RDC : Un rapport d’enquête révèle que plus de 50 femmes ont accusé les travailleurs humanitaires de l’OMS d’abus sexuels lors de l’épidémie d’Ebola (The New Humanitarian)

0 188

Un rapport d’enquête du magazine The New Humanitarian et la Fondation Thomson Reuters a révélé que plus de 50 femmes avaient accusé des travailleurs humanitaires employés par l’Organisation Mondiale de la Santé et de grandes ONG, d’exploitation et d’abus sexuels lors de la dixième épidémie d’Ebola à Beni , dans la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.

La majorité de 51 femmes ont , dans un entretien, témoigné que de nombreux hommes qui se disaient travailleurs internationaux, pendant l’épidémie d’Ebola entre 2018 et 2020, leur avaient fait des avances, les avaient forcées à avoir des relations sexuelles en échange d’un emploi ou avaient mis fin à leur contrat lorsqu’elles avaient refusé.

Ces témoignages ont été soutenus par des chauffeurs employés par des agences d’aide et des employés d’ONG locales) rapportant de nombreux abus, principalement perpétués par des travailleurs internationaux.

Le ministre de la santé, Eteni Longondo, a déclaré qu’il n’avait reçu aucun rapport d’exploitation sexuelle par des travailleurs humanitaires.

“Je demande à toute femme qui s’est vu demander ce genre de services d’abus et d’exploitation sexuels de dénoncer leurs auteurs, car ce n’est pas permis au Congo,” a déclaré Longondo. “Si l’une des personnes concernées par cette affaire est un travailleur de la santé, je m’en occuperai personnellement.”

Certaines femmes ont déclaré qu’elles envisageaient de déposer une plainte officielle auprès des organisations d’aide, des ONG ou du ministère de la santé ; la plupart, cependant, ont expliqué qu’elles voulaient simplement raconter leur histoire pour que d’autres femmes n’aient pas à subir ce genre de comportement.

The New Humanitarian et la Fondation Thomson Reuters ont interrogé 34 des principales organisations internationales et une poignée d’ONG locales impliquées dans l’opération Ebola, la plupart des 24 qui ont fourni des données ont indiqué qu’elles n’avaient reçu aucune plainte au cours de l’épidémie qui a duré près de deux ans.

Beaucoup de femmes ont déclaré que les employés congolais impliqués dans la crise étaient plus susceptibles d’exiger des pots-de-vin en échange de travail plutôt que des rapports sexuels.

Les femmes qui ont signalé des abus ont déclaré que la plupart des rencontres sexuelles avaient eu lieu dans des hôtels qui servaient également de centres d’accueil pour les bureaux des Nations Unies et des ONG.

Les noms qui sont sortis le plus souvent sont l’Okapi Palace et l’Hotel Beni, où les groupes d’aide ont des bureaux et réservent souvent des blocs de chambres.

Une survivante du virus Ebola, âgée de 32 ans, a déclaré qu’un homme lui avait téléphoné pour l’inviter à venir suivre une séance de conseil dans un hôtel. Les numéros de téléphone des patients atteints d’Ebola étaient systématiquement pris pour le suivi des soins après leur sortie de l’hôpital.

Dans le hall, elle a accepté une boisson non alcoolisée. Quelques heures plus tard, elle a déclaré s’être réveillée nue et seule dans une chambre d’hôtel. Elle pense avoir été violée.

“J’ai perdu mon mari à cause d’Ebola,” a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle avait gardé le silence sur cette agression car elle se sentait déjà rejetée par ceux qui craignaient la contamination.

“Non seulement je n’ai pas reçu l’aide que j’attendais, mais en plus, j’en suis ressortie encore plus traumatisée.”

Une femme a déclaré que la pratique des hommes exigeant des rapports sexuels était devenue si courante que c’était la seule façon de trouver un emploi dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola. Une autre a appelé cela un “passeport pour l’emploi”.

“Vous regardiez si votre nom figurait sur les listes qu’ils affichaient à l’extérieur,” a déclaré une femme de 32 ans, qui a affirmé avoir été mise enceinte par un homme qui s’est dit médecin de l’OMS.

“Et chaque jour, nous étions déçues. Il n’y a pas de travail ici.”

Les femmes ont affirmé que ces hommes refusaient systématiquement de porter des préservatifs, à une époque où l’on préconisait pourtant d’éviter les contacts physiques pour enrayer la propagation du virus mortel. Beaucoup connaissaient les noms des hommes.

Une femme de ménage de 25 ans a déclaré qu’elle travaillait déjà pour l’OMS lorsqu’un médecin l’a invitée chez lui en 2018 pour discuter d’une promotion. À son arrivée, il l’a emmenée dans sa chambre.

Il a fermé la porte et m’a dit, “Il y a une condition. Il faut qu’on fasse l’amour tout de suite,” a-t-elle dit.

“Il a commencé à me déshabiller. J’ai reculé, mais il s’est jeté sur moi et a continué à m’arracher mes vêtements. Je me suis mise à pleurer et je lui ai dit d’arrêter… Mais il ne s’est pas arrêté. Alors j’ai ouvert la porte et je suis sortie en courant.”

Elle affirme qu’à la fin du mois, son contrat n’a pas été renouvelé.

L’OMS enquête sur ces allégations d’exploitation et d’abus sexuels

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle enquêtait sur ces allégations d’exploitation et d’abus sexuels rapportés au cours de la périodes où ses agents , luttaient contre Ebola en République démocratique du Congo.

L’OMS a qualifié ces actions d’inacceptables, après la révélation des récents rapports d’abus sexuels par des personnes affirmant qu’elles travaillaient pour l’agence de santé des Nations Unies dans la lutte contre Ebola.

“Les actions qui auraient été perpétrées par des individus s’identifiant comme travaillant pour l’OMS sont inacceptables et feront l’objet d’enquêtes approfondies”, a-t-il déclaré mardi dans un communiqué.

«La trahison des personnes dans les communautés que nous servons est répréhensible», a-t-il déclaré, soulignant que «nous ne tolérons un tel comportement chez aucun de nos employés, sous-traitants ou partenaires».

Malgré la “politique de tolérance zéro à l’égard de l’exploitation et des abus sexuels” de l’OMS, cette situation perdure.

“Toute personne identifiée comme étant impliquée sera tenue de rendre des comptes et encourra de graves conséquences, y compris un licenciement immédiat”, a-t-il déclaré.

L’OMS n’a pas précisé les allégations spécifiques, mais sa déclaration est intervenue après qu’un rapport d’enquête de The New Humanitarian a révélé que plus de 50 femmes avaient accusé les travailleurs humanitaires d’Ebola de l’OMS et des principales organisations non gouvernementales d’exploitation sexuelle, y compris les forçant à s’engager dans le sexe en échange d’un travail.

L’OMS a déclaré que son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait lancé un examen approfondi des allégations, ainsi que des “problèmes de protection plus larges dans les situations d’urgence sanitaire”.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More