Un an après le coup d’État militaire en Birmanie : La pression sur le régime militaire et ses partisans continue

0 227

À l’occasion du premier anniversaire du coup d’État militaire en Birmanie (Myanmar), les États-Unis imposent des sanctions à la Direction des achats du commandant en chef des services de défense ; Tay Za, un éminent homme d’affaires partisan du régime et ses fils adultes, Htoo Htet Tay Za et Pye Phyo Tay Za, sur l’éminent soutien commercial du régime Jonathan Myo Kyaw Thaung et sa KT Services and Logistics (KTSL) Company Limited.

L’action d’aujourd’hui comprend également la désignation du juge en chef de la Cour suprême Tun Tun Oo, du procureur général de l’Union Thida Oo et du président de la Commission anti-corruption Tin Oo pour leur rôle en permettant au régime de saper l’état de droit et les institutions démocratiques de la Birmanie.

Ces mesures ont été prises conformément au décret exécutif 14014. “Tous les biens et intérêts dans les biens des personnes nommées ci-dessus qui se trouvent aux États-Unis, ou en possession ou sous le contrôle de personnes américaines, sont bloqués et doivent être signalés à l’OFAC. En outre, toutes les entités détenues, directement ou indirectement, à 50 % ou plus par une ou plusieurs personnes bloquées sont également bloquées”, précise-t-on.

« Nous coordonnons ces actions avec le Royaume-Uni et le Canada afin de démontrer le ferme soutien de la communauté internationale au peuple birman et de promouvoir davantage la responsabilisation pour le coup d’État et la violence perpétrée par le régime, y compris le meurtre d’au moins 35 personnes, dont des enfants et des travailleurs humanitaires dans l’État de Kayah la veille de Noël l’année dernière. Les États-Unis continueront de travailler avec nos partenaires internationaux pour lutter contre les violations des droits de l’homme et faire pression sur le régime pour qu’il mette fin à la violence, libère toutes les personnes injustement détenues, permette un accès humanitaire sans entrave et rétablisse le chemin de la Birmanie vers la démocratie», a déclaré Antony Blinken dans un communiqué.

Soulignons que les trois personnes suivantes sont liées au régime militaire birman. Ils sont désignés comme étant des étrangers qui sont ou étaient des dirigeants ou des fonctionnaires du gouvernement birman le 2 février 2021 ou après :

Thida Oo est le procureur général de l’Union. Le bureau du procureur général, sous la direction de Thida Oo, a élaboré les accusations à motivation politique du régime contre Aung San Suu Kyi, Win Myint et d’autres dirigeants pro-démocratie, sapant l’État de droit et les institutions démocratiques de la Birmanie.

Tun Tun Oo est le juge en chef de la Cour suprême de Birmanie. La Cour suprême, sous la direction de Tun Tun Oo, a été impliquée dans la poursuite par le régime d’Aung San Suu Kyi et d’autres dirigeants pro-démocratie, sapant l’état de droit et les institutions démocratiques de la Birmanie.

Tin Oo est le président de la Commission anti-corruption (ACC). L’ACC, sous la direction de Tin Oo, a porté de fausses accusations de corruption contre Aung San Suu Kyi et d’autres anciens responsables civils du gouvernement pour les destituer ainsi que la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) en tant que force politique.

Alors que la direction des achats du commandant en chef des services de défense (armée) est désignée pour opérer dans le secteur de la défense de l’économie birmane. La Direction des achats du commandant en chef des services de défense (armée) est responsable de l’achat d’armes et d’équipements du monde entier destinés à être utilisés par l’armée birmane.

Tay Za est désignée conformément à l’EO 14014 pour opérer dans le secteur de la défense de l’économie birmane. Tay Za est le propriétaire de plusieurs sociétés connues pour fournir des équipements et des services, y compris des armes, à l’armée birmane et était membre d’une délégation militaire birmane de haut rang en mai 2021 en Russie, dirigée par le général Maung Maung Kyaw – une personne désignée le 22 février 2021, pour être une personne étrangère qui est ou a été un dirigeant ou un responsable des forces militaires ou de sécurité de Birmanie.

Les membres de famille de Tay Za ont été également sanctionnés, à savoir : Htoo Htet Tay Za et Pye Phyo Tay Za, qui jouent un rôle déterminant dans les relations commerciales de Tay Za avec l’armée birmane, sont désignés comme étant des enfants adultes de Tay Za.

Pour rappel, le 1er février 2021, le régime militaire birman a lancé un coup d’État contre le gouvernement démocratiquement élu et les dirigeants civils du gouvernement. L’armée a cherché à réprimer la volonté du peuple birman exprimée lors des élections générales de novembre 2020 et a sapé la transition démocratique et l’état de droit du pays. Au cours de l’année écoulée, le régime militaire birman a tenté de consolider son pouvoir en semant la peur parmi le mouvement birman pro-démocratie et la population en général ; tuant un grand nombre d’innocents, y compris des enfants ; et ciblant les dirigeants de l’opposition politique et les manifestants pacifiques. De plus, le contrôle du régime sur les ressources et le manque total de transparence contribuent à une importante corruption dans le pays.

 

 

 

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More