Suspendue de la CEDEAO, la Guinée appelée à organiser les élections présidentielle et législatives dans un délai de 6 mois

0 949

La Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie, en Session Extraordinaire, le Jeudi 16 septembre 2021 à Accra, en République du Ghana, sous la présidence de Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana, Président en exercice de la Conférence, afin de faire le point de l’évolution de la situation politique en République de Guinée.

Dans son communiqué final , la Conférence réitère sa ferme condamnation du coup d’État du 5 septembre 2021 et réaffirme son exigence pour la libération immédiate et sans condition du Président Alpha Condé.

Elle rappelle encore qu’elle tient les membres du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) pour responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du Président Alpha Condé.

La Conférence a été informée de la situation socio-politique présente en République de Guinée et de l’apparent engagement du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) à œuvrer pour un retour rapide de l’ordre constitutionnel. Elle a également noté la décision du CNRD d’engager des consultations avec l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux sur la situation socio-politique en République de Guinée.

La Conférence s’est fortement préoccupée de la résurgence des coups d’État après ceux du Mali en 2020 et 2021.

Après examen du Rapport et délibérations, la Conférence décide de ce qui suit :

  • Le maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances de la CEDEAO jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel ;
  • La tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée ;
  • La mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers ;
  • L’appui de l’Union Africaine, de l’Union européenne, des Nations Unies, et des partenaires multilatéraux et bilatéraux pour la mise en œuvre desdites sanctions ;
  • L’interdiction aux membres du CNRD d’être candidats à l’élection présidentielle ;
  • l’accompagnement de la CEDEAO dans la résolution rapide de la crise et la préparation des élections ;
  • La Conférence appelle l’Union Africaine, les Nations Unies ainsi que les partenaires au développement à endosser les décisions prises et à accompagner la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée.

Les membres de la conférence ont demandé au Président en exercice de visiter la République de Guinée dès que possible afin de notifier en personne les décisions de la Conférence. La Conférence décide de rester saisie de cette question.

Plusieurs chefs d’État et de gouvernement ont pris part à cette Conférence. Il s’agit de :

Roch Marc Christian KABORE, Président du Burkina Faso ; Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire ;  Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana ; Umaro Sissoco EMBALO, Président de la République de Guinée Bissau ; Georges Manneh WEAH, Président de la République du Libéria ; Mohamed BAZOUM, Président de la République du Niger ; Macky SALL, Président de la République du Sénégal ;Julius Maada BIO, Président de la République de Sierra Leone ;  Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise ; Yemi OSINBAJO, Vice Président de la République Fédérale du Nigéria ; Aurélien AGBENONCI, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération de la République du Bénin ; Filomena MENDES GONÇALVES, Ministre à la Présidence du Conseil des Ministres de la République du Cabo Verde ; Mamadou TANGARA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et des Gambiens de l’Extérieur de la République de Gambie.

Était également présent, Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO.

Ont également participé à cette session, Goodluck JONATHAN, Ancien Président de la République Fédérale du Nigéria et Médiateur de la CEDEAO en République du Mali ; et S.E.M. Mahamat Saleh ANNADIF, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest.

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More