Vers le renforcement de la coopération financière entre la RDC et le Canada

0 109

Le Ministre des Finances Nicolas Kazadi a échangé, le lundi 21 juin 2021 à son cabinet de travail, avec l’Ambassadeur du Canada Benoît Pierre Laramée, sur le renforcement de la coopération sur le plan financier entre la République Démocratique du Congo et le Canada.

Depuis quelques années, le débat international examine l’importance d’une gestion parcimonieuse, et surtout rationnelle des finances publiques, sans désemparer, question de répondre favorablement aux exigences de la bonne gouvernance en tant que valeur cardinale.

De prime abord, il était question de faire le point sur la volonté commune entre les deux parties de peaufiner des stratégies solides, pouvant permettre à la RDC, singulièrement, d’investir de manière transversale à travers son territoire avec l’appui substantiel du Canada, en l’occurrence, dans le secteur minier, l’environnement sur base d’une politique rigoureuse de la préservation des forêts pour lutter contre le changement climatique qui angoisse le monde entier.

Au sortir de cet échange avec le ministre des finances, le diplomate canadien a déclaré à la presse que la RDC doit quitter le stade d’un pays potentiellement riche pour devenir un pays réellement riche, en s’appuyant sur la praxis en ce qui concerne la gestion des finances publiques, gage de la stabilité du cadre macro-économique. Pour y parvenir, il est inexorable de lutter efficacement contre un certain nombre de tares, à titre d’exemple, la concussion, et la corruption qui gangrènent plusieurs États africains, constituant ainsi une véritable pierre d’achoppement au décollage économique.

Pour matérialiser les objectifs du développement durable en RDC, a-t-il ajouté, il y a lieu de mettre en place des mécanismes d’accompagnement dans le secteur minier en vue d’exécuter les dispositions contenues dans le code minier en dépit de quelques controverses dont il continue à faire l’objet. Le secteur minier étant le Hub de l’économie congolaise, il requiert une attention soutenue par le leadership politique congolais dans l’optique d’optimiser la collecte des impôts, sans état d’âme, et sans complaisance, et prendre toutes les précautions d’usage s’agissant des négociations des conventions avec des tiers.

Au demeurant, l’argentier national et l’Ambassadeur Canadien ont scruté avec méticulosité la question de l’harmonisation du climat des affaires, qui est devenue un critère de crédibilité, et de persuasion dans le choix des pays à propos du “B to B (Business to Business). Il s’agit ici de faciliter les échanges commerciaux non seulement avec le Canada, mais également avec d’autres pays, ainsi permettre au Grand Congo d’attirer les multinationales pour des partenariats à moyen et long terme au profit de la population.

A priori comme à posteriori, il y a une myriade de pesanteurs qui obstruent l’harmonisation du climat des affaires, le cas de la surtaxation, et d’autres tracasseries incommensurables qui découragent les investisseurs qui veulent tenter leur expérience en RDC. Monsieur Benoit Pierre Laramée pense qu’il faudra poursuivre ces échanges afin que le Canada et la RDC matérialisent plusieurs projets demeurés latents il y a bien longtemps.

Enfin, le Canada, par la bouche de son Ambassadeur en RDC compte pérenniser son soutien multisectoriel à la RDC via le Fonds Monétaire International, et la Banque Africaine de Développement (BAD), soutien qui date de plusieurs décennies.

 

 

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More