XIVe Sommet des BRICS : Déclaration de Pékin

0 253

Le président chinois Xi Jinping a présidé, jeudi 23 juin 2022 à Pékin, le 14e sommet des BRICS par visioconférence.

Le thème retenu au cours de ces assises est : “Renforcer le partenariat BRICS de haute qualité, entrer dans une nouvelle ère de développement mondial”.

La réunion a également réuni le président brésilien Jair Bolsonaro , le Premier ministre indien Narendra Modi , le président chinois Xi Jinping, le président sud-africain Cyril Ramaphosa.

 

Ci-dessous la déclaration :

 

1. Nous, les dirigeants de la République fédérative du Brésil, de la Fédération de Russie, de la République de l’Inde, de la République populaire de Chine et de la République d’Afrique du Sud, avons organisé le XIVe Sommet des BRICS sous le thème “Favoriser un partenariat BRICS de haute qualité, entrer dans une nouvelle ère pour le développement mondial » les 23 et 24 juin 2022.

2. Nous rappelons qu’au cours des 16 dernières années, en préservant l’esprit BRICS caractérisé par le respect et la compréhension mutuels, l’égalité, la solidarité, l’ouverture, l’inclusion et le consensus, les pays BRICS ont renforcé la confiance mutuelle, approfondi la coopération intra-BRICS mutuellement bénéfique et rapproché les peuples. -à-personnes, qui a conduit à une série de résultats significatifs. Nous réitérons l’importance de renforcer davantage la solidarité et la coopération des BRICS sur la base de nos intérêts communs et de nos priorités clés, afin de renforcer davantage notre partenariat stratégique.

3. Nous sommes heureux de noter qu’en dépit de la pandémie de COVID-19 et d’autres défis, les pays BRICS ont continué en 2022 à renforcer conjointement la solidarité et à approfondir la coopération dans les domaines, entre autres, de l’économie, de la paix et de la sécurité, des échanges entre les peuples et de la santé publique. , et le développement durable en organisant une série de réunions et d’activités, et a contribué à des résultats tangibles de la coopération BRICS.

4. Nous saluons le dialogue de haut niveau sur le développement mondial lors de ce Sommet, qui témoigne de la nature ouverte et inclusive du partenariat BRICS, y compris la coopération BRICS Outreach/BRICS Plus. Nous espérons que le dialogue insufflera un nouvel élan pour renforcer la coopération et la solidarité internationales dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Renforcer et réformer la gouvernance mondiale

5. Nous réaffirmons notre attachement au multilatéralisme par le respect du droit international, y compris les buts et principes consacrés dans la Charte des Nations Unies comme sa pierre angulaire indispensable, et au rôle central des Nations Unies dans un système international dans lequel des États souverains coopèrent pour maintenir la paix et la sécurité, faire progresser le développement durable, assurer la promotion et la protection de la démocratie, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, et promouvoir une coopération fondée sur un esprit de respect mutuel, de justice et d’égalité.

6. Rappelant la déclaration conjointe des BRICS sur le renforcement et la réforme du système multilatéral adoptée par nos ministres des affaires étrangères en 2021 et les principes qui y sont énoncés, nous convenons que la tâche de renforcement et de réforme du système multilatéral englobe les éléments suivants :

• Rendre les instruments de gouvernance mondiale plus inclusifs, représentatifs et participatifs pour faciliter une participation plus grande et plus significative des pays en développement et des pays les moins avancés, en particulier en Afrique, dans les processus et structures de prise de décision mondiale et les rendre mieux adaptés aux réalités contemporaines ;

• Se fonder sur une concertation et une collaboration inclusives pour le bénéfice de tous, dans le respect de l’indépendance souveraine, de l’égalité, des intérêts légitimes mutuels et des préoccupations pour rendre les organisations multilatérales plus réactives, efficaces, transparentes et crédibles ;

• Rendre les organisations multilatérales plus réactives, efficaces, transparentes, démocratiques, objectives, orientées vers l’action, axées sur les solutions et crédibles, afin de promouvoir la coopération dans l’établissement de relations internationales fondées sur les normes et principes du droit international et sur l’esprit de respect mutuel , justice, égalité, coopération mutuellement bénéfique et réalités du monde contemporain ;

• Utiliser des solutions innovantes et inclusives, y compris des outils numériques et technologiques pour promouvoir le développement durable et faciliter un accès abordable et équitable aux biens publics mondiaux pour tous ;

• Renforcer les capacités des États individuels et des organisations internationales pour mieux répondre aux défis nouveaux et émergents, traditionnels et non traditionnels, y compris ceux émanant du terrorisme, du blanchiment d’argent, du cyberespace, de l’infodémie et des fausses nouvelles ;

• Promouvoir la paix et la sécurité internationales et régionales, le développement social et économique et préserver l’équilibre de la nature avec une coopération internationale centrée sur les personnes.

7. Nous rappelons la Résolution 75/1 de l’AGNU et réitérons l’appel à la réforme des principaux organes des Nations Unies. Nous nous engageons à nouveau à donner un nouveau souffle aux discussions sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies et à poursuivre les travaux visant à revitaliser l’Assemblée générale et à renforcer le Conseil économique et social. Nous rappelons le document final du Sommet mondial de 2005 et réaffirmons la nécessité d’une réforme globale de l’ONU, y compris de son Conseil de sécurité, en vue de la rendre plus représentative, efficace et efficiente, et d’accroître la représentation des pays en développement afin qu’elle peut répondre adéquatement aux défis mondiaux. La Chine et la Russie ont réitéré l’importance qu’elles attachent au statut et au rôle du Brésil, de l’Inde et de l’Afrique du Sud dans les affaires internationales et ont soutenu leur aspiration à jouer un plus grand rôle à l’ONU.

8. Nous apprécions le rôle de l’Inde et du Brésil en tant que membres du Conseil de sécurité des Nations Unies pour 2021-2022 et 2022-2023 respectivement. La présence de quatre pays du BRICS au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies offre l’occasion de renforcer encore le poids de notre dialogue sur la question de la paix et de la sécurité internationales et de poursuivre la coopération dans les domaines d’intérêt mutuel, notamment par des échanges réguliers entre notre Mission permanente auprès des Nations Unies nations et dans d’autres forums internationaux.

9. Nous réitérons la nécessité pour tous les pays de coopérer à la promotion et à la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans le cadre des principes d’égalité et de respect mutuel. Nous convenons de continuer à traiter tous les droits de l’homme, y compris le droit au développement, de manière juste et équitable, sur le même pied et avec le même accent. Nous convenons de renforcer la coopération sur les questions d’intérêt commun tant au sein des BRICS que dans les forums multilatéraux, y compris l’Assemblée générale des Nations Unies et le Conseil des droits de l’homme, en tenant compte de la nécessité de promouvoir, de protéger et de réaliser les droits de l’homme de manière non sélective et non politisée. et constructive et sans doubles standards. Nous appelons au respect de la démocratie et des droits de l’homme. À cet égard, nous soulignons qu’elles doivent être mises en œuvre au niveau de la gouvernance mondiale ainsi qu’au niveau national.

10. Nous soulignons que la gouvernance économique mondiale est d’une importance cruciale pour que les pays assurent un développement durable et rappelons en outre notre soutien à l’élargissement et au renforcement de la participation des marchés émergents et des pays en développement (PMDC) aux processus internationaux de prise de décision et d’établissement de normes économiques. . Nous réitérons notre soutien au rôle de premier plan du G20 dans la gouvernance économique mondiale et soulignons que le G20 doit rester intact et répondre aux défis mondiaux actuels. Nous appelons la communauté internationale à favoriser les partenariats tout en soulignant qu’il est impératif de renforcer la coordination des politiques macroéconomiques pour sortir l’économie mondiale de la crise et façonner une reprise économique post-pandémique forte, durable, équilibrée et inclusive. Nous exhortons les principaux pays développés à adopter des politiques économiques responsables,

11. Nous réaffirmons notre soutien à un système commercial multilatéral ouvert, transparent, inclusif, non discriminatoire et fondé sur des règles, tel qu’incarné par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Nous nous engagerons de manière constructive à poursuivre la réforme nécessaire de l’OMC pour construire une économie mondiale ouverte qui soutienne le commerce et le développement, préserver le rôle prééminent de l’OMC dans l’établissement des règles et de la gouvernance du commerce mondial, soutenir le développement inclusif et promouvoir les droits et les intérêts de ses membres, y compris les membres en développement et les PMA. Nous reconnaissons que le traitement spécial et différencié tel qu’établi dans les règles de l’OMC est un outil pour faciliter la réalisation des objectifs de l’OMC en matière de croissance économique et de développement. Nous appelons tous les membres de l’OMC à éviter les mesures unilatérales et protectionnistes qui vont à l’encontre de l’esprit et des règles de l’OMC. Nous soulignons qu’il est prioritaire et urgent de lancer le processus de sélection des membres de l’Organe d’appel pour rétablir le mécanisme multilatéral contraignant de règlement des différends à deux niveaux. Nous convenons que la crise de l’Organe d’appel devrait être résolue sans plus tarder et ne devrait pas être liée à d’autres questions. Nous souscrivons à la déclaration des BRICS sur le renforcement du système commercial multilatéral et la réforme de l’OMC. Nous saluons la conclusion réussie de la CM12 qui souligne la valeur du multilatéralisme. Nous encourageons les membres de l’OMC à maintenir l’élan et à obtenir d’autres résultats significatifs d’ici la 13e Conférence ministérielle. Nous convenons que la crise de l’Organe d’appel devrait être résolue sans plus tarder et ne devrait pas être liée à d’autres questions. Nous souscrivons à la déclaration des BRICS sur le renforcement du système commercial multilatéral et la réforme de l’OMC. Nous saluons la conclusion réussie de la CM12 qui souligne la valeur du multilatéralisme. Nous encourageons les membres de l’OMC à maintenir l’élan et à obtenir d’autres résultats significatifs d’ici la 13e Conférence ministérielle. Nous convenons que la crise de l’Organe d’appel devrait être résolue sans plus tarder et ne devrait pas être liée à d’autres questions. Nous souscrivons à la déclaration des BRICS sur le renforcement du système commercial multilatéral et la réforme de l’OMC. Nous saluons la conclusion réussie de la CM12 qui souligne la valeur du multilatéralisme. Nous encourageons les membres de l’OMC à maintenir l’élan et à obtenir d’autres résultats significatifs d’ici la 13e Conférence ministérielle.

12. Nous réaffirmons notre engagement à maintenir un filet de sécurité financière mondial solide et efficace avec en son centre un FMI fondé sur des quotes-parts et doté de ressources adéquates. Nous appelons à l’achèvement rapide et réussi de la 16e révision générale des quotes-parts d’ici le 15 décembre 2023, afin de réduire la dépendance du FMI à l’égard des ressources temporaires, de remédier à la sous-représentation des marchés émergents et des pays en développement (PMDC) pour leur engagement significatif dans la gouvernance du FMI et protéger la voix et les quotes-parts des membres les plus pauvres et les plus petits. Nous nous félicitons des progrès accomplis dans l’acheminement volontaire des droits de tirage spéciaux (DTS) des pays ayant une position extérieure solide pour soutenir les pays les plus nécessiteux, ainsi que de la décision du FMI de créer le Resilience and Sustainability Trust (RST). Nous attendons avec impatience l’opérationnalisation rapide du RST.

13. Nous notons que la pandémie de COVID-19 a provoqué de graves chocs et difficultés pour l’humanité, une reprise déséquilibrée aggrave les inégalités dans le monde, la dynamique de croissance mondiale s’est affaiblie et les perspectives économiques se sont dégradées. Nous sommes préoccupés par le fait que le développement mondial souffre de graves perturbations, notamment l’élargissement de l’écart de développement Nord-Sud, des trajectoires de reprise divergentes, des failles de développement préexistantes et une fracture technologique. Cela pose d’énormes défis à la mise en œuvre du programme de développement durable à l’horizon 2030, car les cicatrices économiques et sanitaires, en particulier pour les PED, devraient persister au-delà de la pandémie actuelle. Nous exhortons les principaux pays développés à adopter des politiques économiques responsables, tout en gérant les retombées politiques, afin d’éviter de graves répercussions sur les pays en développement. Nous encourageons les institutions financières multilatérales et les organisations internationales à jouer un rôle constructif dans la construction d’un consensus mondial sur les politiques économiques et la prévention des risques systémiques de perturbation économique et de fragmentation financière. Nous saluons les actions visant à accélérer les progrès vers la réalisation de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Travailler en solidarité pour lutter contre le COVID-19

14. Nous réaffirmons qu’il était impératif d’assurer la disponibilité de diagnostics, de médicaments, de vaccins et de produits médicaux essentiels sûrs, efficaces, accessibles et abordables pour les personnes de différents pays, en particulier les pays en développement, et la distribution équitable des vaccins et la vaccination rapide, pour combler le déficit de vaccination dans le monde. Nous soutenons le rôle de premier plan de l’OMS dans la lutte contre la pandémie, et reconnaissons les initiatives telles que le COVAX et l’ACT-A. Nous reconnaissons l’importance des discussions à l’OMC sur les propositions pertinentes de dérogation à la propriété intellectuelle, ainsi que sur le renforcement des capacités et le renforcement de la production locale de vaccins et d’autres outils de santé, en particulier dans les pays en développement. Nous soulignons la nécessité de continuer à renforcer la coopération sur les méthodes d’essai, la thérapeutique, la recherche, la production et la reconnaissance des vaccins,

15. Nous réaffirmons notre engagement envers le multilatéralisme et continuons d’aider l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à jouer le rôle de chef de file dans la gouvernance mondiale de la santé, tout en soutenant les activités des autres agences compétentes des Nations Unies. Les pays BRICS renforceront la coopération multilatérale technique visant à renforcer les capacités dans les domaines de la réponse aux urgences majeures de santé publique, de la couverture sanitaire universelle (CSU), de la recherche et du développement de vaccins, des soins de santé préventifs et thérapeutiques et des systèmes de santé numériques. Nous convenons d’approfondir la coopération existante en établissant des liens de coopération plus étroits entre les établissements de santé des BRICS et en explorant les opportunités de projets de collaboration conjoints dans le secteur de la santé.

16. Nous saluons la convocation du Forum de haut niveau des BRICS sur la médecine traditionnelle.

17. Nous soulignons que les pays BRICS doivent être mieux préparés à la COVID-19 et aux futures urgences de santé publique, et renforcer les échanges et la coopération sur l’alerte d’urgence de santé publique, la préparation et la réponse à la prévention des pandémies et les meilleures pratiques en matière de traitement médical. Nous nous félicitons du lancement virtuel du Centre de recherche et de développement de vaccins BRICS et saluons l’« Initiative sur le renforcement de la coopération en matière de vaccins et la construction conjointe d’une ligne défensive contre la pandémie ». Nous saluons la participation d’autres pays, en particulier les PED, au Centre pour améliorer les capacités de contrôle et de prévention des maladies infectieuses.

18. Nous soutenons la poursuite de la tenue des réunions du réseau de recherche BRICS sur la tuberculose, qui contribueront à la réalisation de l’objectif de l’OMS consistant à mettre fin à la tuberculose d’ici 2030. Nous soutenons la signature rapide du protocole d’accord sur la coopération dans le domaine de la réglementation des produits médicaux à usage humain. Utiliser parmi nos autorités de réglementation pharmaceutique et saluer la tenue d’un séminaire BRICS de fonctionnaires et d’experts en développement de la population au second semestre 2022.

19. Nous appelons les agences internationales et les philanthropes à se procurer des vaccins et des rappels auprès de fabricants dans les pays en développement, y compris en Afrique, afin de garantir que les capacités de fabrication en cours de développement soient conservées. Cela est essentiel pour renforcer la résilience du système de santé et sa préparation aux variantes émergentes et à toute future urgence sanitaire, y compris les pandémies. Dans ce contexte, l’accès aux diagnostics et aux thérapeutiques est essentiel pour adopter des contre-mesures médicales de qualité et abordables et développer des capacités de surveillance globales.

Sauvegarder la paix et la sécurité

20. Nous nous félicitons de la déclaration conjointe des BRICS sur « Renforcer la solidarité et la coopération des BRICS, répondre aux nouvelles caractéristiques et aux nouveaux défis de la situation internationale » adoptée par nos ministres des affaires étrangères le 19 mai 2022, et de la 12e réunion des conseillers à la sécurité nationale et des hauts représentants des BRICS pour la sécurité nationale. Sécurité, tenue le 15 juin 2022, et saluent leurs discussions fructueuses sur diverses questions stratégiques.

21. Nous nous engageons à respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les États, soulignons notre attachement au règlement pacifique des différends et des différends entre les pays par le dialogue et la consultation, soutenons tous les efforts propices au règlement pacifique des crises.

22. Nous avons discuté de la situation en Ukraine et rappelons nos positions nationales telles qu’elles ont été exprimées dans les enceintes appropriées, à savoir le CSNU et l’AGNU. Nous soutenons les pourparlers entre la Russie et l’Ukraine. Nous avons également discuté de nos préoccupations concernant la situation humanitaire à l’intérieur et autour de l’Ukraine et exprimé notre soutien aux efforts du Secrétaire général des Nations Unies, des agences des Nations Unies et du CICR pour fournir une assistance humanitaire conformément aux principes fondamentaux d’humanité, de neutralité et d’impartialité établis par les Nations Unies. Résolution 46/182 de l’Assemblée générale.

23. Nous soutenons fermement un Afghanistan pacifique, sûr et stable tout en soulignant le respect de sa souveraineté, de son indépendance, de son intégrité territoriale, de son unité nationale et de la non-ingérence dans ses affaires intérieures. Nous soulignons la nécessité pour toutes les parties d’encourager les autorités afghanes à parvenir à la réconciliation nationale par le dialogue et la négociation, et à mettre en place une structure politique large, inclusive et représentative. Nous réaffirmons l’importance des résolutions pertinentes du CSNU. Nous soulignons que le territoire afghan ne doit pas être utilisé pour menacer ou attaquer un pays ou pour abriter ou former des terroristes, ou pour planifier le financement d’actes terroristes, et réitérons l’importance de combattre le terrorisme en Afghanistan. Nous appelons les autorités afghanes à lutter contre la criminalité liée à la drogue afin de libérer l’Afghanistan du fléau de la drogue. Nous soulignons la nécessité de fournir une aide humanitaire d’urgence au peuple afghan et de protéger les droits fondamentaux de tous les Afghans, y compris les femmes, les enfants et les différents groupes ethniques.

24. Nous réaffirmons la nécessité de résoudre la question nucléaire iranienne par des moyens pacifiques et diplomatiques conformément au droit international, et soulignons l’importance de préserver le JCPOA et la résolution 2231 du CSNU pour la non-prolifération internationale ainsi que pour une paix, une stabilité et un espoir plus larges. pour le succès des efforts diplomatiques vers la reprise du JCPOA.

25. Nous exprimons notre soutien aux négociations dans des formats bilatéraux et multilatéraux pour résoudre toutes les questions relatives à la péninsule coréenne, y compris sa dénucléarisation complète, et le maintien de la paix et de la stabilité en Asie du Nord-Est. Nous réaffirmons notre attachement à une solution pacifique, diplomatique et politique globale à la situation.

26. Nous réaffirmons notre attachement à un Moyen-Orient et une Afrique du Nord pacifiques et prospères. Nous soulignons l’importance de relever les défis du développement et de la sécurité dans la région. Nous appelons la communauté internationale à soutenir les efforts visant à la stabilité et à la paix dans la région.

27. Nous saluons les efforts des pays africains, de l’Union africaine et des organisations sous-régionales pour relever les défis régionaux, y compris le maintien de la paix et de la sécurité, la reconstruction post-conflit ainsi que les efforts de développement, et appelons à un soutien continu de la communauté internationale. Nous soulignons la collaboration de l’UA et de l’ONU conformément à la Charte des Nations Unies.

28. Nous appelons à des efforts continus pour renforcer le système de traités et d’accords sur la maîtrise des armements, le désarmement et la non-prolifération et pour préserver son intégrité afin de maintenir la stabilité mondiale et la paix et la sécurité internationales, et soulignons en outre la nécessité de maintenir l’efficacité et l’efficience ainsi que le caractère consensuel des instruments multilatéraux pertinents dans le domaine du désarmement, de la non-prolifération et de la maîtrise des armements.

29. Nous appelons au renforcement du système de maîtrise des armements, de désarmement et de non-prolifération, y compris la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction (BTWC) et la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l’utilisation des armes chimiques et de leur destruction (CAC), et de préserver leur intégrité et leur efficacité pour maintenir la stabilité mondiale ainsi que la paix et la sécurité internationales. Nous soulignons la nécessité de respecter et de renforcer la BTWC, notamment en adoptant un protocole juridiquement contraignant à la Convention qui prévoit, entre autres, un mécanisme de vérification efficace. Nous réaffirmons notre appui à la garantie de la viabilité à long terme des activités spatiales et à la prévention d’une course aux armements dans l’espace (PAROS) et de sa militarisation, notamment par le biais de négociations en vue de l’adoption d’un instrument multilatéral pertinent juridiquement contraignant. Nous reconnaissons la valeur du projet de traité actualisé sur la prévention de l’implantation d’armes dans l’espace extra-atmosphérique, de la menace ou de l’emploi de la force contre des objets spatiaux (PPWT) soumis à la Conférence du désarmement en 2014. Nous soulignons que la transparence et la confiance pratiques -Construire des mesures (TCBM), peuvent également contribuer à PAROS.

30. Nous réaffirmons notre engagement en faveur d’un monde exempt d’armes nucléaires et soulignons notre ferme attachement au désarmement nucléaire et notre soutien aux travaux sur ce sujet lors de la session de 2022 de la Conférence du désarmement. Nous prenons note de la Déclaration conjointe des dirigeants de la République populaire de Chine, de la République française, de la Fédération de Russie, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et des États-Unis sur la prévention de la guerre nucléaire et la prévention des courses aux armements le 3 janvier 2022, en particulier l’affirmation qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée.

31. Nous réaffirmons notre engagement à promouvoir un environnement des TIC ouvert, sûr, stable, accessible et pacifique, soulignons l’importance de renforcer les compréhensions communes et d’intensifier la coopération dans l’utilisation des TIC et d’Internet. Nous soutenons le rôle de premier plan des Nations Unies dans la promotion d’un dialogue constructif sur la sécurité des TIC, y compris au sein du Groupe de travail à composition non limitée des Nations Unies sur la sécurité et l’utilisation des TIC 2021-2025, et l’élaboration d’un cadre juridique universel dans ce domaine. . Nous appelons à une approche globale, équilibrée et objective du développement et de la sécurité des produits et systèmes TIC. Nous soulignons l’importance d’établir des cadres juridiques de coopération entre les pays BRICS pour garantir la sécurité dans l’utilisation des TIC.

32. Tout en soulignant le formidable potentiel des TIC pour la croissance et le développement, nous reconnaissons les nouvelles possibilités associées qu’elles offrent pour les activités et les menaces criminelles, et nous nous inquiétons du niveau et de la complexité croissants de l’utilisation abusive des TIC à des fins criminelles. Nous saluons les travaux en cours au sein du Comité spécial d’experts à composition non limitée des Nations Unies pour élaborer une convention internationale globale sur la lutte contre l’utilisation des TIC à des fins criminelles et réaffirmons notre engagement à coopérer à la mise en œuvre du mandat adopté par la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies. 75/282.

33. Nous exprimons notre ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, quel que soit le moment, le lieu et l’auteur. Nous reconnaissons la menace émanant du terrorisme, de l’extrémisme propice au terrorisme et à la radicalisation. Nous sommes déterminés à combattre le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, y compris les mouvements transfrontaliers de terroristes, les réseaux de financement du terrorisme et les refuges. Nous réaffirmons que le terrorisme ne doit être associé à aucune religion, nationalité, civilisation ou groupe ethnique. Nous réaffirmons notre engagement inébranlable à contribuer davantage aux efforts mondiaux de prévention et de lutte contre la menace terroriste sur la base du respect du droit international, en particulier de la Charte des Nations Unies, et des droits de l’homme, soulignant que les États ont la responsabilité première dans la lutte contre le terrorisme, les Nations Unies continuant de jouer un rôle central et de coordination dans ce domaine. Nous soulignons également la nécessité d’une approche globale et équilibrée de l’ensemble de la communauté internationale pour freiner efficacement les activités terroristes, qui constituent une menace grave, y compris dans le contexte pandémique actuel. Nous rejetons les doubles standards dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme propice au terrorisme. Nous appelons à une finalisation et à une adoption rapides de la Convention générale sur le terrorisme international dans le cadre des Nations unies et au lancement de négociations multilatérales sur une convention internationale pour la répression des actes de terrorisme chimique et biologique, lors de la Conférence du désarmement. Nous nous félicitons des résultats de la septième réunion plénière du groupe de travail contre le terrorisme des BRICS et de ses cinq réunions de sous-groupes. Nous félicitons le Président d’avoir accueilli le séminaire sur les sanctions financières ciblées liées au terrorisme et au financement du terrorisme, et attendons avec impatience l’organisation du séminaire sur le renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme dans les pays en développement et le programme de formation de la police des BRICS. Nous espérons également approfondir davantage la coopération antiterroriste.

34. Nous attendons avec intérêt d’approfondir davantage la coopération antiterroriste et réaffirmons la seule autorité du Conseil de sécurité des Nations unies pour imposer des sanctions et appelons à la consolidation et au renforcement des méthodes de travail des comités des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies afin de garantir leur efficacité, leur réactivité et leur transparence. , tout en évitant la politisation de l’une de leurs procédures, y compris la liste objective des propositions sur des critères fondés sur des preuves.

35. Nous réaffirmons notre engagement à renforcer la coopération internationale contre la corruption. Dans le respect des systèmes juridiques de nos pays respectifs, nous nous engageons à renforcer le partage d’expériences et la coopération pratique sur les questions liées à l’application des lois anti-corruption, y compris sur la poursuite des auteurs d’infractions économiques et de corruption, sur l’entraide judiciaire en matière civile et administrative, et sur le recouvrement des avoirs. Nous saluons l’initiative BRICS sur le déni de refuge pour la corruption. Nous renforcerons davantage le renforcement des capacités anti-corruption par le biais de programmes d’éducation et de formation et renforcerons les échanges et la coopération anti-corruption dans les cadres multilatéraux. Nous saluons la première réunion ministérielle des BRICS sur la lutte contre la corruption.

36. Nous sommes préoccupés par la grave situation de la drogue dans le monde et réaffirmons notre attachement au mécanisme international de contrôle des drogues existant, étayé par les trois conventions des Nations Unies sur le contrôle des drogues et les divers engagements politiques. Nous apprécions le rôle actif du groupe de travail antidrogue des BRICS dans la lutte contre le trafic transnational de drogue et la promotion de la gouvernance mondiale de la drogue et renforcerons encore la coopération en matière de contrôle de la drogue.

Promouvoir la reprise économique

37. Nous reconnaissons le rôle important des pays BRICS qui travaillent ensemble pour faire face aux risques et aux défis de l’économie mondiale dans la réalisation de la reprise mondiale et du développement durable. Nous réaffirmons notre engagement à continuer d’améliorer la coordination des politiques macroéconomiques, d’approfondir la coopération économique pratique et de travailler pour réaliser une reprise économique post-COVID forte, durable, équilibrée et inclusive. Nous soulignons l’importance de la poursuite de la mise en œuvre de la Stratégie de partenariat économique BRICS 2025 dans tous les volets ministériels et groupes de travail concernés.

38. Nous reconnaissons le dynamisme de l’économie numérique pour atténuer l’impact de la COVID-19 et permettre la reprise économique mondiale. Nous reconnaissons également le rôle positif que le commerce et l’investissement peuvent jouer dans la promotion du développement durable, l’industrialisation nationale et régionale, la transition vers des modes de consommation et de production durables. Nous prenons note de l’organisation par la Chine de l’événement de promotion en ligne “Buy BRICS” et approuvons le cadre de partenariat pour l’économie numérique des BRICS, l’initiative BRICS sur le commerce et l’investissement pour le développement durable et l’initiative BRICS sur le renforcement de la coopération sur les chaînes d’approvisionnement. Nous reconnaissons les défis auxquels est confronté le développement du commerce et des investissements à l’ère numérique et reconnaissons que les membres du BRICS se trouvent à différents niveaux de développement numérique, et reconnaissent ainsi la nécessité de relever les défis respectifs, y compris la fracture numérique. Nous saluons la création du groupe de travail sur l’économie numérique en améliorant le groupe de travail sur le commerce électronique. Nous convenons également de promouvoir la protection des consommateurs dans le commerce électronique en faisant progresser la mise en œuvre du cadre BRICS pour la protection des consommateurs dans le commerce électronique. Nous réaffirmons que l’ouverture, l’efficacité, la stabilité, la transparence, la fiabilité et la résilience des chaînes de production et d’approvisionnement mondiales, régionales et nationales sont essentielles pour lutter contre la pandémie de COVID-19, relever les défis de la reprise économique et stimuler le commerce et les investissements internationaux. Nous encourageons la coopération entre les pays BRICS pour renforcer l’interconnectivité des chaînes d’approvisionnement et promouvoir les flux commerciaux et d’investissement. Nous convenons de renforcer les échanges et la coopération dans le commerce des services et l’engagement des points focaux nationaux des BRICS, comme établi dans le cadre de coopération des BRICS sur le commerce des services, avec le Conseil des entreprises des BRICS dans le but de promouvoir la mise en œuvre de la feuille de route de coopération sur le commerce des services des BRICS. et les documents pertinents, y compris le Cadre de coopération des BRICS pour le commerce des services professionnels. Nous prenons note de la proposition du Président d’établir le BRICS Trade in Services Network (BTSN) et poursuivrons les discussions. avec le BRICS Business Council dans le but de promouvoir la mise en œuvre de la feuille de route de coopération sur le commerce des services des BRICS et des documents pertinents, y compris le cadre de coopération des BRICS sur le commerce des services professionnels. Nous prenons note de la proposition du Président d’établir le BRICS Trade in Services Network (BTSN) et poursuivrons les discussions. avec le BRICS Business Council dans le but de promouvoir la mise en œuvre de la feuille de route de coopération sur le commerce des services des BRICS et des documents pertinents, y compris le cadre de coopération des BRICS sur le commerce des services professionnels. Nous prenons note de la proposition du Président d’établir le BRICS Trade in Services Network (BTSN) et poursuivrons les discussions.

39. Nous félicitons la New Development Bank (NDB) pour son déménagement dans le bâtiment de son siège permanent à Shanghai ainsi que pour l’ouverture du bureau régional de la NDB en Inde. Nous saluons les décisions d’admission de quatre nouveaux membres à la NDB et attendons avec impatience une nouvelle expansion de l’adhésion de manière progressive et équilibrée en termes de représentation géographique et comprenant à la fois des pays développés et des pays en développement, afin de renforcer l’influence internationale de la NDB ainsi que la représentation et voix des PED dans la gouvernance mondiale. Nous soutenons les objectifs de la NDB d’atteindre la cote de crédit et le développement institutionnel les plus élevés possibles. Nous apprécions le rôle vital de la NDB pour faire face à l’impact de la pandémie et aider à la reprise économique dans les pays membres. Nous prenons note de la deuxième Stratégie générale approuvée par le Conseil des gouverneurs lors de sa réunion annuelle et attendons avec impatience sa mise en œuvre harmonieuse. Nous encourageons la Banque à suivre le principe de l’initiative des membres et de la demande, à mobiliser des financements auprès de sources diversifiées, à renforcer l’innovation et l’échange de connaissances, à aider les pays membres à atteindre les objectifs de développement durable et à améliorer encore l’efficience et l’efficacité pour remplir son mandat, visant à être une institution multilatérale de développement de premier plan.

40. Nous saluons la décision de créer le BRICS Think Tank Network for Finance. Nous nous attendons à ce qu’il travaille de manière indépendante et fournisse un soutien intellectuel, au fur et à mesure des tâches, pour le partage des connaissances, l’échange d’expériences et de pratiques et la coopération sur les questions financières entre les pays BRICS, visant à relever les défis mondiaux et à servir les intérêts des PED.

41. Nous reconnaissons le rôle clé que peuvent jouer les investissements dans les infrastructures pour faciliter le développement durable. Nous réaffirmons notre compréhension du fait que les PPP sont une approche efficace pour mobiliser le secteur privé afin de combler les lacunes en matière d’infrastructures et de développer les actifs d’infrastructure. Nous approuvons le rapport technique sur les partenariats public-privé pour le développement durable. Nous saluons l’échange et le partage de bonnes pratiques et d’expériences, et encourageons la poursuite de la coopération sur les investissements dans les infrastructures et les PPP. Nous attendons avec impatience de reprendre les engagements techniques avec la NDB et le groupe de travail BRICS sur les PPP et les infrastructures sur la plate-forme numérique intégrée sur les projets d’investissement dans les infrastructures et appelons à l’intensification des travaux dans ce domaine.

42. Nous reconnaissons l’importance de renforcer le mécanisme de réserve pour éventualités (ARC), qui contribue à renforcer le filet de sécurité financière mondial et complète les arrangements monétaires et financiers internationaux existants. Nous appuyons les modifications apportées au Traité de l’ARC et saluons les progrès accomplis dans la modification d’autres documents pertinents de l’ARC. Nous attendons avec impatience la finalisation des modifications qui amélioreraient la souplesse et la réactivité du mécanisme de l’ARC. Nous attendons avec impatience la réussite du cinquième essai de l’ARC plus tard en 2022. Nous soutenons les travaux visant à améliorer le cadre de coordination entre l’ARC et le FMI. Nous saluons les progrès réalisés dans l’élaboration du BRICS Economic Bulletin 2022 dans le cadre de notre programme de recherche rationalisé de l’ARC.

43. Nous soulignons l’importance de la poursuite des travaux dans le cadre des axes de travail existants, y compris la sécurité de l’information dans le secteur financier, et le groupe de travail BRICS sur les paiements (BPTF) en tant que plate-forme d’échange d’expériences et de connaissances, et saluons la poursuite de la coopération des banques centrales sur la piste des paiements.

44. Nous nous engageons à renforcer la coopération intra-BRICS pour intensifier le partenariat BRICS sur la nouvelle révolution industrielle (PartNIR) et créer collectivement de nouvelles opportunités de développement. Nous encourageons la coopération intra-BRICS dans le développement des ressources humaines par le biais du Centre BRICS pour les compétences industrielles, du Centre d’innovation BRICS PartNIR (BPIC), des événements de démarrage BRICS et de la collaboration avec d’autres mécanismes BRICS pertinents, afin de mener à bien des programmes de formation pour relever les défis du NIR pour une et l’industrialisation durable. Nous soutenons les projets BRICS PartNIR pour explorer des mécanismes de coopération avec la Nouvelle Banque de Développement (NDB) et d’autres institutions financières basées sur des principes axés sur le marché. Nous reconnaissons l’importance des événements de démarrage BRICS, y compris BRICS Innovation Launchpad et BRICS Startup Forum Meeting, visant à promouvoir le réseautage, interaction, mentorat entre startups dans les pays BRICS. Nous saluons les événements organisés par le BPIC, notamment le 4e Forum BRICS sur PartNIR, le Concours d’innovation industrielle BRICS 2022 et le programme de formation BPIC, qui visent à traduire la vision de PartNIR en actions et avantages réels pour tous les membres BRICS. Nous saluons le Forum BRICS sur le développement de l’Internet industriel et de la fabrication numérique, au cours duquel des représentants des gouvernements, de l’industrie et du milieu universitaire BRICS ont participé et discuté du développement de la fabrication numérique. Nous nous félicitons également de la publication de l’Initiative BRICS pour la coopération sur la numérisation de la fabrication. et le programme de formation BPIC, qui visent à traduire la vision de PartNIR en actions et avantages réels pour tous les membres du BRICS. Nous saluons le Forum BRICS sur le développement de l’Internet industriel et de la fabrication numérique, au cours duquel des représentants des gouvernements, de l’industrie et du milieu universitaire BRICS ont participé et discuté du développement de la fabrication numérique. Nous nous félicitons également de la publication de l’Initiative BRICS pour la coopération sur la numérisation de la fabrication. et le programme de formation BPIC, qui visent à traduire la vision de PartNIR en actions et avantages réels pour tous les membres du BRICS. Nous saluons le Forum BRICS sur le développement de l’Internet industriel et de la fabrication numérique, au cours duquel des représentants des gouvernements, de l’industrie et du milieu universitaire BRICS ont participé et discuté du développement de la fabrication numérique. Nous nous félicitons également de la publication de l’Initiative BRICS pour la coopération sur la numérisation de la fabrication.

45. Nous reconnaissons les progrès de la coopération des BRICS en matière de STI, y compris les résultats du Comité directeur des BRICS STI, entre autres, sur l’avancement de l’initiative de projets phares visant à trouver des solutions STI efficaces aux défis mondiaux. Nous encourageons la poursuite des travaux sur les propositions concernant le réseau polycentrique de centres de transfert de technologie BRICS, le réseau iBRICS, les projets de recherche conjoints, y compris les projets phares, le BRICS Young Scientist Forum et le Young Innovation Prize.

46. ​​Nous saluons les progrès de la coopération dans le domaine des TIC, y compris l’adoption des termes de référence du groupe de travail Digital BRICS (DBTF) et la décision de tenir le Digital BRICS Forum en 2022. Nous encourageons le BRICS Institute of Future Networks et le DBTF pour élaborer rapidement des plans de travail appropriés et mener une coopération en matière de R&D et d’application de technologies nouvelles et émergentes. Nous attendons avec impatience une réunion fructueuse et productive des ministres de la communication des BRICS en juillet 2022. Nous soutenons la coordination et l’interaction entre le groupe de travail sur l’économie numérique et le groupe de travail sur la coopération en matière de TIC, ainsi que les axes de travail établis dans le cadre de cette piste, à savoir le DBTF et le BIFN dans la mesure du possible pour éviter toute duplication afin de faire progresser l’économie numérique des BRICS conformément aux avantages respectifs,

47. Nous félicitons nos autorités douanières pour l’accord entre les gouvernements des pays BRICS sur la coopération et l’assistance administrative mutuelle en matière douanière, et les progrès réalisés dans les domaines de l’assistance administrative mutuelle, du renforcement des capacités et de la coopération en matière d’application de la loi. Nous reconnaissons l’importance de la coopération douanière des BRICS et travaillerons ensemble pour la renforcer davantage. Nous aidons nos autorités douanières à organiser l’atelier BRICS sur la stratégie douanière et le renforcement des capacités et l’atelier BRICS sur la coopération en matière de lutte contre la fraude douanière, pour une coopération intelligente et un partage de pratiques intelligentes, ainsi que pour promouvoir le partenariat dans le domaine des douanes sous le thème “Coopération intelligente pour une haute coopération”. -Partenariat de qualité entre les douanes des BRICS ».

48. Nous soulignons le rôle fondamental de la sécurité énergétique dans la réalisation des objectifs de développement durable. Tout en reconnaissant que la transition énergétique de chaque pays est unique en fonction des circonstances nationales, nous soulignons l’importance primordiale de garantir l’accès universel à une énergie abordable, fiable, durable et moderne conformément à l’objectif de développement durable 7. Nous saluons le rapport sur l’énergie BRICS 2022, soutenir la recherche conjointe et la coopération technique au sein de la plate-forme de coopération pour la recherche énergétique des BRICS, et saluer la tenue du sommet BRICS sur l’énergie des jeunes et d’autres activités connexes.

49. Nous encourageons le Mécanisme de coopération interbancaire des BRICS à continuer de jouer un rôle important dans le soutien à la coopération économique et commerciale des BRICS, et apprécions le renouvellement du protocole d’accord entre les banques de développement membres du Mécanisme de coopération interbancaire des BRICS et la Nouvelle Banque de développement. Nous saluons la septième édition du BRICS Economic Research Award pour encourager et stimuler la recherche doctorale avancée par des ressortissants des pays BRICS sur des sujets pertinents pour les pays BRICS.

50. Nous réitérons les engagements de promouvoir l’emploi pour le développement durable, y compris le développement des compétences pour assurer une reprise résiliente, des politiques d’emploi et de protection sociale sensibles au genre, y compris les droits des travailleurs. Nous saluons les recherches du BRICS Network of Labour Research Institutes sur l’emploi et le soutien du revenu dans le contexte de la crise du COVID-19 décrivant l’impact de la pandémie, les mesures de réponse et les changements post-COVID-19.

51. Nous reconnaissons le rôle crucial que jouent les MPME dans les économies des BRICS et réaffirmons l’importance de leur participation aux réseaux de production et aux chaînes de valeur. Nous convenons de continuer à approfondir la coopération en matière de concurrence entre les pays BRICS et de créer un environnement de marché concurrentiel équitable pour la coopération économique et commerciale internationale. Nous convenons de renforcer les échanges et la coopération dans le domaine de la normalisation et d’utiliser pleinement les normes pour faire progresser le développement durable. Nous nous engageons à renforcer la coopération et la coordination dans les domaines de l’échange d’informations fiscales, du renforcement des capacités et de l’innovation dans l’administration fiscale, et à créer un produit de connaissance phare appelé “les meilleures pratiques fiscales des BRICS” pour servir de référence aux autres pays en développement. Nous soutenons l’approfondissement de la coopération en matière de DPI et la promotion des échanges et de l’apprentissage mutuel sur le système de protection des DPI, et attendons avec impatience des résultats plus pratiques dans des domaines tels que les brevets, les marques et les dessins et modèles industriels. Nous soutenons le renforcement de la coopération statistique BRICS et la poursuite de la publication de la publication statistique conjointe BRICS 2022.

Accélérer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030

52. Nous notons avec préoccupation que la pandémie de COVID-19 a perturbé les efforts visant à réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et annulé des années de progrès en matière de pauvreté, de faim, de soins de santé, d’éducation, de changement climatique, d’accès à l’eau potable et de protection de l’environnement. Nous réaffirmons notre engagement à mettre en œuvre le Programme 2030 dans ses trois dimensions – économique, sociale et environnementale – de manière équilibrée et intégrée. Nous soulignons que la communauté internationale devrait accorder plus d’importance au développement, revitaliser les partenariats mondiaux pour le développement et faire pression pour la réalisation de tous les objectifs de développement durable en mettant en commun les ressources nécessaires pour insuffler un nouvel élan à la mise en œuvre de l’Agenda 2030. Nous exhortons les pays donateurs à honorer leurs engagements en matière d’aide publique au développement (APD) et à faciliter le renforcement des capacités et le transfert de technologie ainsi que des ressources de développement supplémentaires vers les pays en développement, conformément aux objectifs politiques nationaux des bénéficiaires. Nous soulignons l’importance du dialogue entre les agences de développement compétentes des pays BRICS.

53. Nous commémorons le 30e anniversaire de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et appelons toutes les parties à adhérer au principe des responsabilités communes mais différenciées et des capacités respectives, à la lumière des différentes circonstances nationales et conformément aux dispositif institutionnel des contributions déterminées au niveau national, et de mettre en œuvre la CCNUCC et son Accord de Paris de manière précise, équilibrée et globale, sur la base du consensus existant. Nous rappelons les dispositions pertinentes de l’Accord de Paris, soulignant que l’Accord de Paris vise à renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique dans le contexte du développement durable et des efforts visant à éradiquer la pauvreté, et que le plafonnement des émissions de gaz à effet de serre (GES) prendra plus longtemps pour les pays en développement. Nous soulignons que les pays développés ont des responsabilités historiques dans le changement climatique mondial et qu’ils devraient prendre l’initiative d’intensifier les mesures d’atténuation et d’intensifier le soutien indispensable aux pays en développement en matière de financement, de technologie et de renforcement des capacités. Nous exprimons notre soutien à la future présidence égyptienne de la COP27, qui œuvre pour le succès de la COP27, et encourageons la COP27 à donner la priorité à la mise en œuvre et à mettre en évidence le renforcement de l’adaptation et de la mise en œuvre et l’amélioration des engagements des pays développés à fournir un soutien financier et un transfert de technologie aux pays en développement. .

54. Nous nous opposons aux barrières commerciales écologiques et réitérons notre engagement à renforcer la coordination sur ces questions. Nous soulignons que toutes les mesures prises pour lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité doivent être conçues, adoptées et mises en œuvre en pleine conformité avec les accords de l’OMC et ne doivent pas constituer un moyen de discrimination arbitraire ou injustifiable ou une restriction déguisée au commerce international et ne doivent pas créer des obstacles inutiles au commerce international. Nous exprimons notre inquiétude face à toute mesure discriminatoire qui faussera le commerce international, risquera de nouvelles frictions commerciales et déplacera la charge de la lutte contre le changement climatique vers d’autres partenaires commerciaux, les pays en développement et les membres du BRICS.

55. Nous reconnaissons les résultats positifs de la première phase de la 15e réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (COP15) et sa Déclaration de Kunming. Nous saluons et soutenons l’accueil par la Chine de la deuxième phase de la COP15 et appelons toutes les parties à adopter conjointement un cadre mondial de la biodiversité post-2020 ambitieux, équilibré et pratique.

56. Alors que les pays BRICS produisent environ 1/3 de la nourriture mondiale, nous soulignons notre engagement à renforcer la coopération agricole et à favoriser le développement agricole et rural durable des pays BRICS visant à préserver la sécurité alimentaire des pays BRICS et du monde. Nous soulignons l’importance stratégique des intrants agricoles, y compris, entre autres, les engrais, pour assurer la sécurité alimentaire mondiale. Nous réitérons l’importance de la mise en œuvre du Plan d’action 2021-2024 pour la coopération agricole des pays BRICS et saluons la Stratégie de coopération en matière de sécurité alimentaire des pays BRICS.

57. Nous notons que les percées dans les applications des technologies numériques, telles que les mégadonnées et l’intelligence artificielle (IA), peuvent jouer un rôle important dans le développement durable. Nous prenons note du Forum BRICS sur les mégadonnées pour le développement durable. Nous soutenons les échanges d’informations et la coopération technique sur la technologie de l’IA. Nous rappelons la déclaration de la 7e réunion des ministres des communications des BRICS reconnaissant les développements rapides et l’énorme potentiel des technologies d’intelligence artificielle et leur valeur pour la croissance économique. Nous reconnaissons la nécessité de coopérer les uns avec les autres pour instaurer la confiance et la sécurité, ainsi que la transparence et la responsabilité dans la promotion d’une IA digne de confiance afin de maximiser son potentiel au profit de la société et de l’humanité dans son ensemble, en mettant particulièrement l’accent sur les groupes de population marginalisés et vulnérables. Nous exprimons nos préoccupations sur les risques et les dilemmes éthiques liés à l’intelligence artificielle, tels que la confidentialité, la manipulation, les préjugés, l’interaction homme-robot, l’emploi, les effets et la singularité, entre autres. Nous encourageons les membres du BRICS à travailler ensemble pour faire face à ces préoccupations, partager les meilleures pratiques, mener une étude comparative sur le sujet en vue de développer une approche de gouvernance commune qui guiderait les membres du BRICS sur l’utilisation éthique et responsable de l’intelligence artificielle tout en facilitant le développement de l’IA. manipulation, biais, interaction homme-robot, emploi, effets et singularité entre autres. Nous encourageons les membres du BRICS à travailler ensemble pour faire face à ces préoccupations, partager les meilleures pratiques, mener une étude comparative sur le sujet en vue de développer une approche de gouvernance commune qui guiderait les membres du BRICS sur l’utilisation éthique et responsable de l’intelligence artificielle tout en facilitant le développement de l’IA. manipulation, biais, interaction homme-robot, emploi, effets et singularité entre autres. Nous encourageons les membres du BRICS à travailler ensemble pour faire face à ces préoccupations, partager les meilleures pratiques, mener une étude comparative sur le sujet en vue de développer une approche de gouvernance commune qui guiderait les membres du BRICS sur l’utilisation éthique et responsable de l’intelligence artificielle tout en facilitant le développement de l’IA.

58. Nous saluons la création du Comité mixte BRICS sur la coopération spatiale conformément à l’Accord de coopération sur la constellation de satellites de télédétection BRICS et la convocation de la première réunion du comité mixte. Nous sommes satisfaits de la formulation des procédures de travail pour l’échange de données et l’observation conjointe de la constellation de satellites de télédétection BRICS et apprécions la mise en service du partage et de l’échange de données de la constellation. Nous encourageons les autorités spatiales BRICS à continuer d’utiliser efficacement la capacité de la Constellation et à promouvoir largement l’application avec les données de la Constellation, visant à faciliter le développement durable des pays BRICS.

59. Nous saluons la proposition d’organiser le Forum de haut niveau des BRICS sur le développement durable. Prenant cela comme une opportunité, nous nous réjouissons d’approfondir la coopération sur, entre autres, la lutte contre le COVID-19, la transformation numérique, la résilience et la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement et le développement à faible émission de carbone.

60. Nous réitérons l’importance des échanges et des dialogues entre les autorités de gestion des catastrophes des BRICS. Nous encourageons la coopération dans des domaines clés, notamment la capacité globale de réduction des catastrophes, les infrastructures résilientes aux catastrophes et les secours et interventions d’urgence, en vue d’améliorer la réponse mondiale et régionale en matière de gestion des catastrophes.

61. Nous exprimons notre soutien à l’Agenda 2063 de l’Union africaine et aux efforts de l’Afrique vers l’intégration par le développement de la zone de libre-échange continentale africaine et d’autres moyens. Nous soulignons l’importance de questions telles que l’industrialisation, le développement des infrastructures, la sécurité alimentaire, les soins de santé et la lutte contre le changement climatique pour le développement durable de l’Afrique. Nous aidons l’Afrique à atteindre la reprise économique et le développement durable dans l’ère post-pandémique.

Approfondir les échanges interpersonnels

62. Nous réaffirmons l’importance des échanges interpersonnels des BRICS pour renforcer la compréhension mutuelle, l’amitié et la coopération entre nos nations et nos peuples. Nous apprécions les progrès réalisés sous la présidence chinoise en 2022, notamment dans les domaines de la gouvernance, de la culture, de l’éducation, des sports, des arts, du cinéma, des médias, de la jeunesse et des échanges universitaires, et attendons avec impatience de nouveaux échanges et coopérations dans ces domaines.

63. Nous apprécions la signature du Plan d’action pour la mise en œuvre de l’Accord entre les gouvernements des États BRICS sur la coopération dans le domaine de la culture (2022-2026), encourageons les pays BRICS à promouvoir le développement de la numérisation dans le domaine de la culture, continuer à approfondir la coopération dans les domaines, entre autres, des arts et de la culture, du patrimoine culturel, de l’industrie culturelle et des alliances culturelles dans le cadre du plan d’action, et établir un partenariat culturel caractérisé par l’inclusivité et l’apprentissage mutuel.

64. Nous reconnaissons le besoin urgent de relancer l’industrie du tourisme et l’importance d’augmenter les flux touristiques mutuels et nous travaillerons au renforcement de l’Alliance BRICS pour le tourisme vert afin de promouvoir des mesures susceptibles de façonner un secteur du tourisme plus résilient, durable et inclusif.

65. Nous apprécions les progrès de la coopération en matière d’éducation et d’enseignement et de formation techniques et professionnels (EFTP), en particulier la création de l’Alliance de coopération BRICS EFTP qui se concentre sur le renforcement de la communication et du dialogue dans l’EFTP, la promotion d’une coopération substantielle dans l’EFTP, l’intégration de l’EFTP avec l’industrie, renforcer la collaboration en matière de recherche et soutenir la reconnaissance des normes d’EFTP. De plus, le lancement du BRICS Skills Competition renforcera les échanges et la coopération entre les nations. Nous soutenons la transformation numérique dans l’éducation et l’espace de l’EFTP, et nous nous engageons à garantir l’accessibilité et l’équité de l’éducation, et à promouvoir le développement d’une éducation de qualité.

66. Nous nous félicitons de la tenue réussie du Forum des entreprises BRICS et saluons l’Initiative de Beijing de la communauté des entreprises BRICS. Nous encourageons le BRICS Business Council à renforcer la coopération, notamment dans les domaines de l’agro-industrie, de l’aviation, de la déréglementation, de l’économie numérique, de l’énergie et de l’économie verte, des services financiers, des infrastructures, de la fabrication et du développement des compétences. Nous apprécions les contributions et les activités de la BRICS Women’s Business Alliance (WBA) pour approfondir la coopération économique et commerciale des BRICS. Nous nous félicitons de la tenue du deuxième BRICS Women’s Innovation Contest par la BRICS Women’s Business Alliance pour l’autonomisation de l’innovation et de l’esprit d’entreprise chez les femmes.

67. Nous saluons les progrès des échanges sportifs et le rôle qu’ils jouent dans le développement de nos athlètes de manière équitable, inclusive et non discriminatoire. Nous attendons avec impatience la tenue réussie de la réunion des ministres des sports des BRICS en 2022.

68. Nous apprécions la tenue des forums concernant les partis politiques, les groupes de réflexion et les organisations de la société civile. Nous reconnaissons également la proposition d’institutionnalisation du Forum des organisations de la société civile des BRICS.

69. Nous appuyons la convocation du cinquième Forum des médias des BRICS et la poursuite du Programme international de formation au journalisme des BRICS dans le cadre du Forum.

70. Nous attendons avec impatience le Sommet des jeunes BRICS, soutenons le développement des jeunes en tant que priorité et encourageons le renforcement des échanges entre les jeunes BRICS. Nous accueillons le BRICS Film Festival à Shanghai et sommes impatients de renforcer les échanges et la coopération dans le domaine du cinéma. Nous saluons les progrès accomplis par les pays du BRICS dans la promotion du développement urbain et apprécions la contribution de mécanismes tels que le Forum d’urbanisation du BRICS, le Forum de coopération des villes d’amitié et des gouvernements locaux du BRICS et le Forum municipal international du BRICS pour faciliter l’établissement de relations plus amicales entre les villes du BRICS et promouvoir la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Développement institutionnel

71. Nous notons avec satisfaction les progrès réalisés dans le développement institutionnel des BRICS et soulignons que la coopération des BRICS doit s’adapter aux changements et rester en phase avec son temps. Nous continuerons à fixer des priorités claires dans notre vaste coopération, sur la base du consensus, et à rendre notre partenariat stratégique plus efficace, pratique et axé sur les résultats.

72. Nous soulignons les efforts des BRICS visant à étendre leur coopération à d’autres PED et soutenons la promotion de la sensibilisation des BRICS et de la coopération BRICS Plus conformément aux termes de référence actualisés adoptés par les sherpas des BRICS en 2021 par le biais de pratiques inclusives, équitables et flexibles et initiatives. Nous félicitons la présidence chinoise d’avoir accueilli la session de dialogue sur le thème « Rôle accru des marchés émergents et des pays en développement dans la gouvernance mondiale » lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères/Relations internationales des BRICS le 19 mai 2022.

73. Nous soutenons la promotion des discussions entre les membres des BRICS sur le processus d’expansion des BRICS. Nous soulignons la nécessité de clarifier les principes directeurs, les normes, les critères et les procédures de ce processus d’expansion par le canal des Sherpas sur la base d’une consultation et d’un consensus complets.

74. L’Afrique du Sud, le Brésil, la Russie et l’Inde saluent la présidence chinoise des BRICS en 2022 et expriment leur gratitude au gouvernement et au peuple chinois pour la tenue du XIVe Sommet des BRICS.

75. Le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine apportent leur plein soutien à l’Afrique du Sud pour sa présidence des BRICS en 2023 et la tenue du XV Sommet des BRICS.

 

 

 

 

Le  Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More