Résumé du programme multisectoriel d’urgence d’atténuation des impacts du covid-19 en RDC

0 194

Le monde entier fait face  à l’une des pandémies les plus meurtrières de son histoire. Ce fléau planétaire n’a pas épargné les économies fragiles des états africains en générale et celle de la République Démocratique du Congo en particulier. C’est en réponse à ce choc que le gouvernement de la République Démocratique du Congo a pris l’option de se doter d’un document ficelant le programme multisectoriel d’urgence dans l’objectif primordial d’atténuer  les effets de la maladie sur le tissu économique et social. Le programme est d’une durée de neuf mois et son coût est estimé à USD 2.289.098.000, comme l’indique le PMU AIC-19.

Les actions ainsi que les coûts du programme  ont été priorisés suivant trois modalités à savoir:

les urgences, les appuis à l’urgence, les projets et réformes structurels.

Le dispositif de pilotage répond au contexte d’état d’urgence et à la décision prise par le chef de l’état d’assurer le portage politique de la riposte au Covid-19.

le programme bénéficie donc d’un pilotage central et d’un pilotage provincial.

A cette fin, le cadre institutionnel est constitué au niveau central, de trois organes :

  • le comité d’orientation (CO) qui est l’organe de pilotage politique, stratégique et de décisions chapeauté par le président de la république;
  • le comité multisectoriel de riposte (CMR) qui est l’organe de pilotage technique et est présidé par le premier ministre chef du gouvernement;
  • le comité de suivi du programme (CSP) qui est l’organe en charge du suivi et de la coordination technique de la mise en oeuvre du programme et est présidé par le ministre ayant la planification dans ses attributions et le ministre de la santé publique en assure la vice-présidence.

Au niveau provincial, il sera constitué des comités provinciaux de riposte placés sous la supervision des gouverneur de province.

En plus de cela, le présent programme devrait enduire à la révision de la loi de finances 2020.

  1. les urgences  ,USD 1.645.555.000.

Elles constituent la majeure partie de ce document. Les mesures urgentes sont ventilées en trois axes répartis comme suit :

  1. l’axe de la Riposte, de la surveillance au Covid-19 et du renforcement du système de santé.

Cet axe vise la protection de la population contre le coronavirus et a comme principal programme l’interruption de  la transmission de COVID-19 et la minimisation de son impact sanitaire et socio-économique sur toute l’étendue du territoire national.

Il s’élève à USD 267.410.000, soit 16% de l’enveloppe des urgences.

  1. Le deuxième axe est celui du maintien de la stabilité macroéconomique et de la relance économique.

Il comprend les interventions stratégiques pour atténuer les effets néfastes de la pandémie sur le cadre macroéconomique, le soutien et la relance des secteurs productifs. Son coût est estimé à USD 573.076.000, soit 31% de l’enveloppe d’urgence.

Il a comme programme :

  • soutenir la stabilité macroéconomique dans le cadre de la crise sanitaire USD 6.610.000,
  • Assurer la relance économique USD 425.300.000,
  • Développer les infrastructures de soutien à la relance de la production USD 75.850.000.
  1. Le troisième et dernier axe des mesures d’urgences porte sur l’atténuation de risques et soutien aux populations.

Il a comme principal objectif de préserver les conditions de vie de la population pendant la période pandémique.

Ce dernier axe compte trois programmes :

  • le renforcement de la résilience de l’état et baliser la voie d’une reprise USD 3.210.000,
  • l’Assurance de la sécurité de population, l’axé à la justice; la limite et le contrôle des mouvements de populations USD 430.440.000,
  • l’Amélioration de l’accès de la population aux services sociaux essentiels et l’approvisionnement des produits de base USD 436.740.000.

Le coût global affecté à cet axe est de USD 870.038.000 soit 53% des urgences.

Concernant le financement, le programme nous renseigne sur les principales et potentielles sources de financement ainsi que la participation des parties prenantes.

Le financement s’articule de la manière suivante:

  1. les appuis à l’urgence , USD 499.064.000
  2. les projets et réformes structurels , USD 144.790.000

 

NB: le présent document ne donne pas des détails quant au deux autres axes du programmes.

 

Grady Motuako Ebolu

Chercheur indépendant

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Van masaj salonu Maraş masaj salonu Şanlıurfa masaj salonu Isparta masaj salonu Amasya masaj salonu Afyon masaj salonu Denizli masaj salonu Kayseri masaj salonu Eskişehir masaj salonu Balıkesir escort Manisa escort Aydın escort Muğla escort Maraş escort Isparta escort Afyon escort Çanakkale escort Trabzon escort Mardin escort Van escort Yalova escort Şanlıurfa escort Erzurum escort Tekirdağ escort Çağlayancerit escort Aydıncık escort Ergene escort Gönen escort Dinar escort Espiye escort Biga escort Havza escort Antalya escort Ardahan escort Anamur escort Ankara masaj salonu Alaçam escort Torbalı escort Nallıhan escort