une loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme, avec le président de l’Assemblée nationale lors de leur réunion de lundi.

Deux sujets connexes soulevés dans de nombreuses réunions de Bachelet en Ituri et à Kinshasa étaient la nécessité d’une justice transitionnelle et l’importance de lutter contre l’impunité.

À Bunia, elle a rencontré des représentants des communautés hema et lendu. «Ces deux rencontres m’ont donné de l’espoir», a-t-elle déclaré. «Il y avait un terrain d’entente. J’ai été particulièrement frappé par l’attitude constructive des représentants lendu. Ils ont clairement indiqué qu’ils ne soutiennent pas le groupe militant qui commet la majeure partie des violations en leur nom. Les Lendu et les Hema ont déclaré que les auteurs devaient être jugés, et les représentants des Lendu ont également déclaré que toute la communauté devait se rencontrer et signer un engagement en faveur de la paix. »

Bachelet a noté que lorsque la guerre brutale entre les deux groupes a pris fin en 2003, il n’y avait aucun effort concerté à long terme pour assurer la vérité, la justice et la réconciliation. «L’absence d’un processus de justice transitionnelle durable après la fin des combats en 2003 a permis au chagrin et à la haine de s’envenimer, et donc la paix n’était pas durable», a-t-elle déclaré.

Lorsqu’elle a discuté de cette question avec le Gouvernement, en relation avec l’Ituri et certains des autres conflits actuels ou récents, tels que les assassinats dans les Kasais, Minembwe et Yumbi, la Haut-Commissaire a partagé avec son propre pays, le Chili, des expériences de justice transitionnelle. en passant de la dictature à la démocratie. «Les blessures ne guériront pas à moins qu’elles ne soient nettoyées», a-t-elle déclaré. «La vérité est une partie essentielle de ce nettoyage, tout comme la justice. C’est un défi de trouver une vérité partagée parce que les différentes parties ont des récits différents. Mais il est essentiel de rechercher une vérité commune, de rendre la réconciliation possible et d’établir une paix durable. Il est clair pour moi que de nombreux Lendu et Hema aspirent à un engagement pacifique, à la justice et à la réconciliation. Je leur ai dit que je soutiens pleinement leur idée de convoquer une conférence de paix. »

Mme Bachelet a déclaré qu’elle était encouragée par les progrès importants réalisés par la justice militaire à Bunia: malgré ses ressources limitées, le tribunal militaire a déployé des efforts considérables pour enquêter sur les violations et les violations des droits de l’homme et a jusqu’à présent condamné 55 personnes à la prison à vie pour des crimes contre l’humanité commis dans la région de Djugu en Ituri.

Lors de sa rencontre avec le Gouvernement, la ministre de la Justice a convenu que le respect des droits de l’homme n’est pas possible sans une bonne administration de la justice. Il a également reconnu que de nombreuses institutions judiciaires de la RDC prisons, tribunaux, système judiciaire sont actuellement inadéquates et ne font pas confiance à la population.

y compris tous les enfants et les personnes emprisonnées pour des délits mineurs. La question a également été discutée lors d’un conseil ministériel et les mesures proposées par le ministère de la Justice ont reçu le plein soutien du président.

Clôturant sa visite lundi, la Haut-Commissaire a déclaré qu’elle pensait que le pays se trouvait à un carrefour important: «Le président a établi une liste ambitieuse d’aspirations pour améliorer les droits de l’homme du peuple de la RDC», a-t-elle déclaré. «Il a dit que 2020 est l’année de l’action. Je suis d’accord et j’ai discuté avec lui et avec le président de l’Assemblée nationale de la nécessité vitale pour le gouvernement de saisir l’occasion offerte par la transition pacifique du gouvernement précédent. En tant qu’ancien chef de deux gouvernements de coalition, je comprends les difficultés auxquelles sont confrontées les coalitions. Mais il y a aussi des avantages, comme si les différents partis se réunissaient sur des questions clés quelque chose que la présidente de l’Assemblée nationale a dit qu’elle encourageait fortement  ils pourraient apporter un changement significatif. Mais cette fenêtre d’opportunité ne durera pas longtemps. La population de la RDC voudra voir des résultats concrets – des améliorations tangibles dans leur vie quotidienne, ainsi que les fondements de changements structurels à plus long terme. »

«La RDC est un immense pays avec d’énormes problèmes  mais aussi un énorme potentiel. Il est pauvre mais il pourrait être riche, avec une abondance de minéraux précieux et de vastes étendues de terre qui pourraient , devraient être très productives. Son peuple est résilient et travailleur. »

Mme Bachelet a déclaré qu’elle était impressionnée par les pourparlers extrêmement francs et productifs qu’elle avait eu avec son gouvernement et ses interlocuteurs parlementaires, y compris le Président, qui avait défini ses priorités en matière de droits de l’homme. Il s’agit notamment de mettre fin à la violence, de lutter contre l’impunité et de faire la guerre à la corruption endémique en RDC, que le président a décrite comme sa priorité numéro un, car la corruption ronge tous les autres efforts pour améliorer la vie quotidienne des gens.

Il a reconnu qu’il était essentiel de mettre en place des institutions et des services publics dans les vastes étendues des zones rurales de la RDC où ils sont actuellement totalement absents une situation qui a joué un rôle majeur dans la lutte contre la pauvreté et la violence. Il a également souligné la nécessité de rétablir la confiance dans l’État. La Présidente de l’Assemblée nationale a également déclaré que le maintien de la confiance du public dans les institutions démocratiques était l’une de ses priorités les plus urgentes, car elle tente de susciter un soutien multipartite à l’Assemblée nationale pour permettre l’adoption de lois, programmes et politiques importants, notamment législation en cours sur l’accès à l’information, la liberté de la presse, les manifestations publiques et la protection des défenseurs des droits de l’homme.

«Je ferai tout ce que je peux pour soutenir le gouvernement et d’autres autorités clés dans leurs efforts pour s’acquitter de leurs vastes engagements», a déclaré le Haut Commissaire. «Et j’espère que le reste de la communauté internationale fera de même, car un solide soutien international sera essentiel pour progresser dans la réalisation de ces objectifs complexes et difficiles. Comme l’a dit un ministre, la RDC a traversé «60 ans de misère» depuis l’indépendance. Il est temps qu’elle bénéficie d’une période de gouvernance propre et consciencieuse, menant à terme à une population plus heureuse, plus saine et plus prospère. Cela a été fait ailleurs et cela peut être fait ici. »

 

UN HumaRights

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More