12 ème sommet des BRICS : Les dirigeants du Brésil, Inde, Afrique du Sud ont appelé à la reforme de l’OMS, OMC et du Conseil de sécurité de l’ONU

0 227

Les dirigeants des états membres des BRICS  dont le président brésilien Jair Bolsonaro , le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre indien Narendra Modi , le président chinois Xi Jinping et le président sud-africain Cyril Ramaphosa se sont réunis ce mardi 17 novembre 2020, par visioconférence , au 12eme sommet de cette organisation.

Au cours de cette rencontre, les dirigeants ont discuté du thème qui inclut le développement du partenariat stratégique des pays du BRICS dans l’intérêt de la stabilité et de la sécurité mondiale, ainsi que d’assurer la croissance innovante des économies de cette organisation.

Ils ont également discuté des questions d’actualité de l’agenda international et régional et, compte tenu du prochain sommet du G20, du 21 au 22 novembre prochain, les pays des BRICS ont vérifié leurs positions sur les aspects les plus importants des travaux du G20.

A l’issue des échanges, les dirigeants du BRICS ont adopté la Déclaration de Moscou, qui reflète les approches consolidées des cinq États pour le développement futur de l’association, ainsi que la stratégie de partenariat économique des BRICS pour la période allant jusqu’à 2025 et la stratégie antiterroriste des BRICS.

Prenant la parole en premier en tant que Chef de l’État présidant l’association, Vladimir Poutine a félicité ses homologues pour le développement des BRICS.

” Je voudrais une fois de plus vous saluer sincèrement et vous exprimer ma satisfaction que, malgré les conditions spéciales sous la présidence russe liées à la pandémie de coronavirus, la coopération entre les États BRICS se soit activement développée dans tous les domaines clés: à la fois en politique et en économie. et dans le domaine humanitaire”, a déclaré Vladimir poutine.

“Nous avons organisé 130 événements, dont environ 25 réunions ministérielles. Beaucoup, malheureusement, mais naturellement dans cette situation, ont eu lieu en ligne”, a-t-il expliqué, avant de préciser que “la tâche consistant à élaborer des mesures collectives BRICS pour lutter contre l’infection, accroître l’interaction entre les services épidémiologiques et protéger la vie et la santé de nos citoyens est apparue au premier plan”.

Le Président russe Vladimir Poutine a parlé du Fonds d’investissement direct russe qui a conclu des accords avec des partenaires indiens et brésiliens pour mener des essais cliniques du vaccin Spoutnik-V, et avec des sociétés pharmaceutiques en Chine et en Inde pour ouvrir des centres de production du vaccin dans ces pays, et pas seulement pour leurs propres besoins , mais aussi pour les pays tiers.

Poutine a évoqué le travail de la Nouvelle Banque de Développement des BRICS qui a réservé 10 milliards de dollars pour lutter contre la pandémie, alors que le portefeuille global de projets d’investissement dépasse actuellement 20 milliards de dollars.  Il a aussi précisé que 62 grands projets sont déjà en cours de réalisation dans les pays de l’association. À propos, une succursale régionale de la banque ouvrira bientôt à Moscou, qui traitera des programmes de prêt dans tout l’espace eurasien.

Les États BRICS disposent d’un instrument d’assurance spécial en cas de crise sur les marchés financiers,  un pool de réserves de change conditionnelles d’une valeur totale de 100 milliards de dollars, a précisé Vladimir Poutine.

A l’occasion du sommet du G20 en Arabie saoudite les 21 et 22 novembre, le président russe a fait savoir que les approches des pays BRICS sur la plupart des points de travail du G20 sont proches ou coïncident. Cela concerne la réforme des principales institutions mondiales, le Fonds monétaire international, l’Organisation mondiale du commerce et l’Organisation mondiale de la santé.

Avec la contribution directe des pays BRICS, un ensemble complet de mesures du G20 a été formé pour surmonter les conséquences négatives de la pandémie. L’accent est principalement mis sur la reconstruction des chaînes de valeur mondiales et l’ouverture du commerce international. L’initiative russe sur les soi-disant couloirs verts, exempts de guerres et de sanctions, va dans le même sens, principalement en ce qui concerne les fournitures humanitaires, nourriture et médicaments.

Le Premier Ministre indien Narendra Modi, a proposé la reforme des institutions mondiales telles que l’OMC, le FMI et l’OMS ainsi que le Conseil de sécurité de l’ONU.

“Le système multilatéral traverse une crise et des questions se posent quant à l’autorité et à l’efficacité des institutions de gouvernance mondiale. La raison principale en est qu’ils ne se sont pas correctement adaptés aux conditions modernes. Même aujourd’hui, ils sont basés sur des réalités qui existaient il y a 75 ans”, a signifié Narendra Modi .

“L’Inde estime que le Conseil de sécurité de l’ONU doit être réformé, c’est nécessaire. Sur cette question, nous comptons sur le soutien de nos partenaires BRICS. Outre l’ONU, il existe d’autres institutions internationales qui ne fonctionnent pas conformément aux réalités modernes. Des réformes d’institutions telles que l’OMC, le FMI et l’OMS sont également nécessaires”, a-t-il poursuivi.

Le président Sud africain, Cyril Ramaphosa, appelle à la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU et de l’OMC .

“Nous réitérons notre appel à la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU afin que le Conseil de sécurité devienne plus représentatif et inclusif, conformément au principe de l’égalité souveraine de tous les États. Nous devons veiller à ce que les règles et principes commerciaux prennent en compte les intérêts des pays en développement, en particulier lorsqu’il s’agit de développement par l’industrialisation. La réforme de l’OMC est un facteur clé pour rééquilibrer le système commercial mondial afin que tous les avantages soient partagés de manière plus équitable”, a déclaré le Président Sud africain, Cyril Ramaphosa.

Le président Ramaphosa a également demandé d’accélérer la mise en place du BRICS Center for Vaccine Research and Development et mettre en place un système d’alerte précoce pour permettre de prévenir les maladies infectieuses massives.

Le Président Chinois Xi Jinping, a , quant à lui, proposé le développement du centre de vaccination BRICS ainsi que renforcer la coordination de leurs politiques macroéconomiques.

“La Chine a rejoint l’initiative COVAX, nous examinerons activement la possibilité de fournir un vaccin au sein des BRICS, si nécessaire. Pour soutenir le développement du centre de vaccination BRICS, la Chine a créé son propre centre national. Je propose de convoquer un Symposium BRICS sur la médecine traditionnelle afin de réfléchir au rôle de cette médecine traditionnelle dans le traitement du coronavirus. Nous devons répondre à la désunion par l’unité et la solidarité mondiale afin de vaincre le virus”, a déclaré le Président Chinois Xi Jinping.

Il a également souligné “l’ouverture et l’innovation et promouvoir le développement économique dans le monde pour stabiliser l’économie et en même temps contrôler le coronavirus. C’est la tâche principale de tous les pays actuellement. Les pays BRICS devraient renforcer la coordination de leurs politiques macroéconomiques, ainsi que renforcer l’initiative relative aux mouvements transfrontaliers des personnes, sécuriser et ouvrir les chaînes d’approvisionnement afin de restaurer l’activité commerciale et de promouvoir la reprise économique”, a déclaré Xi.

Le président brésilien, Jair Bolsonaro a également appelé à la reforme de l’OMS, OMC et du Conseil de sécurité de l’ONU.

“L’OMS doit être réformée. La crise a montré que les États sont des acteurs centraux et un élément dans la recherche d’une solution à ce problème. Nous devons reconnaître que ce ne sont pas les organisations internationales qui aident à surmonter les défis, mais que la coordination entre des pays et des nations spécifiques aide à surmonter cette crise”, a indiqué Jair Bolsonaro.

“Le Brésil fera tout son possible pour que, après avoir surmonté la crise, nous ayons un système basé sur la transparence, la sécurité et la stabilité. Nous devons défendre les principes de la démocratie, en tenant compte et en respectant les prérogatives modernes de tous les pays, afin que nous ayons une communauté internationale intégrée. Par conséquent, nous devons réformer l’OMC et l’OMS”.

Selon Bolsonaro, “la réforme de l’OMC est essentielle à la reprise économique. Nous devons donner la priorité à la réduction des subventions agricoles, en insistant sur le fait que certains pays les utilisent aujourd’hui pour promouvoir le commerce des produits manufacturés”.

“Il n’y a pas de meilleur exemple de la nécessité de démocratiser les mécanismes de gouvernance internationale que la réforme en retard du Conseil de sécurité de l’ONU. Les BRICS sont parvenus à un consensus sur de nombreux sujets. Nous devons assurer la coordination afin que les aspirations légitimes du Brésil, de l’Inde et de l’Afrique du Sud à des sièges permanents au Conseil de sécurité soient satisfaites”, a-t-il poursuivi.

 

Le Hautpanel

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More